-"Allo, Chantal ? C'est moi ma chérie, ben comment ça qui, Mireille ! Mireille- De- Lacourtepointe !"

-"Ah Mireille, oui bien sur, tu es donc rentrée de vacances ?"

-"Oh oui et je n'en suis pas mécontente ! Il n'aurait pas dû, je le lui ai dit et répété tout notre séjour... ! Surtout à nos âges..."

-"Mais de quoi parles-tu ma chérie, j'entends mal !"

-"Et bien de Charles Henri, figure-toi que nous avions réservé un charmant bungalow à l'hôtel "La Pirogue" à Mahambo..."

-"Ah oui ? tu es donc retournée en Espagne ?"

-"Mais non Mahambo se trouve à Madagascar ma chère, écoute, révise ta géographie, enfin !

Alors je te disais donc que Charles Henri a sympathisé avec un couple dans l'avion et il a échangé notre séjour à l'hôtel contre une formule plus intéressante et plus proche de l'habitant. J'ai du dire adieu aux promenades sur la plage de sable fin qui bordait l'océan, adieu au bungalow avec vue sur le lagon et son massif de corail !"

-"Oh ma pauvre ! vous vous êtes tout de même amusés j'espère ?"

"Ma chérie il faut se méfier des formules "tout compris"! On s'est retrouvés, Charles Henri et moi, toujours en tailleur de chez Cardin, sur l'eau, seuls sur un tronc d'arbre, enfin une pirogue, avec un sac plastique autour du cou contenant de la viande de zébu séchée et de la mélasse de manioc pour le repas du soir!"

-"Ah bon...!"

-"On a fotté toute la nuit sans réussir à regagner la terre ferme ! "Bon bivouac!" nous avaient-ils dit ...! Charles Henri n'avait pas d'appétit, qu'à cela n'tienne, j'ai croqué dans sa viande à pleine dents ! J'ai fait tout mon repas avec les mains, rends-toi compte du dépaysement ma chérie ! ...Tu m'entends ?"

-"Ah bon...!"

-"On a finalement été sauvés par des villageois installés sur le bord du canal de Mozambique. D'une hospitalité ma chère, incroyable, on était aux anges...Ils nous ont donné une pleine écuelle de riz et un alcool local délicieux ! A moitié pompette on s'est endormis entre deux arbres non loin de leur campement...Tu connais Charles, toujours amateur d'explorer les alentours...

Quand on a repris nos esprits, toutes les habitations de bois et de feuilles flambaient, des indigènes presque nus massacraient les pauvres gens affolés et volaient leur bétail...! Tu es toujours là Chantal ?"

-"Ah bon ...!"

"Il n'aurait pas dû...je le lui ai dit à Charles Henri...! Enfin ils ne nous ont pas tués parce qu'on leur a donné tous ce quon avait pour rester en vie, tu penses ! jusqu'à l'appareil photo et ma trousse de maquillage ; Oh il fallait les voir, ils étaient grands et musclés, ils avaient l'air féroces, mais Charles a gardé son calme jusqu'à la fin des négociations, oh pour ça il est fort mon Chacha...Oh toutes ces aventures nous ont rapprochés...Ensuite ils nous ont conduits à dos de zébus jusqu'à Tananarive et on leur a donné tous ce qu'on avait sur le compte, tu penses, on avait pas le choix...T'es toujours là ?

-"..."

-"Allo Chantal ? Allo Chantal ?"

Biiiip...biiiip...biiiip....

-"Ben...elle a racroché ...!?