15 septembre 2018

Whisky (Pascal)


Whisky, cartomancien truqueur, illusionniste savant, tempête de mes naufrages, chansons de mes sirènes, escamoteur de mes regrets, chorégraphe de tous mes levers de coude, magicien de toutes mes espérances, accompagnateur de mes défis, entraîneur de mes exigences, montreur de précipices, addiction souveraine, je transpire, je suffoque, j’ai soif de toi, j’attends mon heure. Enfin te voilà, ambré, coulant dans l’ombre de mon verre…

Whisky, maître de mon âme, sang de mes veines, possesseur de mon corps, grand inquisiteur de mes questions, conteur de mes réponses, peintre de mon imagination, je te bois sans rémission, cherchant pourtant, au fond de mon verre, un début de pardon…  

Whisky, réchauffement de ma planète, pansement de mon coeur, perfusion d’oubli, fournisseur de ma flamme, brûlot de mes entrailles, émondeur de vérités, hostie de mes prières impies, je te rebois jusqu’à l’hallali, en élevant mon verre, en sacralisant l’infini, les garces et le paradis…   

Whisky, suborneur de mes résolutions, décorateur de mes mensonges, excitateur de mes lâchetés, balancier de mes vertiges, cauchemar de mes comas, île déserte dans ma dépression, je te re-rebois jusqu’à tomber par terre, en croyant atteindre le ciel…  

Whisky, grand couturier de mes apparences, amplificateur de mon courage, haut-parleur de mes silences, alcool sans partage, champion de mes délires, cerf-volant de mes pensées, gueuse de mes intentions suicidaires, je te vomis dans les caniveaux, la fange et le dégoût…  

Whisky, degré de mes escaliers, paradis artificiel, mouchoir de mes chagrins, prêtre de mon église, lunette astronomique du cul de mon verre, anesthésiant de mes douleurs et peine capitale, je te revomis sans acquittement…  

Whisky, zèle de mes ambitions, entremetteur de mon harem, indulgent hypocrite, capitaine de mon bateau ivre, signataire de mes capitulations, étoile filante devant mes vœux livides, tenancier de mes déboires, feu rouge de mes tripes, feu vert de mes « A boire ! », je te re-revomis et je sombre dans la mélancolie insoutenable ; mes mains tremblent, mon cœur se soulève, mes yeux pleurent…  


Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,


Cigarettes-whisky & antiques pépés (JAK)

 

Cigarettes -whisky et antiques pépés
Me laissent groggy et me rendent bien cinglée
Cigarettes - whisky et potes âgés  
C'est ça ce qui me reste de la vie mais c'est bon de les aimer

 

Je sais que le tabac c'est mauvais pour les dents 
Et on dit que l'alcool c'est pas bon pour le foie 
Et qu' pour les vieux pépères c'est fatal pour le cœur 
Toutefois les trois à la fois, y a pourtant rien de meilleur !

 

Cigarettes -whisky et antiques pépés
Me laissent groggy et me rendent bien cinglée
Cigarettes - whisky et potes âgés  
C'est ça ce qui me reste de la vie mais c'est bon de les aimer

 

 

Au club du 3ieme âge,  j'ai fumé pour faire comme les copines 
Puis j'ai lorgné un old-papy pour faire ma petite maline
J'ai bu dans son verre, Il a bavé dans le mien 
Alors  j'ai bu toute seule pour noyer mon chagrin.

 

Cigarettes -whisky et antiques pépés
Me laissent groggy et me rendent bien cinglée
Cigarettes - whisky et potes âgés  
C'est ça ce qui me reste de la vie mais c'est bon de les aimer

 

 

Les octo, les nona, et même les centenaires
c'est bien comme le tabac, il faut le constater
A peine allumés, ça s'envole en fumée 
Mais il faut bien l’admettre y z'y prennent vite le goût 
Un barbon dans mes bras, un whisky en guise de biniou

 

 

Cigarettes -whisky et antiques pépés
Me laissent groggy et me rendent bien cinglée
Cigarettes - whisky et potes âgés  
C'est ça ce qui me reste de la vie mais c'est bon de les aimer

 

 

Et quand l'Inconnu là-haut qui me zieute d'un œil
M’apostrophera en m'disant on t'demande à l’accueil,,,
Vite un dernier mégot, puis le verre du condamné 
Un baiser à Pépère et vive l'éternité
 !

 

 

Cigarettes -whisky et antiques pépés
Me laissent groggy et me rendent bien cinglée
Cigarettes - whisky et potes âgés  
C'est ça ce qui me reste de la vie mais c'est bon de les aimer.

 

Bye bye la vie... y a plus rien à regretter

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

La cuite mémorable (Venise)

v

 

Il lui avait donné rendez-vous à la chouette aveugle.

Il l’avait attendue toute la nuit.

Siband avait un peu trop bu de whisky

Sans être une machine à prédire l’avenir il avait deviné qu’elle ne viendrait plus.

C’était un lapin de plus à la longue liste des rendez-vous manqués.

Il avait décidé de rayer de sa mémoire son nom, sa voix et tous les souvenirs d’elle .

Le whisky son seul véritable compagnon tenait ses promesses Lui !! !!

Que faire de plus se dit-il vaseux, écœuré,

Est-ce qu’à l’âge du bronze on était amoureux ?

Ils n’auraient pas survécu deux mille ans s’ils n’avaient pas connu l’amour

À moins que déjà le whisky ait joué un rôle majeur dans la traversée de l’humanité.

 

Alors que Simbab dans sa cuite somnolait et faisait des hypothèses, il sursauta soudain effrayé par le bruit des voitures.

L’angoisse se mit à l’étreindre.

A présent il dodeline le long de square avenu. Les trottoirs de cette rue sont toujours bondés de monde.

Simbad possédait un sixième sens qui s’activait pendant une cuite au whisky que de nombreux écrivains auraient pu lui envier.

Il venait de l’apercevoir sur le trottoir d’en face c’était elle.

Maintenant ils marchent cote à côté comme deux étrangers.

Ils se retournent soudain se regardent droit dans les yeux.

Mais simbad a une envie soudaine d’uriner il se précipite derrière un buisson.

Satané whisky pense-t-il ce n’était pas le moment.

Elle se trouve devant une boutique de robe de mariée princière.

 

v1

 

Tu connais le prix de ces robes dit simbab les yeux injectés de sang ?

 

Bien que les chiens n'aient pas le droit de rentrer dans ce genre de boutique

Puis je n’aime pas interrompre le cours de l’histoire pour vous donner des tonnes d’explications.

Ils regardent tous deux le catalogue.

Je vous laisse imaginer la fin avec un bon verre de whisky.

v2

 

 

Scénarios possibles à vous de choisir l’option

1 elle file dans la cabine d’essayage

2 ) le flair de simbad lui dit de se barrer

3) C’est à ce moment précis qu’ il reçoit la gifle de la vendeuse

4) vous vous rendez compte combien une chute c’est le nerf du texte et que vous ne rivalisez jamais avec ceux de l’écrivain et vous jetez le gant pour vous taper la cuite mémorable.

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Speed dating alambiqué (Vegas sur sarthe)


Quand j'ai invité Germaine dans ma garçonnière j'ai voulu l'épater en lui offrant mon meilleur viski.
« Tu veux un viski ?» ai-je demandé en ouverture car cette ouverture je la sentais bien.
Le nez sur son verre Germaine sentait tout autre chose :« C'est chelou, ça sent la punaise écrasée »
Je n'étais pas du tout d'accord avec elle car j'avais souvent écrasé des punaises sous mes charentaises sans que ça sente le whisky mais dans le cadre d'une ouverture il faut toujours faire semblant d'être d'accord.
« Tu peux juste t'humecter les lèvres... n'en prendre qu'un doigt » ai-je dit pour la rassurer même si en ouverture il ne faut jamais proposer un doigt, enfin pas tout de suite.
Elle s'humecta comme je l'ai dit, tira la langue et conclut : »Avec quoi y fabriquent ce machin si infect à avaler et qui sent la punaise écrabouillée ?»
J'expliquai qu'on le faisait avec des céréales, blé, maïs, orge, qu'il y en avait de bien pires car ce Glenfiddich était le meilleur viski que j'aie jamais bu, un viski qui vous fait parler écossais après trois verres.
Loin de moi l'idée de lui en faire boire trois verres bien que j'aurais aimé la voir un peu déchirée pour favoriser l'ouverture.
« Trois verres ! » s'écria t-elle « et pourquoi pas la bouteille » puis elle fronça les sourcils : »Si tu parles vraiment l'écossais alors comment tu dis viski en écossais ?»
Je rusai : »Je n'en ai jamais bu trois verres d'affilée alors je ne le parle pas mais ce que je sais c'est qu'on dit Scotch viski en écossais»
« Tu veux dire Scotch comme celui qui colle ? » s'esclaffa Germaine en reprenant une gorgée.
« Non, pas celui qui colle mais celui qui déchire » ai-je répondu en voulant faire de l'esprit.
«Tout ça m'a l'air bien compliqué » grommela Germaine.
« Pas compliqué mais alambiqué » ajoutai-je toujours pour faire de l'esprit.
Germaine fronça à nouveau les sourcils qu'elle avait déjà bien froncés : »Pourquoi alambiqué ? »
L'affaire se compliquait : »Alambiqué... Alambic... Distillation » développai-je.
Dans les brumes d'alcool Germaine avait repris une lampée de scotch en faisant claquer sa langue. Je commençais à aimer ce moment d'ouverture.
Pourquoi en ai-je remis une couche sur l'alambic ? « Sais-tu Germaine que la cuve d'un alambic doit se culotter pendant dix ans et qu'elle peut servir trente ans ? »
Le feu aux  joues Germaine terminait bravement son verre cul sec : »A propos est-ce vrai ce qu'on dit... que les écossais ne portent pas de culotte sous leur kilt ? »
J'hésitais entre bafouiller et temporiser. Je lui servis un second verre en disant : »C'est une question qui intrigue d'abord les femmes ; certaines fantasment jusqu'à imaginer voir surgir le monstre du Loch Ness »
Lui avais-je cloué le bec ou était-ce l'effet de l'alcool ?
Germaine descendait le second verre à petites lampées bruyantes; à quoi bon lui parler de malt, de tourbe et de brassage.
J'abordai quand même le chapitre de l'évaporation lors du vieillissement en fût, ce qu'on appelle poétiquement la part des anges.
Germaine trouvait l'expression adorable et buvait mes paroles à défaut de viski dans son verre vide.
Je n'eus pas le loisir de l'entendre parler écossais car avant le troisième verre nous avons basculé sur le canapé pour nous déguster mutuellement.
Les puristes vous diront que briser la glace endort les papilles; pour nous deux ça ne fut pas le cas, si le premier nez fut hésitant l'attaque en bouche fut franche et l'alchimie des plus savoureuses.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

En automne, oui ça caille (Nana Fafo)

 

Ronchonchon et Je sappelle Groot

 

“We ski”

 

“Peut-être pour certains cet hiver, mais pas pour Ronchonchon”

 

“Oui ski”

 

“N’insiste pas, hors de question d’aller se geler les miches”

 

“Oui s’caille”

 

“ Voilà, t’as compris, j’aime pas le froid”

 

“Oui sky… ?”

 

“Si the sun shine, d’accord, un p’ti voyage c’est pas de refus”

 

“Oui SKY ?”

 

“Oui, à vélo aussi, c’est pas mal”

 

“We s’casse”

 

“Whiskas tu veux dire ?”

 

“Nooon, we s’casse”

 

“ok, allons-y”

 

Extrait d’une conversation entre Ronchonchon et “Ouh qu’il est laid” l’addict du whisky

 

avant leur grande vadrouille de l’été.

 

Ronchonchon a beaune

 

 

Ben quoi, c’est ma version des “Gardiens de la Galaxie” c’est pas pire que “je s’appelle Groot”

 

Il y a une quête, un héros inconscient, un personnage qu’on ne comprend pas.

 

Belle rentrée créative à toutes et à tous.

 

(Toujours pas de Slip en vue pour Pingouinnot…)

 

 

Défi 524 : Whisky

Pour : http://samedidefi.canalblog.com/

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :


Whisky, Cigarettes& P'tit's mecs (Laura)

Whisky, Cigarettes& P'tit's mecs[1]

 

Du bon whisky irlandais, écossais ou autre;
Du bon whisky, sec, sans eau, sans glace;
Du bon whisky, sans soda ni jus d'orange;
Eventuellement dans un verre mis au frais
Ou un dispositif de professionnel qui revient au même.
Du bon whisky à sentir avant de boire

Les bienpensants vont hurler à la lune si je parle de bonnes cigarettes
Je suis d'accord avec eux puisque j'ai arrêté il y a presque huit ans
Mais j'ai toujours envie de fumer pour le plaisir sans qu'il devienne drogue
Mais comme je ne sais faire les choses qu'avec excès, je repense
A mes Craven A, avec un tout petit faux filtre au goût de Virginie
Avec sa jolie boîte rouge , blanche avec un chat noir qui ne s'ouvre pas comme les autres

Des bons p'tit's mecs, des blonds, des bruns, secs, sans filtre
Pour le plaisir, pour le sexe, pour leur corps, pour la jouissance
Des bons p'tit's mecs, à attraper dans ses filets, avec méthode
Attirer, séduire et jeter, rien de tel pour la confiance que de plaire
Des bons p'tit's mecs, sexys, polis, féministes, presque parfaits
A essayer pour comparer avec toi, mon mari, mon amant parfait

 

[1] http://www.lauravanel-coytte.com/archive/2018/09/08/cigarettes-whisky-et-ptites-pepees-6083126.html

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

08 septembre 2018

Défi #524

 

Allons-y avec modération
(ou pas...)

 

Whisky


5241

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Tilleul

ABCD

 

Avance au hasard,
Bois un verre ici ou là
Chante si tu veux
Dorlote tes panards

A petits ou grands pas,
Bazarde tes soucis
Caracole au gré de tes envies
Défoule-toi

A force de courir
Bâton ou non à la main
Certains dépriment
Détends-toi ! Pour la santé, c'est bon de vadrouiller

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

Vadrouille (JAK)

 

J’avais troqué ma plume d’écrivaillon samdirien ☺, pour m’en aller en vadrouille vers d’autres lieux qui me semblaient plus sereins


J’avais mis des voiles sur les ailes de ma raison, posé un œil différent sur d’autres défis improbables


J’ai alors flâné, griffonné, sur d’autres sphères bloggeuses sans y trouver ce que je cherche en vain


Aujourd’hui,


J’ai vergogne de mon escapade , me voici de retour pour vadrouiller enfin où je me sens à l’aise.


Je suis l’octo prodigue, qui inlassablement revient sur les lieux où elle se sent bien...


Là où l’on découvre le samedi, à une heure très précise toutes les élucubrations, rêveries, poésies qui émeuvent, troublent, interpellent et surprennent


Une poétesse m’a mis la puce à l'oreille, et je dis merci, à ma chère Bongo.


Bonjour les amis, voici la vadrouilleuse  qui revient

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,