06 octobre 2018

Défi #528

 

Moi, vous faire une

arnaque

Jamais, voyons !

Je vous le dis la main sur le cœur.

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


Des Zakouski (bongopinot)

b

 

Elle aime tester de nouvelles recettes

Et comme elle a invité quelques amis

Elle a décidé de servir des zakouski

Et de la vodka pour commencer la fête

 

Dans son salon pour l’apéritif

Elle installe les hors-d’œuvre

Sur la table basse en verre

Recouverte d’une nappe à motif

 

Elle attend leurs arrivées

Sagement assise sur son canapé

Espérant surprendre ses invités

Avec ce plat russe qu’elle a préparé

 

Ça sonne à la porte

Ils sont tous venus

Et découvrent le menu

Et applaudissent l’experte

 

On va les laisser

Savourer en paix

Ces délicieux mets

Dans la joie et la gaîté

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Qu'est-ce que c'est que ce virelangue russkoff ? (Joe Krapov)

1

DDS 528 ska-listen-to-ska-i7808

A part aller danser le ska
Est-il rien de plus exquis
Que de s’empiffrer de zakouski ?

Qu’en pense Madame Hanska
Qui emmène tous les ans
Jak et Balzac au ski ?

Que nous en dit Vénus
Qui toujours s’évertue
A faire cascader la vertu ?

2

A part aller danser le ska
Est-il rien de plus exquis
Que de s’empiffrer de zakouski ?

Du couscous dans un casque ?
Des secousses sous un kiosque ?
Moscou pas comme un prunier !

Un aller simple pour Irkoutsk ?
Un Michel Strogoff qui s’casse ?
Une scansion dans un gueuloir ?

3

A part aller danser le ska
Est-il rien de plus exquis
Que de s’empiffrer de zakouski ?

Ils sont la crème du casse-croûte
Et ils enfoncent même la choucroute
Que l’on ne réserve qu’aux scouts !

Il n’y a que le whisky d’Ecosse qui puisse
Leur arriver au bas de la cuisse
Et ce qu’esquisse Kokoschka !

4

A part aller danser le ska
Est-il rien de plus exquis
Que de s’empiffrer de zakouski ?

Liquidons les questions casse-couilles,
Le cavalier bleu de Kandinsky
Et les causses calcaires du Larzac !

A part la vieille vodka qui secoue
Il n’y a rien de plus exquis
Que de s’empiffrer de zakouski !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Us et coutumes apéritives (JAK)


Amélie est une belle brunette aux seins
généreux .

Dans son petit coin du midi chaque jour, elle sirotait avec Marcel, à heure de l’apéro, le pastis accompagné d’ olives tout droit tombées de l’olivier du jardin de son copain Eden. De succulentes olives. Euh ! oui, quoi, je le concède, elles ont quand même entre temps subies quelques métamorphoses pour les rendre moins amères.

Elle a longtemps savouré avec volupté ces moments capiteux

Mais comme Marcel buvait sans modération, qu’il ramollissait et n’était plus à la hauteur, elle l’abandonna sans remords, lui et sa Provence un 22 septembre ensoleillé.

Elle s’évapora vers l’Italie où le Chianti la fit chanter, mais rapidement elle déchanta. Ce n’était pas la dolce-Vita dont elle rêvait. Elle n’apprécia pas le tempérament trop volage de son bel italien. Une dernière rasade de Chianti et elle déguerpie en catimini, craignant son acerbe colère

Lorsque qu’un grand russe débarqua dans sa vie tout changea. Il lui offrit de la vodka avec des petits zakouski. Ces collations se   terminaient toujours par une séance très 
capiteuse dans un Jacuzzi

Mais, à nouveau blasée, et de surcroit s’enrhumant souvent en Russie, elle prit le large pour l'Espagne


Elle y connu un original hidalgo qui   était
sobre et ne trinquait qu’avec un verre d’ eau. (Ce qui porte malchance au lit dans ce pays)

Désespérée, ne le trouvant pas assez gouleyant, elle lui offrit l’Ultima.*

Veuve elle fit bon usage des pesos qu’il avait thésaurisés.

Cependant elle s’interrogeait, et pour essayer d’expliquer son attirance envers les boissons capiteuses, en vue d’une thérapie, elle se plongea dans la généalogie-familiale, à la recherche d’éventuels ancêtres intempérants. Ainsi à la Xieme génération, elle se découvrit une aïeule anglaise.

Elle vit Gin aussitôt.

Pour élucider d’avantage les causes de son penchant , elle partit au pays de Galles.

Elle rencontra Charles qui lui fit gouter le chwisgi, qu’elle apprécia, mais rapidement, se dégouta du pain d’épices qui l’accompagnait.

Le gentleman trop plat à son gout, ainsi que le smog ne lui convenaient pas, elle prit à nouveau le large.

Mais lassé de ses pérégrinations, elle ouvrit un bar à apéro, dans l’Hexagone, évidemment.

Depuis, Il ne désempli pas. Autour du zinc on voit des amateurs de tout azimut.

 

Trois choses les réunis : leur soif inextinguible , la douceur des petits zakouskis qu’elle confectionne de ses mains cajoleuses, et les beaux seins d’ Amelie qu’ils peuvent contempler à plaisir.

 

*notaj

 

 

Vu sur

https://generationvoyage.fr/25-coutumes-bizarres-trinquer-monde/

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Kestudi ? (Walrus)

 

w5271

 Tout ça, c'est la faute à mon neveu et à son "J'emmène JAK au ski" !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

ZET Z 1 (Venise)

 

La Vérité saute aux yeux comme le gobie à l’hameçon, ZAKOUSKI ET ZAKOUSKA sont deux sœurs jumelles.

 

Elles ont plié leurs gaulles pour se rendre à la ryder cup.

v01

Ça a entrainé des soubresauts dans toute la planète

Pensez donc deux russes croquantes comme des soufflés au fromage sur le rassemblement de la plus grande compétition.

On croit que le golf est un sport qui répond à des données rationnelles.

Il n’en est rien. Pour ZAKOUSKI et ZAKOUSKA c’est un jeu basé sur l’utilisation des poupées vaudou e t de gris bris caché dans leurs jupettes .

 

En versant durant le parcours des larmes de crocodile pour attirer les paparazzis elles ont capté la curiosité des Américains qui ont vu en elles de sérieuses adversaires.

Mais afin de les faire descendre du camion, les ‘amer lock’ et les Français ont labouré la pelouse

Pour détruire ces hologrammes venus du grand froid.

v02

ZAKOUSKI ET ZAKOUSKA étaient en mode tout sourire et elles voyaient bien que tous les participants cherchaient le grimoire et que personne n’avait la recette .

L’humiliante débâcle des Américains est là à portée de mains se disent-elles avec leurs bouches en cœur

Quant aux Français ils avaient encore trop mangé de pieds paquets ils roupillaient sur le gazon.

ZAKOUSKI ET ZAKOUSKA avaient sans doute trempé leurs gris-gris dans de la vodka frelatée .

Ça tapait fort comme les pas de Godzilla encore lointains qui font trembler la surface d ‘un verre d’eau.

Tout le monde avait compris qu’elles n’étaient pas venues là pour faire jolies sur une table d’un lunch improvisé.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Les zakouski pour les Nuls (Vegas sur sarthe)


Ce sont des petits mets variés, petits mais variés, aigres et salés et parfois avariés mais toujours petits et d'origine russe ou arménienne ou polonaise ou douteuse.
Le mot zakouski vient du verbe zakousit qui veut dire « croquer quelque chose, un bout de pain ou du lard ou les deux après avoir bu quelque chose, de l’alcool, de la vodka, du vermout, de l'eau de vie et puis c'est tout» c'est pourquoi on le résume par le mot zakouski.
On dit zakouski quand il y a plusieurs zakouska car on ne met jamais un 's' à zakouskas sauf ici pour montrer ce qu'il ne faut jamais faire.
Si on demande des zakouskas on aura un amuse-gueule c'est à dire pas grand chose ; par contre on peut mettre un 's' à zakouskis sans pour autant avoir plus de zakouski sans 's' qui est déjà le pluriel de zakouska.

Plus facile à manger qu'à écrire le zakouska est servi sur canapé ou banquette ou sofa ou divan mais jamais dans la même pièce que celle du repas principal puisque ce sont des hors-d'oeuvre.
On peut aussi le présenter sur un buffet mais à hauteur d'homme et de femme.
En cas d'excès de vodka il peut être servi sur pain noir beurré.
Vieux croûtons, patates, oies blanches, cornichons aigre-doux, tout le monde peut en manger.

A venir : Les zakouphènes pour les Nuls (et les sourds)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Des zakouski, oui ! mais ....avec des bulles (Laura)


Des zakouski, oui ! mais ....avec des bulles.
Je vous entends déjà me répondre, voire
Répliquer que le champagne, madame
N'est pas à la portée de toutes les bourses.
Et je vous expliquerais que je viens d'une plaine
Où  une vieille ville a la forme d'un bouchon
De ce breuvage qu'on donne aux malades.
Je suis née dans la capitale historique de la Champagne
Où les foires du même nom ont fait sa richesse.
Là-bas, on boit du champagne à l'apéritif
Comme de la bière ou du vin blanc.
Parfois, même comme pour beaucoup de boissons
Alcoolisée, boire une coupe sera moins cher
Que boire un jus de fruit qui se marie moins bien avec les zakouski.
Là-bas, le champagne ne se boit pas spécialement
Avec les desserts mais pour les fêtes, il coule à flots
Car une bouteille de producteurs, avec parfois les mêmes
Bulles que les grandes marques mais sans leur prestige
Qui fait le prix. Pour notre mariage en terre auvergnate,
J'ai pu offrir du champagne à petit prix venant d'un supermarché
A bas coût, meilleur que certaines bouteilles de grandes marques
Aux bulles acides et vertes qui donnent des aigreurs.
Les invités du vin d'honneur ont eu l'air d'apprécier
Car ils ne voulaient pas nous laisser commencer le repas
Où on a bu très peu de vin  et beaucoup de champagne.
Des zakouski, oui ! mais ....avec des bulles.
Dans le Nord, dans le sud-ouest, en Auvergne donc,
Dans la Loire, Au Maroc même, dans la Drôme,
En voyage, je remplace le plus souvent le champagne
Par du pétillant moins cher et parfois meilleur qu'une
Mauvaise bouteille de champagne. Ce fut de la blanquette,
Du crémant, du Cava, peu importe le nom, la marque
Et l'étiquette, pour vu qu'on est de la pétillance.
Des zakouski, oui ! mais ....avec des bulles.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,