"Raide comme un piquet!" voilà ce que le père de l'Adrienne n'a cessé de déclarer à qui voulait l'entendre en parlant de sa fille. "Raide comme un piquet!" - en on sentait bien sa désillusion, lui qui excellait dans tous les sports sauf aquatiques.

Sans doute qu'il aurait fallu baisser les bras et accepter. Mais c'était compter sans cette tête de mule d'Adrienne. "Raide comme un piquet!", aha on verrait bien.
Si au cours d'éducation physique les points avaient été distribués selon l'implication et la bonne volonté, c'est elle qui aurait été première. Malheureusement, à cette époque, c'était le résultat qui comptait.
Elle regardait ses condisciples qui l'une après l'autre réalisaient le saut du tigre. Si elles y arrivent, se dit l'Adrienne, moi aussi je devrais pouvoir le faire.
Y a pas de raison.
Alors elle prend son élan... Hop là... boum!
C'est ainsi qu'elle a eu tout un bras dans le plâtre, du poignet jusqu'à l'épaule, pendant quelques chaudes semaines de juin.
"Raide comme un piquet!"