Dès la parution du sujet, Emma avait identifié la chose puisque le commentaire qu'elle a déposé ce jour-là fait référence au Da Vinci Code.

Il s'agit du Gnomon de la méridienne de l'église Saint Sulpice, à Paris.

Contrairement à ce que prétend le dit bouquin, le filet d'or qui traverse l'église n'est pas la matérialisation du méridien de Paris (lequel passe par le cœur de l'observatoire à quelques centaines de mètres de là et possède lui aussi son insert d'or), c'est une simple méridienne et elle sert à déterminer avec précision le moment précis de l'équinoxe ainsi que l'heure solaire locale.

Ah, le méridien de Paris ! Il exprimait la volonté du Roi-Soleil de faire de sa capitale la référence du monde (Il n'est bon bec que de Paris...) alors que nous savons pertinemment bien qu'il s'agit de Londres.

Cette histoire de méridien m'a rappelé ces aventures de Tintin "Le Secret de la Licorne" et "Le Trésor de Rackham le Rouge" où le capitaine Haddock se met le doigt dans l'œil en oubliant que la longitude figurant dans le message de son ancêtre faisait référence au méridien de Paris et pas à celui de Greenwich.

Il faut comprendre qu'Hergé était Belge et avait trouvé cette astuce pour corser un peu les aventures de ses héros. Mais il est impensable qu'un marin français, un fils de cette république où l'on nomme encore la Marine Nationale "La Royale" et où une large partie de la population compte encore en "anciens francs", ne fasse pas immédiatement la correction de 2°20'13,82" pour se retrouver en longitude connue (mais l'a-t-il faite dans le bon sens ?).