Mini-Adrienne n'a pas cinq ans, c'est un de ses plus vieux souvenirs. 


Pour une raison qu'elle ignore, elle accompagne son grand-père à la messe dominicale. Elle en est heureuse, impressionnée, flattée. Le grand-père est un homme que l'on craint.

Il est dix heures du matin. C'est la grand-messe. Tout se passe dans une langue étrange que le grand-père semble maîtriser. Mini-Adrienne est subjuguée. Admirative. 
Le prêtre lève les bras et dit "Oremus!". Tout le monde se lève. C'est magique.