La nuit est tombée depuis plus de trois heures quand le carrousel esquisse timidement un premier tour. Encore engourdis par le froid d'octobre, les chevaux restent immobiles, seul le manège tourne. Ils se réveillent peu à peu, condamnés depuis des lustres à passer leurs nuits à la belle étoile. Comme ils aimeraient la chaleur rassurante d'une écurie avec de la paille et une pleine écuelle d'avoine...Après avoir amusé les enfants une partie de la journée, les voilà contraints de suivre le mouvement de la plate-forme ronde qui les entraine, sous peine de chuter. Dans ce cas, le Patron les achèverait, ils le savent. De la fumée blanche s'échappe de leurs naseaux. Leurs paupières s'ouvrent et se referment plusieurs fois avant de s'habituer à l'obscurité et enfin d'y voir plus clair. Ils s'interpellent pour se rassurer et s'encouragent, encore fatigués. La Noiraude fait une oeillade à son amie de galère, Crinière-Blonde :
"-C'est reparti pour un tour, ma poule !"
"-J'aimerais mieux en être une, j'te jure !"
"-Essaye de pondre un oeuf pour le "p'tit dèj" du boss !"
"-Chut ! Il va t'entendre, on va avoir des ennuis !"
Le Maître des lieux a pris place aux commandes du manège. Ses mains osseuses manipulent les manettes. Les cheveaux commencent une série d'envolées forcées. Une musique les accompagne, semblant venir d'un orgue torturé aux notes inquiétantes. Attirés par l'ambiance particulière de cette nuit aux deux lunes, arrivent les premiers clients noctambules. Un peu spéciaux, en guenilles puantes et avec des visages ravagés par les années, ils arrivent en poussant des grognements, se bousculant pour franchir au plus vite, les grilles du cimetière. Cela fait cent ans qu'ils attendaient cette semaine de fête au village. Certains trébuchent, soûls d'être au grand air et d'autres les piétinent, indifférents à leur cris, sans état d'âme...Il n'y aura pas de place pour tout le monde. Tous les coups son permis, croches-pieds, crânes enfoncés à pleine volées de pelles de fossoyeurs, fractures de fémurs et de tibias ou encore, jets d'eau bénite, aux portes de l'église...Les plus robustes ou plus dangereux, encerclent le manège. A la vision de leur bouches édentées et hurlantes, grouillantes de vers, pour certaines, Noiraude frémit et s'oblige à regarder droit devant elle en accomplissant sa tâche, docile comme si elle était faite de bois . L'orgue de l'église, réveillé par le vacarme dispense des blanches pointées, trainantes, entre deux soupirs, en direction des hôtes de la nuit.
Je comprends peu à peu ce qui se joue...Dans la pénombre de ma chambre, les ombres menaçantes de ces créatures d'outre tombes s'agrippent aux doubles rideaux pour une dernière danse. Je me lève et les épie en retenant mon souffle. Il reste une place libre sur le manège. Les regards dans les orbites creuses se tournent vers moi. Je referme le rideau et fais un pas en arrière, frissonnante.
-"Viens ! viens !..."Les créatures affammées m'attendent.
J'observe le manège à la dérobée, je veux gagner du temps, "le temps qu'il reste"... Ses occupants, qui changent d'aspect de tour en tour m'intriguent : J'aperçois une mariée. Elle est si jeune mais semble heureuse, confiante en la vie, en l'amour...Et voilà le marié, il a beaucoup de classe, il paraît heureux lui aussi, amoureux...
Le manège va vite.. Au tour suivant, des enfants ont pris place. Sous les regards inquiets des parents, ils courent sur le manège, ils montent et descendent des chevaux.
Encore un tour...Les mariés ont changé de place...Leurs regards, tristes, ne peuvent plus se croiser...Les enfants ont grandi et ont l'air triste aussi, bien qu'ils esquissent un sourire.
Le manège continue...Il y a des nouveaux occupants près des mariés désunis. Tous ont pourtant les yeux sans joie mais feignent de croire encore au bonheur. Les étoiles ont filé.
Au tour suivant, encore plus d'enfants, tout le monde semble joyeux. Les adultes donnent le change. On chante, on rit. Des taches rouges jonchent pourtant le parquet du manège. Les coeurs meurtris saignent en silence. Une odeur ferreuse s'élève jusqu'aux naseaux des bètes.
La fête continue. Les occupants se partagent l'espace en deux camps, deux niveaux : les jeunes prennent de la hauteur, emportés par leurs idéaux et les autres s'accrochent à leur monture, trops lourds de renoncements pour s'élever.
Ma peur s'est envolée. Je descends. La mariée du début est assise sur le banc et regarde les autres tourner. Je lui prends la main, fais un signe au Maître des lieux et elle se remet en selle pour poursuivre la ronde.
Au tour suivant, les occupants du manège sont redevenus laids, et leurs rires mauvais se font écho. Je suis avec eux. Je leur ressemble à présent. Mon coeur s'est asséché, plus aucune peine ne le trouble. Je ne pouvais pas rester sur le banc. Le monde intermédiaire n'existe pas. On est vivant ou on est mort, ou alors... mort-vivant...