Défi #613


Mais si vous allez trouver !

Zinneke

 

6131

 

https://fr.wiktionary.org/wiki/zinneke

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


dans l'eau de yallah (joye)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Les cinq amis par bongopinot

b

 

 

C’était un jour de printemps si doux

Dans un joli petit coin d’Anjou

Cinq amis tristes d’aller s’enfermer

Dans des classes surpeuplées

 

Têtes basses trainant des pieds

En suivant ce chemin d’écoliers

Se sont mis à hurler à l’unisson

Une chanson de leur composition

 

Yallah, yallah les amis

C’est la fête aujourd’hui

Faisons l’école buissonnière

Retrouvons nous dans la clairière

 

Là où les oiseaux chantent

Où le ruisseau nous envoute

Allons grimper aux arbres

Et courons dans les hautes herbes

 

Jouons aux aventuriers

Aux gladiateurs son soulier

Et couvrons nous de fleurs

Pour embellir nos cœurs

 

Et, dès la nuit tombée

Rentrerons dans nos foyers

Nous serons sûrement punis mais si heureux

D’avoir pu partager nos éclats de rires de nos jeux

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Le nom du père (Kate)


Y'a la petite Madeleine

Dont la mer

A emporté le père

Emmanuel

Qui restera avec sa peine

Y' a celle

Qui se nommera

Emmanuelle

Qui se souviendra

Y'a l'appel

Du ciel

"Dieu est avec nous"

Qui s'est orientée

Vers les plus déshérités

D'entre nous

 

 

 

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,


Ya la mer et un pti air a-mer (Nana Fafo)

Petit poisson au crochet.

On peut l'appeler Espadon au crochet, Marlin au crochet et Xiphias au crochet.

Mais... cette semaine pour le n° 612 du Samedi Défi,

on parle de Yallah avec soeur Emmanuelle

Oui, oui... allons-y

DSC07383

 

Je vous ai conconcté une petite vidéo (j'y prends goût !)

 

.
ya la mer et ses poissons débonnaires

ya la plage et ses jolis coquillages

ya  la marée et ses généreux crustacés

ya la surface de l'eau et ses gros cachalots

ya la vie marine et ses paysages de ballerine

ya la famille gladius qui vit à zéro degré celsius

ya la petite xiphias au crochet et son air de piranhas
.
.
Belle lecture créative à toutes et à tous

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Quand faut y aller... (Walrus)


Le matin, on nous avait embarqués dans nos GMC, ces camions américains dont on prétendait qu'il était interdit de les laver parce que c'était la boue qui les tenait ensemble (on racontait même que certains avaient fait le débarquement; il est vrai que nous portions sur le bras gauche l'insigne de la brigade Piron).

w6121

Nous avons quitté Spich pour nous rendre à Ossendorf, de l'autre côté de Cologne, pour participer à un défilé ou une parade ou une prise d'armes, bref, un machin où il nous fallait marcher au pas en groupe bien structuré etc...

Le RSM (Regiment Sergent Major) que nous appelions l'adjupette (bien qu'il ne portât pas de kilt) nous avait bien fait la leçon sur comment régler nos pas sur la musique : "Boum, c'est gauche !"

Par "Boum !" il entendait le temps fort de la marche jouée par la musique militaire, en l'occurrence "Le régiment de Sambre et Meuse". Ça nous faisait une belle jambe, surtout à Sterpin, un grand dégingandé qui avait bien du mal à distinguer son pied droit de son pied gauche.

Sambre et Meuse, c'était un des départements de nos régions au temps où nous étions Français, approximativement celui de l'actuelle Province de Namur.

Nous avons donc défilé au son de cette marche, célèbre s'il en est. Par bonheur, contrairement à vous, nous avons échappé aux paroles.

Tout ça démarrait sur un vigoureux "En avant, marche !" lancé par l'adjuchose en synchronisation avec la musique (synchro pour lui, nous, ça nous a pris un certain temps pour trouver le bon "Boum !").

À l'époque nous n'avions encore dans nos rangs en dehors des Belges de souche que des descendants d'Italiens, d'Espagnols, de Turcs et de Polonais.

Aujourd'hui, vu le pourcentage des gens d'origine maghrébine dans la population, il crierait peut-être "Yallah, marche !", mais on ne peut pas savoir, y a plus de service militaire...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

Yallah quoi ? (Vegas sur sarthe)


Je suis immergé dans la lecture de 'Une vie avec les pauvres' de Sœur Emmanuelle quand Germaine déboule dans le salon, trempée jusqu'aux genoux : » Y'a la machine à laver qui fuit ! »
Je redescends doucement sur Terre : « Yallah quoi ? »
» Y'a la machine à laver qui fuit ! »
Encore sous l'emprise de la célèbre chiffonnière et tout imprégné d'humanité et de générosité, je réponds : »Allons-y … en avant »
Etonnée de tant de diligence Germaine me suit comme on suivrait le Sauveur jusqu 'à la buanderie transformée en pédiluve.
« Y'a la bassine dans le placard à balais » aboie t-elle.
Je me surprends à répondre : »En avant … allons-y»
Je cherche une wassingue, ce qui reste d'un mémorable Défi du Samedi.
Pour une fois Germaine a deviné ma pensée : « Y'a la serpillière dans l'autre placard»
Va pour une serpillière, j'acquiesce : »Allons-y … en avant »

Germaine m'observe d'un œil circonspect.
À genoux j'adresse une prière à saint Eloi patron des plombiers et une à la mère Denis, ça ne mange pas de pain ...
Puis je plonge courageusement derrière la machine, heureusement j'ai encore pied.
« Y'a la clef anglaise à côté du lavabo, si ça peut t'aider» me précise Germaine.
« Ça peut m'aider, allons-y … en avant » dis-je en saisissant cette clé qui n'a rien d'anglaise sinon qu'elle serre à gauche et pas à droite.
Les mains sur les hanches, Germaine m'évalue : »C'est quoi tes Allons-y … en avant ? A quoi tu joues ?»

Et soudain c'est la révélation ! Je découvre que la crosse de vidange est sortie de son logement, aussi suis-je fier de pontifier : »Y'a la crosse qui s'est barrée ! »
Germaine semble ahurie : »Y'a une crosse d'évêque dans une machine à laver ? »
Fier de mon érudition, je confirme : »Oui … Y'a !! »
Perspicace, Germaine conclut : »Y'a qu'à la r'mettre »
C'est ce que je vais faire …  Allons-y … Yallah !
De là-haut la petite sœur des pauvres doit être fière de moi.

Germaine me regarde, déconfite : »Y'a la quoi ? »

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

Yallah ! (Lecrilibriste)


C'était pas : Ah ça ira, ça ira, ça ira !
qu'elle lançait l'Emmanuelle
pour entraîner ses troupes
pour aller trier les chiffons
dans les décharges du Caire
S'acharnant à combattre la misère
dans les bidonvilles du Caire
Non, c'était toujours Yallah !
Qu'elle lançait à tout le groupe
C'était comme le tourbillon
d'un dynamisme plein d'entrain
qu'elle partageait, qu'elle inculquait
que tout le monde connaissait
et qui galvanisait les troupes
Il disait ce cri : On y va ! Yallah !
Va jusqu'au bout de toi-même
ne t'arrête pas, crois en toi
ne te décourage pas
ton acharnement triomphera
Car telle était sa quête
se battre contre les drames de la misère
de la violence et de la guerre
Avec elle, avec son franc-parler
à l'aise avec les grands de ce monde
on respirait un bol de solidarité
Fallait apprendre à connaître les autres
les respecter, se battre pour l'égalité
pour la liberté et la fraternité
ces trois mots qui n'étaient pas pour elle
que des mots, mais des actes à accomplir.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Yallah (TOKYO)

 

Un yallah me porte

 v

Tel un cheval sautant de pierre en pierre.

 Un yallah me porte de visage en visage

Je pleure la domestication de la femme

 Ceux qui lui portent préjudices me font mal.

Un yallah me porte vers elles.

Où sont passés les poètes et leurs roses

Un yallah me porte vers elles.

Je reste attentive à leur chant

L’amour n’est pas péché mortel , nous serions mortes depuis longtemps .

Un yallah me portent vers les loups ceux qui sauvages savent prendre l’air

 Et considèrent la vie comme un voyage .

Un yallah me portent vers eux ?

v2

Je marche sur des jacinthes bleues à la recherche d’Ulysse

 un yallah me porte vers lui .

 je veux vivre à ses cotés

où te caches tu ULYSSE.

C’est midi le soleil est haut dans le ciel

Mon ombre joue avec les martinets qui volent bas , très bas presque en dessous de moi .

Un yallah me porte vers eux .

v3

je voudrai comme eux jouir de cette liberté

Un yallah me porte vers eux..

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,