Je l'ai accompagné à la gare fin octobre 2019, au quai mais il n'a pas voulu que j'attende que le train parte. Ce furent juste des au-revoir.
Une semaine avant, nous avions exploré les nouveaux quais de la gare de Casa-voyageurs depuis les travaux achevés en 2018 dont nous n'avions pas encore vu le résultat. Quelques années avant, nous avions attendu sur le quai un train qui nous mènerait à Rabat, la capitale.
Quelques mois avant, nous avions arpenté les quais gare de Montpellier. Je ne savais pas que j'y attendrais  en juillet 2020 le train pour aller à Sète et au retour, j'y ai subi un retard. A Sète, ce fut mon premier quai seule sans qu'il l'ai connu.
A l'été 2019, nous avons été éblouis par les quais de la gare de Metz, le bâtiment et la ville dans son entièreté d'ailleurs. Nous avons aussi passé beaucoup de temps sur les quais de la gare de Karlsruhe. L'intérêt était comme à Casablanca comme en Allemagne, de voir comment ça se passe ailleurs..
Pour nos anniversaires(de mariage et les nôtres à quelques jours d'intervalle), c'est sur le quai de Hyères que nous avons pris le bateau pour aller à Porquerolles où j'ai eu la joie de découvrir la Fondation Carmignac ouverte depuis peu.
Combien de fois, m'a t-il accompagné sur les quais de "notre" gare(depuis onze ans, un record)  d'où je partais pour travailler à Lyon, Feurs, Rive Gier(dont les quais ont été déserts car le Gier avait abîmé un caténaire)?
Combien de fois, j'ai guetté son visage sur le quai au retour?
Le quai de la gare du Chambon -Feugerolles était bien triste car il n'y était pas passé.
Les quais d'une locomotive à vapeur à Lamastre pour passer au travers des gorges du Doux.
Il était une fois, dans la ville de Foix, des quais d'où je partais de Toulouse, ses quais de gare et de canal où il m'avait fait une surprise pour mon anniversaire.
Les quais fantomatiques de la gare de St Vallier, vers sept heures; la neige  a brisé un caténaire et arrêté le train. Comment suis-je allé travailler à Lyon?
Les quais de Dunières ont été adaptés pour les piétons
 
Le 2 novembre 2019, j'attendais sur "son" quai, mettait mes pas dans les siens (quelques jours plus tôt) pour prendre le train pour Lyon où je me suis revu l'attendant, lui , de retour de sa semaine de travail dans le Nord. Sur les quais de la gare du Nord, je l'ai accompagné pour voir sa famille et le soir, je venais le chercher. J'avais ses vêtements sur l'épaule. Sur le quai de la gare de Saint-Quentin, m'attendait son père qui l'avait trouvé mort, le matin même.