Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le défi du samedi
Visiteurs
Depuis la création 1 044 258
Derniers commentaires
Archives
24 avril 2021

Chas mord -tiniak


Le petit chas ? Il mord, d'accord ?
Avec son trou d' soupir !
Ben quoi ? 'Faut bien le dire...

On chante ailleurs, l'âme oratoire.
Rien pour douter de Ce Grand-Soir ?
Ah bon, pardon. J'étais ailleurs.
Tant va la cruche au puits...
On cherche. On tergiverse, et puis ?
Il ne se passe rien.
Rien entre nos mains, hélas.
Et notre "...Vie Est Dégueulasse" !

(c'est pas moi qui l'ai cri !)

ti


***

J'ai bon ? Hein ? J'ai bon là ? 🤔😏



Commentaires
J
Il faut vacciner les poulets !<br /> <br /> Et le roi des polètes !<br /> <br /> C'est bien son tour, asperge ?
Répondre
P
Acrostiche doré à point ! :-) Léo Mal est. Ailleurs toujours ici. L'eau de pluie du puits. Lave. Ou pas.
Répondre
T
LETTRE MORTE à L’ETRE MORT<br /> <br /> A DAVID mon amour, ma fulgurance sans qui ce poème n’aurait pas vu le jour .<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> C’est quoi qui se retire, le cœur, l’âme peut être <br /> <br /> Cette neige qui vient, et qui se perd sous l’orage <br /> <br /> C’est ma voix, mon encre de sang qui pleure comme un enfant<br /> <br /> <br /> <br /> Cette grande nuit renverse tout en moi, je voudrai lancer sur ma page blanche un rouge gorge <br /> <br /> Un chant qui brulerait comme une promesse.<br /> <br /> Qu’avait-on donc à faire sur cette terre ?<br /> <br /> On dit que tout nous a été confié. Je ne vois plus personne en vous.<br /> <br /> C’est donc ça notre privilège disparaitre de notre vivant et tout emporter avec nous ?<br /> <br /> Les arbres , les antilopes de Syrie, les baleines blanches <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Dans vos veines ensemencées par le vivant, vous rependez une immense douleur, comme une averse de pierres.<br /> <br /> Votre seule offrande au ciel qui nous gouverne tous , la mort partout comme un éveil.<br /> <br /> Mes paroles sont trop simples pour être entendues par vous.<br /> <br /> Ne voyez vous donc pas que c’est la vie qui manque à la vie.<br /> <br /> Dans cet asile de fou où vous vous tenez laissez moi vous traverser par mes larmes de vous.<br /> <br /> C’est dans l’écume d’une chanson que je voudrai vous atteindre afin de réduire l’écart nocturne que vous creusez de vos joues éteintes.<br /> <br /> Je sais voir, et je chasse ses imbéciles pensées qui vous tiennent t étroitement debout dans le monde.<br /> <br /> Regardez avec moi la faillite produite partout par notre cécité .<br /> <br /> Alors vous abdiquerez toute souveraineté sur le vivant et vous ne posséderez plus rien.<br /> <br /> C’est ainsi que je vous imagine, agenouillé, humble, fatigue dans une prière du soir .
Répondre
M
J'aime bien tes acrostiches, je comprends tout à ma façon et pis c'est tout ! Lol !
Répondre
V
"l'âme oratoire", quand on est enrhumé, peut-être! Un texte énigmatique. Je ne peux pas voir le visuel .jpg... Sourire
Répondre
Newsletter
Le défi du samedi