"Refile moi un calva, Marcel, cette histoire m'a coupé les pattes."
« En tout cas ça t'a pas coupé le gosier »
« Si j'm'attendais à ça ... »
"On en a rien à foutre mon vieux, personne connaissait ce Georges Clounet dans l'quartier."
"Quand même Marcel... depuis des mois qu'y sortait d'son immeuble sans jamais une égratignure ni même un pli à son froc, et Vlan !!"
"Ben ouais, c'est la vie mon vieux : t'as tout pour être peinard, une belle gueule, des nanas, du boulot et pis y a un piano qui t'arrive sur la tronche sans que t'aies l'temps de voir la marque."
"Ouais, c'est fort de caoua! Un putain d'bastringue qu'on saura même pas qui l'a balancé... savait pas ce Clounet-qui-sait-tout qu'on sort jamais dans la rue le jour du ramassage des encombrants ?"
"Mon vieux, de nos jours les gens ont plus l'courage de descendre leurs merdes alors faut pas s'étonner qu'les pépins arrivent..."
"J'crois bien que c'était un Yamaha."
"T'es sonné mon vieux, j'te dis que c'était un piano, pas un scotaire !"
"Un bastringue ou un scotaire ça change quoi ? il est dessous à c't'heure! Bon sang, remets moi un calva Marcel."
"Tu devrais arrêter mon vieux..."
"Tu sais bien qu'y a qu'ça pour me remonter le moral, Marcel."
"Hum. J'voulais dire que tu devrais arrêter d'regarder les réclames à la téloche."
"Ca m'revient Marcel ! C'était un Ouatelse! C'est l'dernier truc qu'il a eu l'temps de dire ! Et Vlan ..."
"Tu t'fais du mal à refaire le film mon vieux. Essaie d'oublier tout ça et rentre chez toi avant qu'la Germaine te passe une avoinée."
"T'as p't'être raison, la marque du bastringue on s'en fout... y a qu'les pétomanes qui s'intéressent à ça" 
« Mélomane mon vieux, pas pétomane »
« T'es sûr ? »
« Ouais … le pétomane ça fait pas l'même son »
« T'en as déjà entendu des pétomanes ? »
« Euh … j'suis un peu pétomane moi-même mais en dilettante »
«Dilettante ? Connais pas … Tu vois Marcel, c'est pas la marque qui m'intéresse dans l'caoua c'est c'qui le pousse après. Tiens, remets en un p'tit dernier ».