b

 

Sur le sentier des Gabelous

J’ai rencontré un clou

Planté sous mon soulier

Il m’a fait mal au pied

 

Je me suis assise sur un rocher

Pour enlever ce clou rouillé

Puis j’ai repris ma route

Je suis passée sous une voûte

 

Formée par de drôle d’ombres

Sous le frileux soleil de décembre

Et j’ai continué à suivre la piste

Et j’ai croisé quelques cyclistes

 

J’ai suivi sans arrêt mon chemin

Car le ciel devenait vilain

Un brouillard blanchâtre fait d'embruns

Aidait la mer à former son écrin

 

Un paysage merveilleux s’ouvrit à moi

J’ai stoppé malgré la pluie et le froid

Ce moment à classer au registre du sublime

Je l'écris pour que ça ne se perde pas dans l’abîme