Cela fait quatre ans je j’observe les seins des femmes qui ont fait l’objet   d’opérations esthétiques.

Vous n’allez pas me croire, mais ces seins-là sont tous identiques et correspondent à une ellipse bien particulière la lemniscate.

J’ai toujours l’impression que tôt ou tard ils vont s’effondrer par la quasi-injonction du temps.

Avez-vous déjà saisi des clichés pris sur le vif de certain people. Entre le maquillage auto bronzant, la chevelure souvent orange soulevée par le vent surgissent de seins frappés de la spirale.

Il ne s’agit pourtant ni de raillerie, ni de dédain, mais d’un jugement dû à mon œil déformé par mes études de physiques quantiques.

Elles mettent tant d’ardeur à afficher leurs nouveaux seins tous droits sortis d’une équation seins refaits = la plus belle., elles passent toutes à côté de la méchante sorcière qui leur donnera la pomme du vieillissement quoiqu’il arrive.

 Sans compter le prix exorbitant d’une telle entreprise. Vous l’entendez tinter, le tiroir-caisse des Pink Floyd ?  Moi sur la plage je les poursuivrai pour abus de position dominante sur le marché de la drague. Parce ce qu’à force de se réinventer et d’améliorer leurs armes d’assaut il va nous rester quoi à nous les femmes non biotiques.

La lemniscate qui est le patron de tous les gestes chirurgicaux, il devrait faire l’objet d’une chasse aux sorcières. Ce détournement de la physique qui va provoquer des divorces dans les chaumières n’en finit pas de me questionner.

Car nous les nanas on est menacé d’intinction si on n’y prend pas garde.

v

 Au départ il s’agit derrière cette intervention sans doute d’une angoisse existentielle/ à quel sein me vouer ?

Observez que je viens d’éviter les calembours graveleux et que j’essaye d’être le plus sobre possible pour dire la chose :

 Je n’ai pas besoin de côtoyer ces femmes pour foirer mes stratégies de séduction dans les grandes largeurs. Car ma lemniscate à moi ressemble à une crêpe. Je sais je ne suis plus en pole position j’incarne donc la défaite ,de toutes les femmes qui ont résisté aux lemniscates.

On avance, on avance, on avance, c’est une évidence, on n’a pas assez d’essence, pour faire la route dans l’autre sens…