Gaël, le barde  korrigan a embouché sa bombarde en bois de gaïac subtilisée discrètement à un musicien du bagad de Lann Bihoué qui lui a  fait une crasse impardonnable que je n'ose même pas vous révéler !
Vengeance, Vengeance ! Vengeance ! Vengeance  !!! (car, c'est bien connu,  il vaut mieux ne pas faire de crasses aux korrigans car ils se vengent ) .  
Que vais-je bien faire pour me venger, ?
J'ai une idée, je  vais lui piquer sa bombarde ! Na !
C'est qu'il la convoite depuis un bon moment cette bombarde magnifique en bois de gaïac avec une sonorité à nulle autre pareille.

L'occasion rêvée s'est présentée  lors d'une répétition du bagad et d'une pause de "crêpe partie" pour fêter l' anniverssaire du chef d'orchestre. Le bombardier se goinfrait de sa sixième crêpe croustillante au sarrasin fourrée d'une saucisse, tandis que sa bombarde trônait sur le piano.
Entré à pas de loup,  Gaël s'en empara discrètement  en ricanant dans sa barbe pointue et se sauva serrant son larcin sur le coeur.
Les autres musiciens ont bien senti soudain un courant d'air parcourir la pièce et ont regardé de tout côté, car à Lann Bihoué, on se méfie des courants d'air provoqués dit-on par l'intrusion  subite d'un korrigan, mais le bombardier n'a rien senti car notre notre korrigann'a pas oublié auparavant de lui jeter un sort.
Conquérant, voilà donc Gaël sur une écorce moussue, qui s'époumonne dans sa bombarde en bois de gaïac. Il gonfle les joues comme s'il avait un noyau de pêche dans chaque joue,  redresse le torse et se campe bien sur ses pieds,  pour annoncer à la bombarde, aux korrigans et korriganes des grottes et  des dolmens autour de la Mer d'Irlande  le grand rassemblement autour d'un feu de bois pour la fête de Samain.
Mais que se passe-t-il, aucun son ne sort ? Il en crache ses poumons, reprend son souffle et  recommence, toujours rien ! Vingt fois, il s'y reprend et vingt fois la bombarde refuse d'émettre un son.  
C'est vrai qu'il faut savoir souffler dans une bombarde ! On n'apprend jamais ça chez les korrigans, mais quand même  ! Foi de korrigan, elle a un sort, cette bombarde !
De rage, il se l'arrache de la bouche, exécute un shoot digne de Mbappé (car c'est bien connu que les korrigans sont dotés d'une force herculéenne ) et la bombarde se retrouve accrochée à la plus haute branche d'un chêne des oripeaux où elle n'a désormais à sonner que les jours de très grand vent, ce dont elle rêvait depuis toujours.