20 mars 2021

Défi #656


Chose promise,
chose due !

Houille

6561

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


Mon château en carton par bongopinot

b

 

J'ai pris un carton

Pour faire un château

Avec des tours des donjons

Que j’ai ciselé au couteau

Et pour le pont-levis

Des ficelles et des feuilles

Coupé avec minutie

J'ai aussi collé des gargouilles

Faites en papier maché

Et pour garder mon château

De beaux chevaliers

Portant des drapeaux

 

Et c’est là que mon frère est arrivé

Et d’un simple coup de pied

Il a tout cassé

Et tout écrasé

 

Mon château en carton

N'est plus qu’une ruine

Et mes chevaliers sans nom

Ont mis leurs drapeaux en berne

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

Projet d'architecte (Joe Krapov)

G      rossièrement taillé dans la pierre, noirci
A      force de toujours représenter le mal,
R      egardez tout là haut cet étrange animal :
G      argouille ! C’est le nom du monstre par ici.
O      n aurait pu bien sûr représenter aussi
U      n enfançon joufflu urinant sur la foule.
I      l convient avant tout que l’eau de pluie s’écoule.
L      a gouttière choisie eût été plus jolie.
    ’archevêque écarta cette idée trop nouvelle.
E      lle revint, plus tard, moins grandiose, à Bruxelles !

 

Webp

Webp

Gargouilles photographiées à Nantes, Loc-Envel, Barcelone et Arques-la-Bataille.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Repentez vous, Cornegidouille ! (Ilonat)


C’est sûr, avec ce mot « gargouille »
On aurait pu se faire une belle tambouille
Ecrire un beau poème avec des rimes en nouilles

On aurait pu aussi gloser sur les sculptures de Notre Dame
Avec le Christ en Majesté et ses douze Apôtres
La Mort bandée sur son cheval
Et tous ces monstres fornicateurs
Sous la statue des Saints

Ou raconter l’histoire d’un incendie cauchemardesque
Avec ces gueux braillards massés sur le parvis
Montrant Quasimodo qui gesticule tout là haut
Pour éteindre les flammes qui l’entourent déjà.
« C’est lui, c’est de sa faute, c’est le Diable en personne
C’est la faute au Bossu avec sa tête de Gorgone ! »

Et pendant ce temps là mes gargouilles rigolent
Elles crachent du feu et de la poix brûlante
Elles se tordent de rire.
« Quasimodo, tu parles ! Ce pauvre écorché vif !
Mais non, c’est votre faute, votre très grande faute
Les flammes de l’enfer, ce sont vos turpitudes et vos fornications
Qui les ont attisées.
Et maintenant dansez, enlacez vous, étreignez vous
Forniquez, forniquez !
Ici et maintenant et pour l’éternité
Le Jour du Jugement Dernier est arrivé ! »

« Moi, la Gargouille en chef
Du haut de Notre Dame
Je crache et je dégueule à la face du monde
Je vomis mon dégoût
Regardez-vous ! Repentez vous !
Ces monstres grimaçants vous les portez en vous
Je vous tends le miroir de vos dépravations
Je suis le chien Cerbère qui protège le Temple !
Repentez vous, Cornegidouille
Mettez vous à genoux
Priez et implorez
Ubu vous sauvera peut être
En sa miséricorde »

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,


Gargouille (Vanina)

655_Gargouille_web

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : ,

Dicton du jour (joye)

rusty

 Harry, le petit poilu dAlençon, ne fait pas dans la dentelle.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : ,

Gargouille (petitmoulin)

 

Gargouille menaçante

suspendue à tes rêves

diluviens

le bleu du ciel

t'offense

empli de son silence caniculaire

Où portes-tu ton regard asséché

enclos dans une parcelle

de tes saisons hostiles

 

Gargouille engourdie

par le chant des cigales

hissée vers d'improbables

nuages

À gueule béante

tu feules ton désir impatient

Ta plainte vertigineuse

brusque la paresse

des cistes endormis

 

Gargouille altérée

viendra le vent marin

chargé de ses orages

et de ses pluies tonnantes

rafraîchir ta mémoire

Lavée de tes tourments

tu arroseras le regard

audacieux

des passants solidaires

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

V comme vocabulaire (Adrienne)

 
Petit frère, contrairement à mini-Adrienne, n'a pas été élevé par la grand-mère en patois flamand, mais par sa maman et en bon français. 

C'est merveille comme le cerveau des petits enfants absorbe des mots et déduit des règles, en toute logique. 
Ainsi, peu après que sa mère avait déclaré, un soir: 
- Décidément, les navets, ça ne me convient pas, mon estomac ne cesse de faire des gargouillis! 
Le mot avait dû lui plaire et à la première occasion, pour un légume qu'il n'aimait pas, il a affirmé: 
- Je gargouille! 
Petit frère affectionnait particulièrement le "je" + un verbe intransitif.
La phrase qui a le plus fait rire la famille - et qu'on lui ressort parfois encore - c'est quand à la dégustation de la tarte à la semoule et aux raisins secs que grand-mère faisait toujours pour la kermesse, il s'est écrié: 
- Je succule!
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,

Sa nuit chez Côme (Kate)

 

Chère Marianne,

"Grégorix

Bien arrivé

STOP

Carnyx

Non cassé

STOP"

Petit "télégramme" rassurant même s'il a dû t'envoyer un long texto...

Il a fait escale à l'Office de Tourisme où je l'attendais. Son instrument a fait sensation (tu t'en doutes !).

cathérdrale

Après s'être désaltéré (oui, ça donne soif !) et un peu restauré, un journaliste lui a proposé de se produire sur la place de la Cathédrale, près de la statue du pape Urbain II : télescopage historique !

Belle organisation, brillante prestation, bonne interview.

Sous un angle bien choisi, il a été photographié entre la "tête" du carnyx gaulois et une gargouille gothique à tête d'animal de la cathédrale (cliché historique, hein ?).

IMG_0292 2

Après un café dans mon bureau, profitant du beau temps, je l'ai fait monter à la Tour de la Bayette (oui, interdite au public, tu sais bien) et admirer la ville, les volcans et les Côtes recouvertes d'arbres en fleurs leur donnant un aspect de neige.

En descendant, comme on avait un moment, après avoir rassemblé quelques sandwichs et boissons, je l'ai amené là-haut en moto (oui, j'avais un casque pour lui).

De là, belle vue sur le Sud : la ville et le plateau de Gergovie, ce haut lieu. Quelques chants d'oiseaux, quelques joggers ou promeneurs de chiens, le calme.

On a pris à pied le sentier où alternent bois et prairies balisé de panneaux sur faune et flore. Un peu à l'écart d'un chêne et d'une herbe piquetée de pâquerettes et de violettes, une orchidée sauvage. Même si elles sont communes, elles sont protégées. Greg l'a prise en photo pour te l'envoyer.

Un peu plus loin, on a fait une pause près d'un petit ruisseau qui gargouillait, hésitant entre surgir et s'amollir sur place.

paysageag

On est revenu en boucle vers le versant Sud, celui où a été tourné le film "Ma nuit chez Maud", tournage qui avait tourné la tête aux habitants de voir débarquer tant de monde en cet hiver 68 pour filmer leur ville noire toute drapée de blanc.

poésie

Ensuite, Pacôme, organisateur de la Semaine de la Poésie cette année (si, si !) est venu le récupérer en voiture pour l'héberger au rez-de-chaussée de sa maison où il aura une chambre à côté du studio d'enregistrement qu'utilise le groupe de rock de Pacôme le week end.

Une tonne de travail m'attendait au retour... et pour Grégory, "Sa nuit chez Côme" !

Bises de ta cousine,

Sarah

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,