22 septembre 2018

Athéna et Grosminet (Vegas sur sarthe)


Pour la deuxième fois j'ai eu un mal de chien à l'emballer, la première fois c'était au café des Sports auprès d'un jukebox qui braillait du Mike Brant « Laisse moi t'aimer, gna gna gna»... et maintenant dans la cuisine:
Faut dire qu'il m'a fallu huit rouleaux de film alimentaire pour en faire le tour mais c'est surtout quand je lui ai fermé la bouche que j'ai pu conclure dans le calme.
Je n'ai pas l'habitude de faire ça et si je n'avais pas vu faire ce saucissonnage au cinéma je crois que j'aurais laissé tomber l'affaire.
Elle avait tellement insisté que je ne pouvais lui refuser ce qui semblait être un plaisir pour elle ou alors je n'avais rien compris à son désir.
Pour ma part – camouflage peluche noire et blanche avec masque de Grosminet – c'était un supplice que de dérouler 150 mètres de film étirable sur ma callipyge compagne d'un soir.
J'avais fini par la caler entre le frigo et la cuisinière afin qu'elle reste bien debout le temps que j'aille démarrer la deux chevaux... manquait plus qu'elle se pète le nez !
J'étais à la bourre – enfin, ça n'est pas ce que vous croyez – disons que je n'étais pas en avance.
Ils avaient dit que la soirée costumée commencerait à 21 heures précises et qu'il y aurait un gage pour les couples retardataires.
J'imaginais déjà un ou deux gages qui auraient ruiné mes espoirs de conquête, vu qu'on ne se connaissait que de la veille avec Germaine.

Quelle drôle d'idée que cette Athéna Debout ! J'avais bien entendu parler des Debout à l'époque de Bécassine et de Pandi Panda mais pas de cette Athena archaïque aux bras collés le long du corps comme une statue de bois... bref, j'avais accédé à sa requête et dévalisé la droguerie du coin.
Il me restait à caser mon xoanon à l'arrière de la deudeuche et filer à la salle des fêtes de Chaloux-Moulineux où se tenait le Concours de déguisements.
J'ai cru déceler un clin d'oeil chez Germaine quand je l'ai gerbée sur la banquette arrière... il faut dire que seuls ses yeux pouvaient bouger ; j'avais fait du bon boulot.
La deudeuche râlait et Germaine ronronnait, ou le contraire, pas facile de distinguer les deux grognements. Ma vieille bécane couinait souvent dans les virages aussi ne m'inquiétai-je qu'en arrivant au moment du déballage.
Germaine avait pris ce teint cireux qu'ont les pharaonnes dans leur sarcophage après quelques siècles d'enfermement...


Les gars du samu n'avaient jamais vu ça et on a commencé par les ranimer ! Finalement on a fait appel aux gars du département des Antiquités grecques du Louvre pour récupérer Germaine et la ramener à la vie, sinon c'était le camion de désincarcération des pompiers mais en beaucoup plus cher !
Deux cent couples subjugués et mal assortis – des Elvis, des Marylin, des Captain America et des Winnie l'Ourson – suivaient cet étrange strip-tease pendant que l'orchestre jouait , je vous le donne en mille du Mike Brant «Tout donné, tout repris»... c'était surréaliste, avec ce xoanon d'un quintal gesticulant et m'insultant sur des paroles affligeantes « Et me voilà comme en prison, je vais, je viens, je tourne en rond ».
Qui a écrit ce truc ? Monsieur Brant ?
L'aurait mieux fait de se lancer dans le parachutisme ou l'électroménager.

On a eu le premier prix, l'oeuvre intégrale des 47 titres officiels de Monsieur Brant et les félicitations du jury.
Germaine s'était calmée mais je mettrais ma main à couper que vingt ans plus tard, elle m'en veut encore.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


XAONON (Venise)


Afin d’échapper aux caméras vidéo je m’étais cachée derrière la porte qui donnait sur l’arriéré cours.
Le musée allait bientôt fermer. Tout en écoutant le son triste d’une cithare, tel un XONON collé à la paroi je me faisais la plus discrète.
A cause de la chaleur estivale, un volumineux climatiseur vrombissait au-dessus de ma tête d’où s’échappait une eau fétide.
Il avait dû être fabriqué dans un atelier clandestin comme tout ce qui se trouvait dans ce musée.
Quand je serai partie avec l’œuvre sous le bras, ils utiliseront des hélicoptères pour me retrouver pensais je.
Mais c’était sans compter sur mon esprit ingénieux et perspicace quand il s’agit d’inventer des combines illégales.
Quand la sécurité se rendra compte que j’ai brouillé les caméras avec une boite de haricot vert, ils regarderont leur technologie extrêmement pointue autrement.
La caméra ne descendait jamais au-dessous de mes épaules je renonçais à ma posture de XONON pour avançait accroupi au rythme du son de la cithare.

En tant que romancière j’a ici le pouvoir d’arracher la statuette de son piédestal et de dévaler en courant les escaliers et de sauter par la fenêtre laissée entr’ouverte
Mais je n’ai pas besoin de faire usage de tels subterfuges, car durant ce dernier quart de siècle soit dit en passant il y a eu tant de catastrophes divines ou non ; tremblements de terre, pluies torrentielles, invasions de grenouilles, attentats terroristes, missiles que je n’ai que l’embarras du choix pour m’enfuir de ce musée .
Je dis ça par ce que je n’ai pas la moindre idée de la manière dont la voleuse va s’y prendre pour voler le XAONON
Apercevant le gardien de nuit nain et bossu de surcroit je proférais  quelques grossièretés …….
Remplacez les trois points de suspension vous-même je n’aime pas écrire des jurons, car en un sens ça m’implique trop.

Le xaonon est maintenant dans mes mains à la barbe du nain. Elle possède un caractère triste et réservé. J’avais l’impression de faire la queue pour acheter du riz subventionné.
Comment se fait-il que durant les dernières décennies personne n’ait pensé à voler le xaonon
  Serait-il possible que le monde actuel ait renoncé à la valeur de ces statuettes.
Après avoir écrit cette phrase d’un geste rageur, je l’ai effacée.
A vingt-trois heures le xaonon à la main je suis enfin devant le musée la statuette cachée dans mon veston

Dans l’encadrement du porche, deux policiers me font un signe de la main.
Je leur rends leur salut.
Ils me crient soyez prudent ne conduisez pas trop vite.
Selon certains préceptes religieux j’aurai du fondre sous la culpabilité mais stoïque j’avançais sans trembler
AU césar 2019 je compte bien abhorrer mon xaonon pour rivaliser avec ce tas de ferraille. N’est pas Deneuve qui veut !!

 

v

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Sculpter ma culture (Laura)

Ai-je déjà vu des xoana1 , effigie cultuelle de bois ou pierre de la Grèce archaïque2?

En attendant d'en voir dans sa patrie d'origine ou dans un musée étranger,

Je peux regarder leur reproduction, polir3 ma connaissance de leur histoire et leur création.

Je pourrais me plonger dans Pausanias et notamment son Périgèse4 qui décrit les idoles grecques.

Dans mes recherches, je recroiserais Nerval5 qui évoque la korè, jeune femme de la statuaire grecque. Le kouros est Apollon, dieu de la lumière ou Phébus, encore évoqué par Nerval dans El Desdichado6. Le kourous est nu, la korè drapée7.

Quand j'aurais beaucoup étudié sur la statuaire grecque archaïque, j'aurais peut-être le droit d'aller voir le sanctuaire d'Héra à Samos8.

Je pourrais aussi aller voir le xoanon d'Athéna victorieuse dans son temple à Athènes.

Rentrée les yeux pleins de beauté, je lirais encore l'histoire et les histoires de la sculpture grecque archaïque.

 

Sanctuaire-de-Samos-Kore-dédiée-par-Cheramyes-192m (1)

15 septembre 2018

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

15 septembre 2018

Défi #525

 

Xoanon

5251

Pas d'inquiétude, moi aussi j'ai dû
me précipiter sur le dico !

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


Son cérémonial par bongopinot

bo

 

 

Il avait son cérémonial du dimanche

Il prenait d’abord un verre tulipe

Le posait sur un guéridon couvert d’une nappe

Prenait sa bouteille de whisky se caressant la moustache

 

Se servait deux doigts de ce breuvage

S’asseyait sur son fauteuil crapaud

Et moi je versais dans son verre un petit peu d’eau

Il passait son verre sous ses narines et partait en voyage

 

Puis il prenait une gorgée aux milles saveurs

Laissait imprégner son palais avant d’avaler

Mettait sa tête en arrière avec un sourire apaisé

Et son corps se détendait et il respirait le bonheur

 

Puis son verre de whisky à la main

Il se levait allait vers sa chaine hifi

Mettait un disque de George Moustaki

Et fredonnait les refrains

 

Souvenir à l’odeur de l’enfance

Une petite fille avec son grand-père

Des moments inoubliables hors pair

À garder et à partager comme une chance

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : ,

Pangloss et Pangramme sont dans un bateau (Joe Krapov)

DDS 524 121235161

Tandis que le docteur Pangloss rame le docteur Pangramme glousse :

- Regardez, Pangloss ! Joyeux, ivre, fatigué, le nez qui pique, le Clown Hary skie dans l’ombre du Karaboudjan ! Le vif zéphyr jubile sur les kumquats du clown gracieux ! C’est d’un drolatique !

- Bâchez la queue du wagon-taxi avec les pyjamas du fakir ! » ordonne Allan sur le pont du cargo.

- Il n’y a plus de whisky ? » s’enquiert le capitaine Haddock.


- Voyez le brick géant que j'examine près du wharf ! lance Tintin à Tournesol

- Ton pauvre zébu ankylosé choque deux fois mon wagon jaune sans que ça me fasse aucun effet ! dit Dupond à Dupont dans la cabine exiguë où ils étudient le kama-soutra.

- Je dirai même plus, répond Dupont à Dupond. Dans un wagon bleu, tout en mangeant cinq kiwis frais, vous jouez du xylophone dans l’oreille d’un sourd, mon ami !

- Il n’y a plus de whisky ? » s’enquiert le capitaine Haddock.


- Monsieur Jack, vous dactylographiez bien mieux que votre ami Wolf ! » entend-on loin au-dessus dans la fusée rouge et blanche d’Objectif Lune

- Votre chant, Madame Castafiore, c’est la voix ambiguë d'un cœur qui, au zéphyr, préfère les jattes de kiwis ! » fayote gentiment le général Alcazar en baisant la main de la cantatrice.

DDS 524 112085790- Hé, Gwendal et Xavier, vous qui jouez beaucoup au Molkky : "feu" !

- Il n’y a plus de whisky ? » s’enquiert le capitaine Haddock.


- Voyez ce koala fou qui mange des journaux et des photos dans un bungalow ! se moque Miss Map en voyant l’oncle Walrus continuer ses recherches à propos du Juxbaron.

- Il n’y a vraiment plus de ce bon vieux whisky ? » s’enquiert le capitaine Haddock.

- Non, capitaine ! Nous avons porté le dernier flacon au juge blond qui fume !

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Telle est la question (Sebarjo)

seb


Lorsque mon grand-père - qui a une belle barbe noire à tendance grisonnante - se sert un verre de whisky, on peut être sûr d'une chose c'est qu'il sait s'en servir et qu'il s'en servira beaucoup d'autres !

Au bout d'un certain nombre d'enchaînements, d'entrechats et d’entrefaites, d'enchantements puis de désenchantements, la question fatale fuse bien que balbutiante et bégayante :


- Whiskylémonvèr ?

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Oui, ce qui rêve.. (joye)

oui ce qui

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

Et vous avez dégusté ? (Walrus)

 

Face au bar du Scotch Whisky Experience
d'Edinburgh

w5241

J'ai pensé que la séance de dégustation
allait se révéler intéressante !

w5242

Bernique, on n'avait droit qu'à deux...
fois deux.

Et un grand verre d'eau quand même.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,