27 janvier 2018

Défi #492

  

Allez, un facile cette semaine :

Yéti

4921

Y en a même qui pensent l'avoir vu
sur le Mont Bréquin...

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


Ont goûté toute la gamme

pas cons

4912

 

joye ; Laura ; Venise ; Minuitdixhuit ; Nana fafo ;

Tilleul ; maryline18 ; Vegas sur sarthe ; Kate ;

Pascal ; Walrus ; JAK ; Joe Krapov ; bongopinot ;

Posté par Walrus à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Andalousie par bongopinot

 

Dès que l’on me parle de Xérès
Je pense à l’Andalousie et ses effluves
Ses collines ses plaines ses rivières et ses fleuves
Mon cœur à ce seul mot s’emplit d’allégresse
On y trouve du vinaigre et aussi du bon vin
Son histoire et ses traditions ancestrales
Vous goûterez à la gastronomie locale
Des visites prestigieuses sur vos chemins
Une richesse culturelle des plages sauvages
Des étendues désertes offrent des tableaux variés
Des paysages spectaculaires pour vos randonnées
De magnifiques et pittoresques villages
Et vous découvrirez au fil des villes
Tant de choses que je ne vous ai pas dites
Des moments d’échanges et une douceur de vie

J’y partirai peut-être en avril
Voilà pourquoi quand on me parle de Xérès

Je pense à l’Andalousie

Et j’en rêve encore et encore durant la nuit
Et flotte sur mon cœur une douce allégresse

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Rimbaud n'a pas chanté en v(a)in ! (Joe Krapov)

En atteste ce poème retrouvé récemment et publié dans le numéro 1 
de janvier 2018 de la revue "Rions un peu avec Rimbaud !"
(Rennes : Editions du Petit port et de la Haute-Folie) :


"Paul est toujours entre deux vins,
Entre Xérès et Saint-Pourçain,
Offrant les délicieux bouquets que voici,
De fruits, de fleurs, de feuilles, de branches,
Entre Nuits-Saint-Georges et pitanche,
Affrontant son dragon et sa grise souris.

Nous allons de Paris à Londres via Bruxelles
Pleins d’effervescence et gaîté
Entre Corbières et Châteaugay.

DDS 491 Ronald searle plein d'effervescence et de gaîté 

Notre verbe est subtil et de grand richesse
Intense, aromatique, avec beaucoup de corps
Entre Pécharmant et Cahors.

Rude, mais généreux,
Bien qu’encore un peu vert et promettant beaucoup,
Notre aspect d’hommes jeunes et quelque peu artistes
Plaît ou déplaît surtout
Entre Petit Chablis et Cabernet d’Anjou.

Bien sûr que nos plaisanteries
Manquent quelque peu de finesse !
C’est que c’est difficile d’être bien rond et souple
D’avoir un parfum floral prononcé
Entre Romanée-Saint-Vivant et Valençay.

Mais notre couple est bien équilibré
Et présente beaucoup de caractère
- D’autres diraient plutôt «spécial» -
Entre Côte-Rotie et Jurançon l’Etoile.

Seulement quand le vin a été tiré
Et la balle aussi,
Quand il a fallu boire le calice jusqu’à la lie
Entre Clos-Vougeot et Reuilly
Les juges ont considéré
- Pauvre Lélian
Entre Hermitage et Frontignan ! –
Qu’il mériterait d’être laissé
En cave pendant au moins trois ans.

DDS 491 Ronald searle en cave

C’est vrai tout ce qu’on a pu dire
De moi :
Que j’étais sensuel et charmeur
Avec un goût de terroir très prononcé
Entre Chambertin-Clos-de-Bèze et Touraine-Noble-Joué.

Sans doute que le charme me viendra en vieillissant
Entre Pouilly-Fuissé et vieux Châteaumeillan.

J’aurai un délicieux arrière-goût de fumée
Je deviendrai quelqu’un de grande classe,
Très recherché
Entre Chablis Grand Cru et Bâtard-Montrachet !

Joliment charpenté et souple,
Vigoureux et bien membré,
Entre Moulin à vent et bon Clos-des-Lambrays.

***

Paul est toujours entre deux vins,
Entre Xérès et Saint-Pourçain.

Un soupçon d’acidité s’est glissé dans nos verres.

Ô pourriture noble !
Ô destin du vignoble !

Tout s’est terminé dans un trouble intense
Entre Gigondas et Baux-de-Provence" !

 

P.S. 1 On trouve ici (Rimbaud invisible sur deux photos, par David Ducoffre) un lien plus fort encore (?) entre Rimbaud et le Xérès : « Non, Rimbaud n’a pas dégusté, « sous les vérandas de l’Hôtel Suel », de « cette glace pilée, mélangée de Xérès, d’alcool, de citron et de cannelle, qui constitue le Sherry gobler [sic pour « cobbler »] et qui est la boisson préférée de l’Européen dans toute la zone torride » selon les dires d’Edmond Courtois dans ses souvenirs de voyage au Tonkin parus en 1890 ».

P.S. 2 Les illustrations de ce billet sont tirées de "Parler en vin" de Ronald Searle.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Ex Abrupto (JAK)

 

Lorsque l’inspecteur Boutanche interrogeât ce grand sec,

Au visage de couleur pâle, épaules en bouteille St Galmier,

Il eut comme une paréidolie.

Surgirent devant lui les vignes de son Andalousie.

Etait-ce dû ses abus d’alcool ?

Pour le savoir il faudra l’autopsier.

 

Alors Boutanche,

Soûl de cet’ apparence hallucinatoire,

En bafouillant lui demanda son nom

Et quand l’autre lui répondit

j01

Il en tomba sur son cul-embouteillasses,

Aux fesses bien moelleuses, toute en graisse.

Et surtout c’ qui le déconfitura,

C’est quand Xérès éructa qu’il était cousin de Sherry

Boutanche illico, au garde-à-vous comme un pleutre s’mit

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


Et c'est reparti ! (Walrus)

 

Comme chaque semaine, je me demande ce que je vais bien pouvoir pondre sur le sujet que j'ai moi-même choisi. Mais trève de nombrilisme : je ne suis pas le seul à devoir me torturer les méninges : que vont faire les autres participants ?

Essayons d'imaginer les divers incipits :

bongopinot
L'Andalousie est une chanson douce

Caro_Carito
Pas de Xérès au Pérou !

JAK
JAK costai près de Jerez de la Frontera en remontant le Guadalete

Joe Krapov
Je t'écris de l'unique bodéga de Charleville

joye
Faut pas confondre Sherry et Cherry

Kate
Vous vous rappelez ma bouteille à la mer ? Elle avait contenu du Xérès, pas mauvais d'ailleurs...

Laura
J'ai déterré la barrique d'Amontillado d'Edgar Allan Poe !

Maryline18
Sur les rives paisibles du Guadalquivir,

Minuitdixhuit
T'en foutrai du Xérès, moi ! Et le Porto, alors ?

Nana Fafo
Le Xérès... amener ça au sommet du Bréquin, c'est pas coton !

Pascal
À Cadix, ça n'avait pas été facile de ramener discrètement à bord ce tonnelet de Jerez.

Thérèse
Sous la lampe de Gallé, le verre de Xérès jetait des éclats d'ambre

Tilleul
En retournant le fouillis de la cave, les enfants ont retrouvé une bouteille poussiéreuse

Vegas sur sarthe
Germaine ? Un doigt de Sherry, chérie ?

Venise
Il ne faut pas dire Xérès, je ne boirai pas de ton eau !

Walrus
Comme chaque semaine,

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

Les trois femmes de ta vie (Pascal)

  

Ho, tu n’en as pas eu trente-six. Je ne parle pas des bouche-trous, des conquêtes d’un soir pêchées dans le vivier d’une piste de danse, des BCBG directement sorties des sites de rencontre. Te souviens-tu de cette belle grenobloise, couleur d’ébène, avec ses grands rires forcés à briser aussi tes vitres ?... Et, je ne sais comment tu avais fait, cette véritable Claudette que tu avais ramenée de Lyon ?... Elle avait de beaux restes ; pendant votre idylle, je te chantais « Alexandrie » juste pour te faire râler !...
Et la « camionneuse » aux cheveux courts et aux bras si musclés ! Elle ne voulait plus décoller de ta maison !...  Elles étaient toutes des braves filles, en fin de compte ; dupes ou pas dupes, avec toi, elles pensaient  avoir retrouvé un semblant de prince charmant ; rêveuses, elles cherchaient encore une roue de secours à leur carrosse en perdition…    

Ta femme ? Celle avec qui tu as eu tes enfants ? Même pas ; ça, c’était facile. A vingt ans, tu aurais pu les faire avec n’importe laquelle. Elles te couraient toutes après ; avec ta belle gueule de jeune premier, ton imagination débordante et tes airs de chevalier servant, elles voulaient toutes pondre leur œuf dans ta litière. Tu l’as trompée, elle aussi, mais c’était un sport, un emploi du temps occulte pour tuer la routine, une façon de ne pas mourir en avance…    

Tu n’en as pas eu trente-six ; celles qui ont vraiment compté pour toi se tiennent sur les doigts d’une demi-main. L’andalouse pulpeuse, celle qui a vécu dix ans avec toi après ton divorce ? Non, elle ne compte pas. C’est celle qui t’a appris à trop boire. Restos, boîtes de nuits, amis, voyages, délires, sorties, re-restos, pour tenir sa cadence de fêtarde, tu as abusé de tous les expédients. T’as cru rajeunir en mettant à ton bras cette poulette plus rafraîchissante. Tu t’es mis à picoler sérieusement. Un jour, les flics t’ont arrêté ; tu avais quatre grammes quatre-vingts d’alcool dans le sang ; tu étais tout fier de raconter ton  exploit d’ivrognerie ! Le Xérès, comme tous les breuvages qui passaient à ta portée, tu le buvais en apéritif, en digestif, en sirop, en solitaire, en cachette. Sans modération, tu es parti en cure de désintoxication ; d’un coup d’éventail, la belle espagnole a fait ses valises sans t’attendre et s’est envolée vers d’autres matadors…   

Non, tu n’en as pas eu trente-six. En première, sur ta si courte liste, il y a eu ta maman. Elle a toujours réparé tes dégâts, les petits et les grands. Quand tu étais gamin, à ton chevet, elle était là pour chasser tes cauchemars, essuyer tes pleurs et panser tes genoux écorchés ; plus grand, elle soignait tes retours ensanglantés de boîtes de nuit, elle arrondissait tes fins de mois difficiles, elle t’évitait les colères destructrices de ton père et, quand tu repartais dans ton studio, combien de fois a t-elle rempli le coffre de ta bagnole avec de la bouffe. Et plus tard encore, quand tu prenais des cuites sidérales, passablement inquiète, elle te surveillait derrière la grande baie vitrée… 

Il y a eu ta chef de Service ; arrivée à point nommé dans ton existence, elle a vite compris tout ton potentiel et tout l’ego qui bouillait sous ta carapace de grand seigneur. Elle t’a remis sur les rails, elle a exhorté tes qualités, a redoré ton blason, t’a confié des lourds dossiers, des missions de confiance et, toi, toujours aussi généreux, tu t’en sortais comme un chef. Tu la vouvoyais mais tu l’appelais par son prénom devant tout le monde. Avec elle, tu avais repris confiance ; tu étais devenu un bourreau de travail, cherchant toujours une caresse de remerciement dans le sens du poil pour justifier tes prestations. Toujours en costard, tu étais de toutes les réunions, de tous les stages, de toutes les conférences, déclamant tes speechs devant les grands pontes de ta boîte. Elle savait te flatter, exacerber tes compétences, louer tes services et, toi, tu faisais le beau comme un toutou qui réclame le susucre d’une hypothétique augmentation. Tu avais son appui professionnel ; bien campé sur tes deux jambes, tu brillais comme un Don Quichotte en armure devant ses moulins à vent… Et tu fumais, tu fumais comme une cheminée d’usine en plein labeur de semaine ; clope sur clope, paquet par paquet, jamais tu ne faisais grève, jamais tu ne prenais un jour de repos, jamais tu ne t’arrêtais. Tu débordais d’heures supplémentaires, tu avais plein de jours de congés et tu ne savais plus quoi en faire… 

Et puis, il y a eu Jacqueline, la fameuse Jacqueline. Elle est entrée dans ta vie comme un soleil d’horizon qui n’arrête plus d’enflammer ses paysages ; même si tu t’en es toujours défendu, tu étais littéralement ébloui par ce démon de la cinquantaine qui avait pris la forme de cette extraordinaire chimère aux yeux verts et aux cheveux rouges…  
Celle-là, tu l’aimais, Dieu que tu l’aimais ; c’est comme si tu avais misé sur elle la somme de tous tes espoirs futuristes. Tout ce que tu n’avais pas dit aux autres, tu l’avais réservé rien que pour elle. Tu lui avais ouvert toutes les portes de ta maison, tu l’avais sacralisée auprès de tous tes amis, tu accueillais ses enfants, tu acquittais ses dettes, tu réparais sa bagnole, tu portais ses courses, tu léchais ses bottes, et que sais-je encore…
Malheureusement, parce que c’est toujours comme ça, ce n’était pas réciproque. Quand tu lui parlais d’Amour, elle te parlait de vacances lointaines, de bons restaurants, de grands magasins ; quand tu lui parlais de ses yeux, elle te parlait de bijoux assortis, de belles chaussures, d’anniversaires, de cadeaux de Noël. Elle avait pris des goûts de luxe depuis que tu l’avais prise dans tes bras. En éternelle armure de chevalier, ton écu, c’était ta carte bleue et ton épée, c’était le stylo pour signer les chèques…  
Elle voulait toujours te faire décrocher la lune et, toi, tu n’étais jamais à court d’échelles ! Tu tirais des plans de comète ! Tu avais des vœux que tu envoyais aux étoiles filantes ! Haute couture, bijoux, parures, artifices, rien n’était jamais assez beau pour enjoliver ses caprices ! Pour elle, tu as emprunté à des potes, tu as fait des crédits aux banques, tu t’es endetté jusqu’à ne plus aller ramasser ton courrier. C’est vrai qu’elle était belle et la beauté, ça se paie. C’était seulement une garce intéressée et tu jetais à ses pieds tout ton or et toute ta fièvre…  
Forcément, entre les trois, pour tenir, t’as fait le joint avec les excès tous azimuts et si tu as souvent levé le coude, ce n’était pas en signe d’allégeance, c’était seulement pour tenir l’infernal rythme de cette vie tellement tumultueuse…   

Ta maman est décédée, ta chef de service a changé de région et la garce rousse, avec qui tu croyais que le ciel serait toujours bleu, s’est barrée avec un amant plus fortuné. Mais comme tu ne voulais pas rester seul, tu as attrapé un cancer, cette saloperie qui s’accroche mieux aux désespérés qu’aux autres.
Tu as à peine soixante-deux ans ; tu es alité, tu regardes obstinément le plafond comme s’il allait enfin s’entrouvrir sur ton paradis parce que ce maudit purgatoire dure depuis trop longtemps. Dans ton silence médicamenteux, te connaissant depuis l’enfance, je sais que tu penses en boucle à elles trois ; debout sur le podium de tes meilleurs souvenirs, elles sont ton tiercé gagnant. Tu dois leur parler, les malaxer de ta tendresse toujours aussi gauche, les embrasser, les ressortir avec leurs plus belles images, tirer au sort pour savoir laquelle des trois occupera ta prochaine nuit blanche. Souvent, il vient ta fille pour te réconforter et prendre soin de son papa ; elle pleure au bord du lit quand tu t’assoupis mais, elle… elle ne compte pas…

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Xérès que c'est ? (Kate)

 

Comment ne me suis-je pas plus préparée à l'arrivée de ce mot étrange que je connais mais n'emploie jamais ?

Pourquoi ai-je passé tant de temps à creuser encore le sujet "thuriféraire" ?

Comment n'ai-je pas pensé que la lettre X allait poser problème ?

Pourquoi ne pas avoir anticipé, cherché, pioché, planché, sachant que le mot "xylophage" avait déjà été traité (et bien traité !), dans le défi #457 ?

Comment faire pour me sortir de ce manque d'inspiration total ?

Pourquoi me suis-je secrètement persuadée que la lettre "x" elle-même allait être le thème du défi de la semaine non sans avoir envisagé qu'après T, U, W suivrait peut-être Y directement puisque suivant une logique (interne) la lettre V avait été négligée auparavant ?

Du xérès ? Mais je n'en ai jamais bu et même jamais vu !

scrabble xeres

verre xeres

Le mot servait (rarement !) au scrabble pour ma mère et était pour mon père prétexte à de longues digressions en forme de monologue sur la prononciation : à la française, à l'espagnole... ou à l'anglaise, le fameux "sherry" dont on entend toujours parler dans les films ("Vous prendrez bien un verre de sherry ?") mais qu'on ne consomme jamais ...

Certes, il en est de toutes les couleurs (des vertes et des pas mûres, sûrement !), de tous les degrés, du plus sec au plus liquoreux, du plus cher au moins cher, etc. C'est une religion merveilleuse et étrange à laquelle je vais être sous peu initiée par des fervents pratiquants, je vous en remercie par avance !

Post Scriptum : "tempus fugit", le temps s'en va, on ne peut le retenir mais ces verrières  (du XIVème siècle) de la cathédrale, choeur nord, baie Marie Madeleine, enfin trouvées et "nous en province aussi l'on a..." des anges thuriféraires ! Mais on ne le sait pas car ils sont tout là haut là haut !

 

 

tout

droit

gauche

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

Historia del vinagre (Vegas sur sarthe)

 

Il y a bien longtemps au sud de la Jalousie dans les méandres du Guadalquivir qui vire un coup à droite un coup à gauche, un vieux et noble vigneron nommé Palomino Xérès de la Frontera y Villaverde del Rio y Juan del Barapute – Jerez pour les intimes – rencontra lors de la fête des vendanges une "buena chica" aux yeux de velours, la belle Maria de Cadix de la belle province de Chica-Chica-Chic-Aye-Aye-Aye.
Il fallait la voir dans la cuve en tenue folklorique fouler la récolte de ses jolis pieds nus avec son beau sourire et son air engageant.
Jerez la trouva belle puisqu'elle l'était et qu'il n'avait pas les deux yeux dans le même sabot; aussi lui fit-il rapido-presto visiter ses chais de vin blanc car il n'existe pas d'estampes japonaises en Jalousie.
Il l'emmena donc à sa bodega où elle put constater ses beaux dégâts de visu mais "qu'importe le flacon" lui dit-elle – conquise tas d'or – on va se marida car je ne veux pas d'un amant et connaissant la musique elle ajouta Chica-Chica-Chic-Aye-Aye-Aye !
Jerez y mit deux conditions : "Tu cesseras ces Chica-Chica-Chic-Aye-Aye-Aye qui encombrent le récit et tu m'appelleras Mon sherry en toute circonstance" et c'est ce qu'elle fit car les circonstances ne manquaient pas en Jalousie.

Ayant convolé – surtout par avion – en justes noces aux quatre coins de la planète il fallut se résoudre à regagner la bodega.
Mais après six mois de fût, Jerez (dit Mon sherry) fut surpris quand la bise andalouse fut venue de constater que son vin avait tourné au vinaigre; il en fut amer, d'humeur noire limite balsamique et Maria en fut de même car elle faisait tout comme son sherry.
En Jalousie les langues vont bon train et Jerez accusa aussitôt son proche voisin – un certain Pedro y Dario Moreno ya Mustapha y BrigitteBardo – d'avoir gâté sa récolte en leur absence.
Il faut dire que Pedro lorgnait depuis longtemps sur Maria et avait vu ce mariage d'un mauvais oeil car à force de lorgner il en avait perdu un comme bien des hommes de Jalousie.

Par une nuit plus noire que les autres limite balsamique, Jerez organisa une expédition punitive sur les terres de son ennemi Pedro qui ne dormait que d'un oeil mais le mauvais.
Il lui perça ses cent fûts et s'en fut dans la nuit noire limite balsamique.

De retour à sa bodega il trouva la belle Maria en extase devant un gaspacho copieusement arrosé de leur vinaigre; "Vois cette couleur ambrée presque noire Mon sherry, goûte-moi cet arôme puissant et boisé Mon sherry, c'est une tuerie Mon sherry !" dit-elle en se pâmant.
Jerez – dit et redit Mon sherry – goûta, eut-il le temps de dire "What else ?" et se pâma lui aussi car il le valait bien.
Une fois dépâmés ils décidèrent d'appeler ce truc le vinaigre by Palomino Xérès de la Frontera y Villaverde del Rio y Juan del Barapute ou plus simplement le vinaigre de Xérès afin que l'appellation rentre sur les étiquettes des bouteilles... et ça rentra.
L'argent aussi rentra, ils firent fortune en pesetas et eurent beaucoup de niños et aussi de niñas pour respecter la parité et c'est tout.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

Germaine (maryline18)


Dans ce parc à l'Est de la ville, elle y vient souvent. Elle y lit l'été, sous un tilleul, dans de jolies robes de mousseline aux teintes pastelles. Elle y rêve l'automne, se protégeant du vent qui secoue les arbres, de ses chapeaux qu'elle collectionne. Elle en possède treize, de différentes formes et couleurs, dont un d'homme, en feutre noir, bordé d'un galon de velour sur l'arrière... Au grand étonnement du vendeur, elle en fit l'acquisition un jour sans fin, alors qu'elle flânait dans les rues commerçantes, un peu triste...
Gemaine est couturière, elle confectionne des complets pour des messieurs "très bien", comme elle dit souvent à ses amies toutes bien mariées. Réservée, par nature, elle n'attire pas les regards et s'en est accommodé depuis toujours, bien occupée à couper, assembler, surfiler, ourler, vestes et pantalons, avec minutie, dans sa petite chambre de "Bonne", au quatrième étage de cette immeuble cossu des beaux quartiers de Paris.
Les mots doux dans le cou, les tendres éffleurements à la fin des bals, les confidences sucrées échangées à la nuit tombée, à tout cela, Germaine rêve en secret, de plus en plus souvent. Elle adorerait qu'un amoureux empressé défasse maladroitement son chignon tressé, et lui dépose de doux baisers sur sa peau parfumée à la violette.
Ce dimanche matin, le parc est désert. La rosée de ce premier jour de Mai, sublime le parfum des roses et elle ne peut réfréner l'envie d'en cueillir une, au risque de se piquer. Elle ferme un instant les yeux pour mieux humer son odeur suave et reconnaissable parmi toutes les autres. Elle a emmené le chapeau d'homme. Elle le sort de son cabas et y dépose la rose, rose à l'intérieure ainsi que le billet rempli d'espoir qu'elle a écrit d'une main tremblante. Elle le relit une dernière fois : -" Vous qui trouverez ce chapeau, sachez que je l'ai choisi pour vous, tout simplement. Si comme moi, vous rêvez de connaître enfin votre moitié et de la chérir pour toujours, alors je vous attendrai dans ce bar à l'angle de la rue Des Bleuets et de celle des Hortensias. Coiffée de ce chapeau et un brin de muguet à la main, je vous reconnaîtrai. Assise à la troisième table sur la gauche, en entrant. Je vous attendrez en lisant le journal, à 12 heures, toute de bleu vêtue. A bientôt, G..."
Elle dépose le chapeau sur le banc où, à plusieurs reprises, elle y a apperçu un homme lire, mais sa timidité, l' avait empêché, alors de croiser son regard.
L'église sonne les douzes coups quand Germaine, paralysée, dans sa robe rose, et assise à la dernière table au fond à droite, voit s'avancer l'homme au chapeau, un brin de muguet à la main. Elle blémit et puis rougit prête à tomber dans les pommes. Le regard, encadré d'épais sourcils, balaie rapidement les tables et vient se poser sur sa chevelure. La malheureuse fait mine de chercher quelque chose dans son sac-à-main.
_"Bonjour Mademoiselle Germaine, nous avons rendez-vous, il me semble ! Le ROSE vous va à ravir !"
_"Heu...c'est une erreur, je ne voulais pas..."
_"Voila donc le pourquoi de cet achat si intrigant ! Si vous désirez que je garde ce chapeau, je vous en rembourserai la somme exact, je me souviens encore du jour où je vous l'ai vendu !"
_"Oh Monsieur Jean, qu'allez vous penser de moi ? je suis confuse !
Le vendeur de chapeau prend place en face de Germaine et lui prend doucement la main.
-"Germaine, si vous m'autorisez à vous appeler ainsi...sachez que je me languis de vous depuis que je vous ai apperçu au magasin et j'aurais reconnu ce chapeau parmi une centaine, tant j'étais désemparé le jour où j'en ai déduit que vous n'étiez plus seule...Je vous ai suivi de nombreuses fois dans nôtre parc préféré où je lisais parfois en vous attendant..."
Sa voix se veut apaisante, rassurante, caressante...Sa déclaration comble toutes les espérances de Germaine, aux anges...
_"OH Jean... moi aussi je vous aime... mais je n'osais pas croire que mon attirance puisse être réciproque... ...
Le silence c'était fait dans le café depuis l'entrée de Jean. Les habitués du quartier ne le croisaient que très rarement dans ce lieu...Son élégance naturelle imposait le respect et leur curiosité planait sur la table du couple fraîchement formé. Les clients, suspendus aux murmurent des amoureux, changeaient le nuage de fumée et l'odeur de bière omniprésente, en un brouillard s'ouvrant sur une clairière couverte de brins de muguet d'où s'élevaient des chants d'oiseaux multicolores...
_"Wouah ! wouah ! wouah !"
Boby, le caniche recueillit par le patron, dans le quartier de la gare le mois dernier, vient aux nouvelles. Il remue la queue et leur adresse un regard tout de tendresse et de questionnements mélés, qui fait rire tout le monde.
Louis, le chartutier de la rue adjacente, l'oeil rieur, se lève alors et bousculant la table de son ventre proéminent, annonce : " Patron, un verre de xérès pour les amoureux, c'est moi qui régale !"
Des applaudissements spontannés éclatent, les murmures reprennent, un rayon de soleil illumine le visage de Germaine, qui boit par petites gorgés le vin liquoreux, se donnant ainsi une raison avouable d'avoir les joues en feu et les mains tremblantes...Prémices des effets de l'amour que son audace lui offre ce premier Mai 1935.

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,