Si "hop" (ou "houp") serait un mot ancien à l'origine plus ou moins vague, "là" un explétif d'insistance, c'est-à-dire une marque déictique qui maintient le propos de la subjectivité, qui sert à affermir, confirmer le premier mot... Bon, mais encore ?

Ce n'est en tout cas pas le "tope là" des barguigneurs, le "stop, là !" des autostoppeurs ni le "dope-la" des entraîneurs...

Enfin c'est "hop" et pas "cop, flop, lop, mop, pop, sop, yop..." !

Éliminons également youpala, Yoplait, hou là là, ukulélé, et autres hula hoop...

 

Alors ? Une chanson ?

Ce n'est pas non plus "Le fiacre" d'Yvette Guilbert (quelle réussite !),

ni "Prosper" de Maurice Chevalier (quel succès !),

ni "Deci-delà, cahin-caha"( Véronique, Marcel... et puis Paulette !)

pas plus que "Djobi djoba" (oh ! là !)

ou "Be bop a lula" (oh là là !)...

Et si c'était une chanson au parfum léger, subtile, sensible...