Grâce ou à cause du défi du samedi, il va falloir que je revisite mes châteaux à pied, en imagination, en lisant ou en tableau, pour savoir s'ils ont ou non une échauguette.

 

Du château réel de Brienne où dormit Napoléon qui a donné son nom au musée de la ville qui va rouvrir[1] à celui de  la « Fantaisie[2] » nervalienne que je récite pour me rassurer pendant les IRM.

Du château de la Motte-Tilly[3], visité en famille ou avec l’école, au Château du Jarez[4] découvert avec toi, un château du présent.

Du château vu à Auvers-sur-Oise[5], ville peinte par Van Gogh et Daubigny au château noir peint par Cézanne[6], vu en peinture, en vrai puis à nouveau en tableau.

Des « Petits châteaux de Bohême[7] » de Nerval aux châteaux du « Voyage en Espagne » de son ami Gautier, les construire est inutile, puisqu’ils sont comme tous les châteaux de papier et de toile, à portée quotidienne de mes yeux fatigués et secs et de mes mains folles.

 

 


[7] http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2011/03/09/gerard-de-nerval-petits-chateaux-de-boheme.html