kilt[1]


Connu pour sa légendaire pingrerie l'écossais porte le kilt sens dessus dessous c'est à dire sans dessous dessous.
Si le kilt est appelé jupe portefeuille il ne contient guère que quelques bijoux de famille sauf s'il est porté par une femme ce qui est rare.
Il est conçu sans poches afin ne pas avoir à faire l'aumône.
Le kilt est constitué d'un tissu de même nationalité – l'écossais – afin de rendre fous et faire fuir les caméléons car le caméléon a la réputation de se nourrir de cricket (première spécialité écossaise) et de tartan (seconde spécialité écossaise) en laine de mérinos.
Le tartan est une étoffe rare car il arrive que le mérinos mange le caméléon.
Le tartan est une étoffe qui s'apparente au vitrail de par ses carreaux de couleurs mais c'est leur seul point commun.
Le port du kilt nécessite un certain savoir-faire et bien sûr un savoir-défaire. S'y draper prend statistiquement entre un quart d'heure et deux jours, c'est pourquoi certains n'hésitent pas à dormir dedans.

La technique est simple en apparence :
Draper le rectangle de 5 mètres de tissu autour de la taille en vous assurant que les plis sont à l'arrière . Si les plis sont à l'avant, il faut se tourner et recommencer en veillant à ce que la bordure basse du kilt arrive au genou ; si elle arrive aux chevilles, recommencer en montant sur une chaise.

Attacher le kilt en tirant sur la lanière en cuir du tablier droit (qui est donc le tablier de dessous sauf pour les gauchers).
Avec la main gauche sur la hanche droite, attacher la lanière sur le tablier gauche (qui est donc le tablier de devant sinon il faut se retourner et recommencer) sur les boucles à droite qui sont au nombre de deux en commençant par celle du haut sauf s'il n'y en a qu'une …

Le bord frangé du kilt doit se trouver sur la droite (ou la gauche pour les gauchers) et le kilt doit être bien centré. Vérifier le centrage au moyen du repère inscrit sur le tartan au milieu du tablier de devant. Si le repère n'est pas visible c'est qu'il se trouve derrière vous, il faut vous retourner et recommencer au début.

S'il vous reste du temps (le temps est gratuit sauf pour un écossais), complétez par des chaussettes à rubans en fil d'Ecosse, des chaussures basses, une escarcelle qui palliera à l'absence de poches, un gilet et une veste.
On peut terminer le déguisement par un petit couteau glissé dans la chaussette droite (pour les droitiers) et qui servira à découper rapidement tout ce bazar en cas d'urgence …

Conseil pour le laçage des chaussures basses : Quel que soit le type de laçage – haut, de côté ou bas –  terminer par un joli nœud de taille respectable (comme celui caché sous le kilt)

Bon kilt (en écossais : Happy kilt)