25 janvier 2020

Défi #596


Essayons d'y voir plus clair...

Illumination

 

5961

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


Le samedi-défi par bongopinot

 

b

 

Et hop là déjà la fin de semaine

J’ai mon billet à préparer

Les textes des défiants à commenter

Je vais oublier un peu mes peines

 

Je vais être étonnée parfois

Et rire aux éclats souvent

Être émue de temps en temps

Je ne manquerai pas ce moment de joie

 

On plante quelques graines

On reçoit des sourires des fleurs

Que l’on garde au fond de son cœur

Pour huit journées sereines

 

Les défiants viennent de tous horizon

Avec l’envie de partager

De donner d’échanger

Et cela dure depuis des saisons

 

Et moi j’attends le vendredi

Avec une réelle impatience

Et hop là en cadence

J’envoie ma copie avant minuit

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

Saute-Mollusque (JAK)

DEFI 595 SAM DEFI

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Paré pour le grand saut ? (Ilonat)

 
Et hop, on va sauter la barrière
Et hop, on va enfin monter là haut
Finies les pleurs et la misère
On va enfin se mettre au chaud

Chanté :   Bateau ciseaux on va sauter la barrière
               Bateau ciseaux pour  s’retrouver tout là haut

Scandé :   Fi-nies-les ga-lères
                Les- grosses- ornières
                La la la la lère
                Les chemins –tordus
                Qui vous laissent-sur- le –cul

Finies la souille et la gadoue
Et ces atermoiements de vieux grigou
Qui compte encore ses jours comme des sous
Sur un boulier usé rafistolé tout mou
Finis ces airs patibulaires
A égrener le chapelet
Des ses bobosses et de ses plaies
Il fut un temps dans le passé
Où il avait vécu sans regards en arrière
Un temps où il rêvait de vivre sans frontières
Et sans respect des règles édictées
          Bateau ciseaux, la rivière la rivière….
Puis vint le temps tout gris où son temps fut compté
Qui remplaçait ses rêves par des regrets
          Bateau sur l’eau tous mes vieux rêves envolés…
Alors il s’était dit : Holà !
Je ne vais pas finir comme ça
Dans cette pétaudière
A compter mes abats
Faut trouver la manière
Et faire un vrai  grand pas
           Bateau ciseaux la rivière la rivière……

Et hop, on va sauter la dernière barrière
S’extirper de ce marigot
A nous les belles bayadères
Qui nous attendent tout là haut
Pas besoin de visa, deux p’tits sachets dans l’eau
Bien l’bonjour à Saint Pierre et tous ses angelots

Mais comme il s’apprêtait à faire le grand saut
Une petite voix ensommeillée lui demanda
Hé vieux papa grognon tu m’emmènes avec toi
Faire un tour en bateau ? Et j’ai repris les rames
Comme un ballot

      Bateau sur l’eau la rivière la rivière
      Bateau ciseaux  la rivière au bord de l’eau    


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,


nanoseconde (joye)

leur baiser d'adieu

image retrouvée sur Pinterest

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : ,

Boute-en-train (Walrus)


Au début de mes études secondaires, les trains que j'empruntais pour me rendre à l'école comportaient encore des voitures de troisième classe... en bois.

Dendermonde_Puurs_C96626

Elles étaient équipées de banquettes, également en bois, séparant les compartiments, assez hautes mais laissant néanmoins un espace d'une cinquantaine de centimètres entre leur sommet et le filet à bagages. Je n'ai hélas pas trouvé d'illustration de la chose.

À l'époque, il était d'usage dans ces trains "scolaires" de faire voyager dans des compartiments distincts les garçons et les filles. Cette ségrégation découlait naturellement de celle en vigueur dans les écoles : Athénée pour les garçons, Lycée pour les filles (dans l'enseignement officiel. Chez les catholiques, c'était Collège et Institut).

À cette époque également, j'étais plutôt chétif, si bien qu'un jour, un, deux, trois, hop-là ! Les "grands" de mon  compartiment m'ont balancé par-dessus le siège dans celui des filles.

J'en ai encore les tympans qui frémissent, c'est fou ce que ça peut hurler les filles !

Pour bien peu, en fin de compte...

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,

hop là... boum! (Adrienne)

 
"Raide comme un piquet!" voilà ce que le père de l'Adrienne n'a cessé de déclarer à qui voulait l'entendre en parlant de sa fille. "Raide comme un piquet!" - en on sentait bien sa désillusion, lui qui excellait dans tous les sports sauf aquatiques.

Sans doute qu'il aurait fallu baisser les bras et accepter. Mais c'était compter sans cette tête de mule d'Adrienne. "Raide comme un piquet!", aha on verrait bien.
Si au cours d'éducation physique les points avaient été distribués selon l'implication et la bonne volonté, c'est elle qui aurait été première. Malheureusement, à cette époque, c'était le résultat qui comptait.
Elle regardait ses condisciples qui l'une après l'autre réalisaient le saut du tigre. Si elles y arrivent, se dit l'Adrienne, moi aussi je devrais pouvoir le faire.
Y a pas de raison.
Alors elle prend son élan... Hop là... boum!
C'est ainsi qu'elle a eu tout un bras dans le plâtre, du poignet jusqu'à l'épaule, pendant quelques chaudes semaines de juin.
"Raide comme un piquet!"
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,

Collapsologie sautillante (Joe Krapov)

DDS 595 920be1ea5abd98ea1831bc1208cadb85S’il suffisait - Hop là ! Hop là ! -
De sauter par-dessus les flaques
Nous le ferions sans hésiter
Car nous avons su rester souples, 
Primesautiers, légers, gamins.

Mais c’est la banquise qui fond !
C’est Belgrade qui s’asphyxie !
C’est l’Australie qu’on incendie !
Des tsunamis pour le Japon
Et des îles qui s’engloutissent !

C’est pourquoi je vais maintenant
A pied jusqu’au bout de la ville
Jouer aux échecs tous les jeudis

C’est pourquoi je marche toujours
Vers Villejean tous les mardis
Pour y écrire des bêtises
Ou chanter la fin de la vie
Les animaux qui disparaissent.

DDS 595 0ad6e431a9fa84acdecd51c5cb806c1eEt quand il a plu sur la ville
Je vais courir sur le halage.
Hop là ! Hop là ! Hop là ! Hop là !
 

Je saute par-dessus les flaques
Et je le fais sans hésiter
Car je fais preuve de souplesse.
J’ai su rester primesautier,
Léger, gamin et, de surcroît,
J’adore ce qui est inutile !


Photographies d'Henri Cartier-Bresson

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

Non pas "hop là" mais "hop là !" (Kate)


Si "hop" (ou "houp") serait un mot ancien à l'origine plus ou moins vague, "là" un explétif d'insistance, c'est-à-dire une marque déictique qui maintient le propos de la subjectivité, qui sert à affermir, confirmer le premier mot... Bon, mais encore ?

Ce n'est en tout cas pas le "tope là" des barguigneurs, le "stop, là !" des autostoppeurs ni le "dope-la" des entraîneurs...

Enfin c'est "hop" et pas "cop, flop, lop, mop, pop, sop, yop..." !

Éliminons également youpala, Yoplait, hou là là, ukulélé, et autres hula hoop...

 

Alors ? Une chanson ?

Ce n'est pas non plus "Le fiacre" d'Yvette Guilbert (quelle réussite !),

ni "Prosper" de Maurice Chevalier (quel succès !),

ni "Deci-delà, cahin-caha"( Véronique, Marcel... et puis Paulette !)

pas plus que "Djobi djoba" (oh ! là !)

ou "Be bop a lula" (oh là là !)...

Et si c'était une chanson au parfum léger, subtile, sensible...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,