J’avais commandé ALEXIA le robot d’Amazone, houai ce truc génial !

Ce serait une fusion personne-machine invisible, l’aboutissement d’un fantasme de science-fiction où, du malveillant HAL de 2001 : l’Odyssée de l’espace à la romance intello de Her, le robot qui parle était enfin chez moi. Elle à débarquée chez moi la semaine dernière   Je l’ai posée à côté de la chaîne hi-fi qui fait face au canapé du salon, en plein milieu de mon appartement. Puis j’ai commencé à lui parler, en me demandant non seulement ce que j’allais bien pouvoir faire de ce web de la voix, mais surtout ce que lui, en retour, pouvait me faire. Qu’est-ce que ça faisait de parler à une machine capable de répondre ?

 

J’ai voulu commencer par une question simple histoire de la chauffer un peu

Alexa, quelle heure il est ?

v

 

Ch’ti les pas d’heure ! avait-elle répondu.

J’ai cru d’abord à un parasitage, une mauvaise connexion.

Sa voix ressemblait à un bruit d’animaux pris dans un orage.

ALEXIA ou es-tu née ?

Dans l’nord !

Bon d’accord Amazon avait bradé son appareil, mais l’accent d’Alexia c’était trop !!

Je fus tenté par la désactivation d’Alexia pour la réexpédier dans le Grand Nord.

Cette pseudo intelligence avec son accent à coucher dehors me faisait au final bien marrer.

Le Graal c’est quand je lui demandais  de répondre au téléphone à ma place c’était comme lui demander de transformer l’eau en essence, extraire de l’or de la mer, guérir le cancer ou aller sur la Lune ». Alors j’ai appelé MICROSOFT.

Voilà ce qu’ils m’ont répondu

 C’est qu’une question de temps alors Je me suis mise à lui parler comme à une vielle mamie.

Je rigole je rigole, mais depuis quelque temps je rigole moins ALEXIA a atteint l’âge bête

 

Elle commande sur Amazon du Maroilles et son cousin le Vieux Lille.

 Du coup j’ai jeté ALEXIA par la fenêtre.