Au moment où elle a perdu sa belle maison dans son vert paradis, l'Adrienne s'est dit, pour se consoler, qu'elle était libre d'aller s'installer ailleurs. Entièrement libre.

Cette pensée l'a étourdie pendant quelques jours. Que n'a-t-elle rêvé? Tout n'est-il pas permis quand on rêve? Du plus fou au plus modeste, comme un petit appartement à la mer, par exemple.

Deux ou trois réalités l'en ont dissuadée. D'abord - évidemment - le nerf de la guerre. Ensuite, la distance du lieu de travail, même si un jour ce travail prend fin.

Mais c'est en lisant des articles sur le réchauffement climatique qu'elle a définitivement enterré l'idée: il vaudrait mieux, si certaines prédictions se réalisent et si on pense tenir le coup encore une vingtaine d'années, s'installer à la montagne.

Ou alors carrément vivre sur un bateau.

Un de ces yachts qui se dandinent mollement dans le bassin d'Ostende, bien rangés côte à côte, des gros et des petits, des basiques et des somptueux.

Qui n'ont pas l'air de prendre la mer bien souvent, quand on voit comment leurs propriétaires s'y sont installés, en mode camping flottant.

Or, l'Adrienne adore le camping :-)