Quelqu'un passait devant l'horloge
Une main sur son ombre l'autre sur son silence
Il fouillait dans les plis des rideaux
D'où tombaient les regards
Au cœur d'un fouillis de paroles
Marchait un homme sans nom