À l'orée de la forêt, elle hésita, puis, poussée par sa curiosité, par sa formidable envie de le rencontrer, elle avança dans la pénombre odorante et humide. Etait-ce une légende ou pas, elle était bien décidée à en avoir le coeur net ! Il lui fallait trouver le vieux chêne malade qui abritait en son tronc une famille d'écureuils, puis suivre le chemin tortueux à sa droite. Des brindilles craquaient sous ses pas , des glands lui tombaient sur la tête, des fougères lui chatouillaient les jambes.

Le livre de l'arrière-grand-mère décrivait une clairière enchantée, avec en son centre, un magicien aussi surprenant que généreux. Il suffirait de lui susurrer à l'oreille quelques mots pour qu'il en fasse tout un poème, ou bien de lui souffler une idée, une couleur, pour que naisse toute une histoire. Bientôt il lui raconterait les plus beaux contes débordants de princesses, de fées, de chevaliers et de sorcières. Cette idée l'enchantait et lui donnait tous les courages.

Ses pas ralentissaient bien malgré elle. Le soleil semblait l'avoir abandonnée, en même temps que ses forces... Seuls quelques oiseaux l'encourageaient à persévérer. Elle décida alors d'une petite pause et s'endormit  sur un coin de mousse, plus moelleux que le meilleur des matelas, ne pouvant résister à une douce torpeur. Elle aperçut très vite, l'homme aux mille histoires. Elle s'approcha de lui, il paraissait l'avoir attendue depuis si longtemps. Son corps était couvert de feuilles et son visage avait les traits tirés. Il lui sembla si triste qu'elle voulut d'emblée être son amie.

Elle s'approcha et lui murmura quelques mots bien choisis. Il était question de vallées, de sources, et de voyages. Alors le visage du magicien s'éclaira et toute une féerie coula de sa bouche. Volant comme un oiseau, elle se posa dans une vallée recouverte de fleurs de toute beauté, elle se baigna dans une rivière d'eau douce et but à la source magique, celle qui exauce presque tous les rêves. Il l'emmena faire un voyage merveilleux. Elle devenait l'héroïne de toutes ses histoires. Quand elle ouvrit les yeux, il avait disparu, lui laissant en souvenir une grande plume, aussi douce que le duvet d'un oisillon. Elle la sentit et apprit l'odeur suave de la liberté. Entre rêve et réalité, entre éveil et somnolence, elle rentra le pas léger. Il lui suffirait, à présent, de caresser sa plume magique et de fermer les yeux pour basculer dans l'autre monde...