08 septembre 2018

Défi #524

 

Allons-y avec modération
(ou pas...)

 

Whisky


5241

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Participation de Tilleul

ABCD

 

Avance au hasard,
Bois un verre ici ou là
Chante si tu veux
Dorlote tes panards

A petits ou grands pas,
Bazarde tes soucis
Caracole au gré de tes envies
Défoule-toi

A force de courir
Bâton ou non à la main
Certains dépriment
Détends-toi ! Pour la santé, c'est bon de vadrouiller

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

Vadrouille (JAK)

 

J’avais troqué ma plume d’écrivaillon samdirien ☺, pour m’en aller en vadrouille vers d’autres lieux qui me semblaient plus sereins


J’avais mis des voiles sur les ailes de ma raison, posé un œil différent sur d’autres défis improbables


J’ai alors flâné, griffonné, sur d’autres sphères bloggeuses sans y trouver ce que je cherche en vain


Aujourd’hui,


J’ai vergogne de mon escapade , me voici de retour pour vadrouiller enfin où je me sens à l’aise.


Je suis l’octo prodigue, qui inlassablement revient sur les lieux où elle se sent bien...


Là où l’on découvre le samedi, à une heure très précise toutes les élucubrations, rêveries, poésies qui émeuvent, troublent, interpellent et surprennent


Une poétesse m’a mis la puce à l'oreille, et je dis merci, à ma chère Bongo.


Bonjour les amis, voici la vadrouilleuse  qui revient

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

En vadrouille à Montpellier ? (Joe Krapov)

Je n’ai pas trouvé mieux, cette semaine, pour évoquer la grande vadrouille qui est la nôtre, que de ressortir mon questionnaire du losange tout frais pondu de cet été et d’y répondre. Ca n’a pas beaucoup d’intérêt en soi, on ne découvre pas à la fin si on est plutôt Bourvil ou plutôt De Funès (plutôt bourrin des villes ou plutôt plein de finesse des champs !) mais ça montre bien que « les gens de Villejean voient du pays » ! Et les autres aussi !

Que vous le vouliez ou non, votre vie jusqu’à présent s’est inscrite dans un losange, ou, pour être plus précis, dans un quadrilatère (ou un triangle) formé par :

- La ville la plus septentrionale dans laquelle vous vous êtes rendu.e (septantrion n’est pas un mot belge qui laisserait entendre que, dans le lit de la baronne,nous étions soixante-dix chasseurs plus ou moins histrions, mais cela a rapport au nom poétique du Nord
- La ville la plus orientale dans laquelle vous êtes allé.e. La plus à l’Est, si vous préférez
- La plus méridionale (au Sud c’était pas les corons !)
- La plus à l’Ouest (en direction de Brest pour les dyslexiques et les scouts!)

Nous aimerions obtenir de vous les informations suivantes (vous n’êtes cependant pas obligé.e de répondre à toutes ces questions) :

Quelles sont les extrémités de votre losange ?

 

losange JK

 

Quelle est la ville dans laquelle vous avez passé le plus de temps depuis votre naissance ?
Rennes.

Où avez-vous le plus ri cette année ?
A Dol de Bretagne devant l’exposition John Wilhelm.

Dans ce losange, quel est l’endroit où vous retourneriez volontiers ?
Burano dans la lagune de Venise.

Qu’avez-vous déjà fait dans votre vie que personne d’autre que vous n’a fait ?
J’ai chanté, déguisé en bouffon, le rapport du commissaire aux comptes dans une assemblée générale d’association subventionnée.

Avez-vous déjà rencontré une célébrité ? Laquelle ?
J’ai un peu honte de l’avouer mais j’ai serré la main de François Fillon.

Racontez une mésaventure à vous arrivée qui se termina bien
Un été d’il y a bien longtemps nous sommes partis camper pas loin de Lorient pour assister au Festival interceltique. Arrivés sur place, surprise : on avait oublié les piquets de la tente sur le balcon ! Le gérant du camping nous a loué une caravane pour nous éviter de rentrer tout penauds à la maison.


Y a-t-il un endroit où vous ne vous attendiez pas à vous retrouver ?
Oui : à l’opéra de Münich pour assister à un ballet sur le thème d’Alice au pays des merveilles.
Aussi à Mourmelon le Grand pour y effectuer ce qu’on appelait alors le service militaire.

Racontez votre itinéraire professionnel en ne donnant que les noms des villes traversées :
Naissance à : Libercourt (Pas-de-Calais)
Premières études (maternelle, école primaire) à : idem
Etudes secondaires (collège, lycée, université) à : Lille
Premier poste professionnel à : Paris
A vécu à : Libercourt, Paris, Sablé-sur-Sarthe, Rennes

A part celle où vous résidez, y a-t-il des villes dans lesquelles vous allez plusieurs fois par an ?
Lannion et Nantes.

Dans votre ville, quel est l’endroit que vous fréquentez le plus régulièrement ?
La salle Mandoline de la Maison de quartier de Villejean.

Citez une ville en dehors de votre losange dans laquelle vous aimeriez vous rendre :
Portmeirion au pays de Galles, lieu de tournage du feuilleton « Le Prisonnier ».

Citez des villes, autres que votre lieu de résidence, dans lesquelles vous avez dormi cette année :
Lannion, Marktheidenfeld, Dachau, Munich, La Flèche, Nantes, Poulennou, Baguer-Pican, Libercourt, Langon, Lanester.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


La petite vadrouille (Sebarjo)


Nous étions jeunes, à la marge et un peu fous
Partis, la poitrine gonflée, sur les chemins de la liberté
Oh pas très loin, juste un peu après la chapelle du Lou
On vagabondait, en chantant, le pas léger, sans se presser.

Oh non ce n’était pas la traversée des chemins noirs
On serait rentré le lendemain ou même ce soir
Ni celle de Saint-Jacques-La Mecque
Mais, c’était notre petite vadrouille, Mec.

Nous étions un peu moins jeunes, barges et plus flous
Partis, le dos courbé, sur des sentiers bitumés
Nous étions des joggers au grand cœur, sur les genoux
On courait pour rattraper le temps que l’on n’avait pas vu filer

Oh non ce n’était pas une traversée pleine d’espoir
On serait mort un beau matin ou un triste soir
Ni celle de Saint-Jacques-La Mecque
Mais, c’était notre petite vadrouille, Mec.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

Où vent te porte (petitmoulin)


Tu vas où vent te porte
Au gré de ses sentiers
De hasard
Sur la lande inconnue
Tu dessines
Une ombre singulière
Tu prends mesure
De l'horizon
À l'aune de ton vertige
Tu trébuches parfois
Sur les racines du doute
Ton sac sur le dos
Ne pèse pas lourd

L'exaltation ouvre ton chemin
Tu ne te retournes pas

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Mon beau vélo tout neuf (Pascal)


Un gyrophare bleu tournait devant la maison. Un peu partout, il y avait des voisins qui murmuraient entre eux ; l’air grave, ils avaient tous des lampes torche, comme s’ils allaient partir en pénible excursion. Dans la pénombre livide de la cour, je reconnus mon beau vélo ! Sur le pas de la porte, quand mes parents me virent avec mes souliers crottés, des écorchures, des griffures aux jambes, ma jupe toute froissée, et les yeux remplis de larmes, ils crièrent au pire ! M’man pleurait sans jamais s’arrêter, elle ne savait plus s’il fallait me prendre dans ses bras, m’embrasser ou me sermonner !... P’pa était dans tous ses états ; il tournait autour de moi comme un boxeur qui cherche un adversaire à sa taille !... Ils m’assaillirent de questions et je n’avais même pas le temps de répondre ! Ils me parlèrent de rapt, de viol, de séquestration, que des mots dont je ne comprenais rien au sens ! Les adultes, ils ont toujours des sombres pensées, ils voient le mal partout, ils se font des cheveux blancs ; c’est pour cela qu’ils vieillissent…

« Tu es encore partie en vadrouille !... » me cria t-elle, et je lui dis « oui » en hochant craintivement la tête. Mais comment pouvais-je expliquer à tous, et dans les détails, mon extraordinaire aventure ? Le petit oiseau du bord de la route, le papillon multicolore, la libellule arc-en-ciel, l’étang des trente-deux carpes, le coucher de soleil ?... Ils ne vont jamais me croire ! Il me tomba cent mille punitions sur le coin de la figure ! Il me faudrait   un siècle avant que je puisse remettre le nez dehors ! Heureusement que les gendarmes étaient là, sinon ma mère m’aurait donné une fessée devant tout le monde ! Le plus gradé, avec des moustaches de compétition, me tapota la tête avec sa grosse main ; il souriait malgré tout le chambard qui régnait dans la maison ; pour une fois qu’il allait rédiger un rapport qui finissait bien…

A vous, je peux bien raconter mon histoire…  

Voilà, tout a commencé comme cela : je rentrais de l’école et je pédalais fièrement sur mon beau vélo tout neuf, pour rentrer à la maison, située à quelques kilomètres de la ville. Tout à coup, au bord de la route, j’entendis une petite mésange qui pleurait sur une branche ! Non assistance à petit oiseau en danger, ça va chercher loin dans sa conscience, quand elle se rappelle ! Je me devais d’aller la secourir ! Vite, je descendis de mon vélo et je partis à sa rencontre ! En piaillant, elle voletait autour de moi pour que je me dépêche ! Elle m’emmena jusqu’au bout d’un grand champ de luzerne ; au pied d’un vieux mûrier, il y avait son nid qu’un coup de vent avait renversé ! Je le reposai dans l’arbre, là où elle picotait la fourche avec son bec ; et tant pis pour les écorchures sur les genoux, j’étais contente d’avoir remis quelque chose de la nature en place…  

Comme pour me remercier, il passa devant mon nez un magnifique papillon, un comme je n’en avais jamais vu ! Pourtant, je passe du temps dans la campagne à tout admirer, à tout contempler !... J’aime courir de fleur en fleur, j’aime respirer leurs parfums ; je les répertorie dans ma mémoire olfactive et je n’oublie jamais leurs belles couleurs.
Pas pressé, il voletait au bout d’un fil qu’on ne voit jamais ; chaque fois qu’il ouvrait les ailes, le nez en l’air, je pouvais apercevoir le motif extraordinaire, une vraie parure d’apparat, qu’il dépliait comme un grand prélat ; nous traversâmes des champs, nous escaladâmes des barrières, longtemps, je l’accompagnai, envoûtée par toute sa grâce immatérielle…

C’est derrière une haie touffue que je fis sa découverte ; je tombai nez à nez avec une libellule au point fixe ! Elle semblait vérifier ses ailes en les faisant tourner à toute vitesse, et des reflets arc-en-ciel s’irisaient sur son fragile empennage ! Elle m’invita à bord de son vol ! Nous suivîmes une allée de bosquets, nous prîmes un chemin qu’elle seule connaissait tant je griffais mes jambes, nous planâmes longtemps sous l’effet de la brise légère, nous coupâmes à travers un champ de maïs fraîchement moissonné…  

Soudain, nous arrivâmes devant un petit étang ! La libellule s’était posée sur un nénuphar et elle semblait s’intéresser aux poissons qui vaquaient à leurs occupations sous-marines. J’ai reconnu des carpes ! Je les ai comptées ! Il y en avait trente-deux à la file indienne ! De temps en temps, elles bullaient de concert ou bien elles allaient se frotter contre les roseaux, ou bien, encore, elles affleuraient la surface et elles laissaient le sillage éphémère de leur passage, comme une signature sibylline. Sans doute un jeu de trente-deux carpes, me dis-je en sentant l’eau remplir mes souliers vernis…

Le vent s’était mêlé à la fête et créait sur les herbes hautes des ondulations verdoyantes ; en courant avec elles, j’avais l’impression de surfer sur des vagues champêtres ; pendant cette gambade, les sauterelles dansaient avec moi !...   
Les feuilles des arbres alentour tournicotaient sur leur tige sans jamais tomber. Tantôt jaunissantes, tantôt rougissantes, à pile ou face, elles offraient au spectacle bucolique des applaudissements sans fin. C’est à ce moment que le soleil choisit d’aller se frotter contre l’horizon ; les ombres s’allongèrent, les oiseaux se turent, la brume se leva pour rajouter un drap blanc sur la campagne frissonnante. En échange, il naquit un maelstrom de lumières sensationnelles et fuyantes ; c’était un véritable feu d’artifice offert à dame nature et, élève assidue, j’étais à la première place…

Quoi ? Comment ? L’école ! Maman ! La maison ! Je suis en retard ! Vite, vite,  j’ai foncé à travers monts et vallées, champs et chemins ! Les petites grenouilles de l’étang me coassaient : « Dépêche-toi !... Dépêche-toi !... » Les grillons me stridulaient : « C’est par là !... C’est par là !... » Les vers luisants éclairaient mon chemin !... Je voulais récupérer mon beau vélo tout neuf ! On me l’avait volé ! Alors, c’est sûr, j’allais vraiment me faire gronder ! Les yeux pleins de larmes, j’ai couru, j’ai couru sur le bord de la route, pour rejoindre la maison ! La nuit avait semé sa première poignée d’étoiles quand je suis arrivée devant le portail…

Jusqu’à la fin de la saison scolaire, j’eus l’interdiction formelle de toucher à mon vélo ; le matin, c’est maman qui m’amenait à l’école et, le soir, c’est papa qui me récupérait à l’étude. L’année d’après, ils me mirent en pension au Grand Conservatoire. La musique, c’est bien aussi pour s’évader ; les notes, les unes derrière les autres, ou ensemble, à la même harmonie, c’est comme un escalier en couleur : en fermant les yeux, on peut voir… jusque derrière le ciel…

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Qu'est-ce que tu veux, j'ai le dos en compote (joye)

j'ai le dos en compote

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,

Vadrouille de Cannelle (Laura)

 

Vagabondage pour fuir les embrouilles

Aller de bars en bars, d' hommes en hommes

Dériver, divaguer, delirium tremens,

Risque de dépendance, tabagisme

Oser aimer, partir, être aimé

Une vie sans queue ni tête... ou presque

Il fallait le vivre pour prendre confiance

Laisser la peur, les tremblements

Lâcher le comptoir pour marcher plus droit

Et vagabonder en pétillance de mots

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,