D'un côté, la barrière de l'interdit et de l'autre côté, l'issue de secours, le filet d'air indispensable à ma respiration, la fenêtre ouverte à la vie, à l'envie...Au milieu, mon esprit torturé.

Comme l'adolescent qui cherche des preuves d'amour pour pouvoir affronter la vie, l'ennui, les paris idiots, oui, comme lui j'ai cherché, j'ai cru, j'ai supposé...Comme lui, j'ai élevé mes interprétations erronées au rang de certitudes. Comme lui, j'ai foncé tête baissée pour mieux affronter les difficultés, les déceptions, les désillusions.

Comme à lui me vient l'envie de me rebeller, une fois encore, au pied de la limite à ne pas franchir. Devant celle-ci j'entends les murmures des gens respectables. Ils sont rassurants, forcément, les gens sérieux, ils savent toujours ce qui est bien, ce qui est mal...De toutes leurs bouches, des échos de bonnes conduites, de mises en garde, de reproches programmés se croisent. Je m'étends sur le lit, mes pensées tournent en boucles et me donnent la nausée. C'est sûrement un cauchemar, comme celui que je faisais enfant, quand j'étais fiévreuse.

Je regarde le plafond, les bouches sont là, me dévisagent, j'ai peur. Je cherche ton visage, au milieu de ces yeux rieurs, méchants. Je tends l'oreille mais je n'entends rien d'autre que leurs rires tonitruants. Où es tu ?  toi seul peux combattre les monstres de mon âme torturée, mon amour te rend aussi invincible qu'invisible.

Je suffoque mais comme un animal en captivité, assuré d'avoir tous les jours sa pitance, j' hésite à m'enfuir de ma cage, je respire son air vicié et mon teint blêmit, mes poumons s'atrophient, mon coeur s'affaiblit. Un jour, je me pencherai au dessus du vide de cette baie vitrée et comme toute réponse à l'échec de ma vie, et comme au dessus d'un puits où il n'y a plus rien à puiser, je me laisserai tomber... puisqu'il ne peut en être autrement. Un jour, je ne verrai plus toutes ses bouches et leurs mensonges mais sur tes lèvres, sans bruit, dans une autre dimension, j'irai, mon amour, déposer le plus beau, le plus tendre des baisers...