24 mars 2018

Cinq-centième défi

 

À l'occasion de ce cinq-centième défi,
je vous aurais bien interprété un hymne
pompier à souhait !

Hélas, le seul instrument dont j'ai jamais
réussi à jouer, c'est la

 

Guimbarde !

 

 

5001

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


T comme tirer sur la corde (Adrienne)

a1

Si tu tires trop sur la corde, elle se rompt. Tout est affaire de mesure, d’équilibre, ni trop ni trop peu. 

C'est sans doute pour ça que le cappuccino a été inventé - tout son secret réside dans le bon dosage - et les bancs pour se reposer. 

A ce moment-là sur le quai désert apparaît un homme. Il est jeune, très grand, très maigre. Et très noir. 

- Vous n'auriez pas un euro pour manger? 

L'Adrienne a envie de le chasser comme une mouche importune. Un euro pour manger? Ça se mange, les euros? 

On croit être maître de ses pensées, or on ne l'est pas. Dans la tête de l'Adrienne passent en une fraction de secondes des images d'Afrique - où elle n'a jamais mis les pieds - de mère et de grand-mère là-bas qui espèrent que le gamin a traversé la mer sain et sauf et qu'il est arrivé au pays où coule le miel. 

- C'est vrai ce que vous dites, un euro pour manger? dit-elle à ce jeune homme, question plus idiote et plus maladroitement formulée encore, et sans aucune excuse de langue ou d'origine. 

Alors pour ce funambule coincé dans cette gare entre un avant et un après tout aussi incertains l'un que l'autre, elle vide son porte-monnaie. 

Ne lui faites pas compliment de sa générosité: il ne contenait presque rien. 

***

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Funambule sans fil... (Tilleul)


Les gamins se demandaient à quoi pouvait bien
Servir ce câble tendu entre le clocher
Et le haut balcon de la maison de Martin
Les filles et les garçons étaient bien intrigués.

A la tombée du jour, les gens sont arrivés
Les yeux fixés sur le sommet de l'église.
Une clameur fusa : mais quelle bêtise
Une moto roulait sur le fil éclairé...

De rose vêtue, une demoiselle,
Glissait sur ses pieds nus en tenant une ombrelle.
Effrayé, mon cœur battait en accéléré,
Était-elle attachée ? Et si elle tombait ?

Parfois dans la vie, sans être funambule,
Tu marches sur un fil sans aucun vertige,
Mais choisir devient de la haute voltige...
Tu voudrais tellement sortir de ta bulle...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

Funambule -> Fil -> Filet (Walrus)

 

Vous avez vu la suite logique ?

Un funambule se déplace sur un fil et à l'époque actuelle, obsédée par le principe de précaution, il est impensable de pouvoir encore entendre l'annonce qui faisait les délices de nos jeunes années :

"Et remarquez que l'artiste travaille sans filet !
 S'il se tue...
 C'est la mort certaine !"

Et ne me dites pas que c'était cousu de fil blanc !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,


for bongo, with love (joye)

bongo

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

for bongo, with love (joye)

bongo

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Tigresse, es-tu donc funambule ? (Cavalier)

 

Ta berge est joli nénuphar
Qui se dérobe en renoncule,
Emprisonnant mon tronc hagard
Sous la pâleur du crépuscule,
Ta pulpe tiède qui circule
Autour de moi, sans un seul bruit,
Me fait chérir ton calicule,
Quand gloire en fleur n’a point de fruit…

Je serai ton doux léopard
Pris dans tes douves en férule,
Dans tes coquillages sans fard,
Je serai ton conciliabule,
La pluie aux lunes de cupule,
Aux ronces de tes mots minuit.
Je t’aime ô sombre tarentule,
Quand gloire en fleur n’a point de fruit…

Il est des roses sur ton dard,
Ocelles pourpres qui pendulent
Des miaulements en étendard,
Mes allers-retours articulent
Pour dévêtir la libellule,
Laisser la nymphe, et que ma nuit
Découvre enfin ta peau de tulle,
Quand gloire en fleur n’a point de fruit…

Tigresse, es-tu donc funambule,
Liant ma vie où tout s’enfuit ?
Car sous tes fils mon cœur bascule,
Quand gloire en fleur n’a point de fruit…



tigresse3000

 "Ton tatouage prend toutes mes sensations…
Alors viens, sombre funambule,
Laissons là le plombier à ses beaubourgs,
Mais emporte tes jurons de palefrenier fleuri,
Ton smartphone à la glue si jolie,
Et prends ma main je ne la lâcherai pas…"

--> Carrousels - Cavalier 

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

Le Sens de l’Équilibre (JAK)

j01

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Réécriture circassienne d'un chef-d'oeuvre piscénois (Joe Krapov).

DDS 499 funambule supertramp

- J’ai beau être sous ta férule,
Ma chère maman que j’adule, 
Je ne veux pas faire funambule !
Très peu pour moi !

Depuis cet étroit monticule,
Sur le fil d’une tarentule
Avancer comme un somnambule ?
Très peu pour moi !

Ca fait frissonner les globules
D’une populace incrédule ?
Ca relève des travaux d’Hercule ?
Très peu pour moi !

Il y a parmi ces minuscules
Un détestable groupuscule
Qui attend juste que tu bascules !
Très peu pour moi !

S’écraser en tas de fécule,
S’accidenter au crépuscule,
S’éparpiller en particules ?
Très peu pour moi !

Je ne connais pas la formule
Pour se changer en libellule !
Et casser mes jolies rotules,
Très peu pour moi !

- Arrête ce conciliabule
Qui nous brise les testicules !
On a compris ton préambule,
Vieille tête de mule !

N’empêche, pour gagner ton pécule
Et faire claper tes mandibules
Faut autr’ chose que tes opuscules
De poésie, vieux ridicule !

Arrête de nous faire une pendule,
T’impressionnes pas la pellicule !
T’es jamais qu’un ancien ovule !
Numérote ton matricule !

Tu vas pas t’dorer la pilule
Jusqu’à ce que vienne la sainte-Ursule !
Dis-moi donc, triste noctambule,
Espèce de crapule à pustules

Qui bulles sans aucun scrupule, 
Ce que tu veux faire comme boulot,
A part fainéant majuscule,
Dans notr’ petit cirque ambulant ?

- Moi, je veux jouer de l’hélicon !
Pon pon pon pon !
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,