Mettez vos zécouteurs, ça passera mieux...ou pas.

Quand je suis malade, quand mon bien-être est en balade

Et je vais mal, mal, mal, non, ce n’est pas normal

Quand je chop’ un’ crève, quand ma santé n’est plus qu’un rêve

Et je vais mal, mal, mal, non, ce n’est pas normal

Quand la fièvre me grille, je me lève et je m’habille

Et je me rends très vite chez lui, s’il n’est pas à Tahiti

 Et l’on sort une grosse aiguille pour me faire une piqûre

Et je crie « Mondieu ! Quel salaud ! Tu appelles ça une vraie cure ??? »

 

Je crains les toubibs, je crains les toubibs, ouh hou hou

Mais si ça continue, je serai foutue

Je crains les toubibs, je crains les toubibs, ouh hou hou

Mais si ça continue, je serai foutue

 

 Et alors je rentre en maudissant ce grand diantre 

Je me recouche couche couche, et je me mouche, mouche, mouche 

Maudit soit l’infâme, il doit assumer tout  le blâme

Oh, que c’est louche, louche, louche, encore farouche, rouche, rouche

 Je m’endors et je roupille comme un’ mutilée de guerre

En murmurant quelques serments et des mots assez vulgaires

Mais j’irai bien mieux au matin en dépit de mon chagrin

Et vous me ferez la morale : Ce n’est pas un sal’ bourrin !

 

Je crains les toubibs, je crains les toubibs, Ouh hou hou 

Mais si je continue, je serai foutue

Je crains les toubibs, je crains les toubibs, Ouh hou hou

Mais si je continue, je serai foutue

 

Pour que la rage s'annonce...