Une oreille
Sur la pierre
Vibrante encore
Des rages du canon
Une main
Sur la pierre
Brûlante encore
Du sang de son histoire
Le visage
Sur le silence
Il parle d'été
De l'odeur du jasmin
Des fruits mûrs au verger
Il dit les nuits froides
Et la faim et la peur
Dans les yeux d'un enfant
Il dit l'oiseau blanc
Dans un ciel de tourmente
La lueur accrochée
Au-dessus d'un puits d'ombre
Les champs de fleurs sauvages
Et les champs de bataille

Debout
Sur leur parcelle d'utopie
Des mots voudraient crier
Sans armes mes amis !
Sans  armes !

Qui les entendrait ?