Il doit bien y avoir dix ans que l’Adrienne est abonnée aux Notules dominicales de Philippe Didion. Le dimanche vers l’heure de midi, la notule hebdomadaire arrive dans la boîte aux lettres.

L’auteur y recense scrupuleusement chaque film vu, chaque livre lu, ainsi que l’avancement de quelques chantiers, comme les photos d’enseignes de maisons de coiffure ou les monuments aux morts de 14-18.

Ce dernier chantier prétend à l’exhaustivité et requiert par conséquent une stratégie infaillible : à l’aide de la liste des communes du département, suivre l’ordre strictement alphabétique et visiter, semaine après semaine, chaque village, chaque commune, pour y photographier le monuments qui commémore la Grande Guerre.

En 2001, il était à la lettre B. Ce mois-ci, dix-huit ans plus tard, il est au R. C’est dire l’ampleur du chantier.

En plus de la photo, Philippe Didion fait une description complète du monument : ciment ou granit ? Entouré d’herbe ou de gravier ? Fleuri ou délabré ?

Les inscriptions aussi sont soigneusement recopiées : textes, dates, noms.

L’Adrienne trouve ça terriblement émouvant.