Lola et moi, on bûchait notre cours de physique ; elle m’avait réclamé pour qu’on révise ensemble toutes ces lois difficiles et, d’un coup de vélo rapide, j’avais foncé jusqu’à chez elle. Ses parents étaient absents ; il n’y a que son chien, Platon, qui nous surveillait en bâillant sur le pas de sa chambre.  
Lola, c’est ma copine de toujours ; nous avons fait toutes nos classes ensemble, de la maternelle jusqu’au lycée, en passant par l’école primaire. Entre nous, c’est une saine émulation réciproque ; on a appris à lire, à compter, à écrire, toutes ces choses qui marient l’instruction et l’intelligence au creuset d’un avenir brillant. Avec elle, j’ai toujours l’impression d’apprendre ; même si on a le même âge, elle garde une petite longueur d’avance et cela me va bien…
Le sujet était costaud : le débit de la clepsydre ; entre nous, ce n’est pas un mot qu’on utilise fréquemment dans les conversations, sauf pendant les cours de M Dugommier, notre prof de physique…  

Comme une punition, on avait écrit plusieurs fois la loi de Torricellli avec ses carrés, ses racines et ses Pi ; son bureau était rempli de feuilles volantes avec ce théorème tellement rébarbatif ! On se le récitait en parlant, en chantant, en murmurant, en riant ! Toutes ses petites poupées, alignées sur les étagères, semblaient s’amuser, elles aussi !
On se battait à coups de hauteur, de rayon et de pesanteur ! Le chien soulevait une oreille comme pour nous écouter ! Le temps passait si vite ; avec Lola, il passe toujours trop vite. C’est comme quand je regarde un beau nuage : le temps de le comprendre et il a déjà changé de forme et de couleur…  

Tout à coup, nos mains s’effleurèrent à cause de la gomme qu’on voulait récupérer ensemble ; campés sur nos positions, aucun de nous deux ne céda… Alors, entre le fauteuil de son bureau et ma chaise de visiteur, il y eut comme une imperceptible attirance que tous les théorèmes du monde ne pourraient pas expliquer… 
Comme par enchantement, aimantées par la magie de l’adolescence brûlante, nos lèvres tendues se touchèrent ; toutes les poupées alentour fermèrent les yeux pendant une grande pudibonderie de boudoir…
Nous nous sommes goûtés ; elle avait le goût sucré de la framboise au chocolat. Enfin, c’est l’idée que j’en avais, dans le dictionnaire si léger de mes intimes interprétations  gustatives. Nous nous sommes sentis ; elle avait un parfum de pomme, ça, j’en étais sûr : c’était le shampoing dans ses cheveux. Nous nous sommes touchés ; je passais ma main sur sa joue et elle penchait la tête pour que la caresse ne s’arrête jamais. Moi aussi, je devais avoir bon goût car elle aimait bien le principe des bouches communicantes… 
Elèves assidus et curieux, mille fois, nous avons échangé nos langues, nos chewing-gums, nos salives ; c’était bien plus intéressant que les carrés, les racines et les Pi… Et le temps passait vite, vite, vite…

Elle était studieuse pendant nos travaux pratiques ; elle fermait les yeux, sa main frôlait la mienne, son genou tapait dans le mien. Entre deux apnées, nous respirions sans oser nous regarder mais il suffisait que l’un d’entre nous tende ses lèvres pour que l’autre les rapproche instinctivement. Et on recommençait pour être sûrs de ne rien avoir oublié de ce nouveau théorème tellement passionnant… 
Tous les Dugommier du monde n’avaient pas, dans leurs cartables et sur leurs tableaux noirs, la définition de ma sueur au front, l’axiome parfait de mes émois ébranlés, la définition de cette somme de sensations nouvelles qui énervaient divinement tout mon être. Comment expliquer cette douce panique, cet affrontement amoureux, ces frissons buissonniers qui couraient dans mon dos…
Quand on se reposait, elle dessinait des racines de cœurs qu’elle élevait au carré et qu’elle multipliait par Pi, sur toutes ses feuilles blanches ! Moi, je surveillais le chien pour si des fois, il aurait voulu défendre sa maîtresse ! Mais non, du moment qu’elle murmurait des gentilles choses à son invité, il n’avait pas à s’inquiéter… Et le temps passait vite, vite, vite…

Samedi prochain, c’est promis,  nous allons réviser la loi de Beverloo, ou l’étude du débit d’un sablier ; ce sera passionnant ! Sur mon vélo destrier, nous irons jusqu’à la plage ; après quelques roulades de connivence, je compterai les grains de sable dans ses cheveux et j’effeuillerai tous les chardons des dunes avec mes je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément !... 
Nous serons les aiguilles de notre cadran solaire ! Nos ombres se serreront ! Les vagues de la mer seront le métronome fou de nos cœurs emballés ! Sur le sable, on écrira en majuscule et à l’infini nos théorèmes passionnés avec nos empreintes enlacées ; ce sera la plus belle des démonstrations, et tant pis si le temps passe, vite, vite, vite ; on le mesurera seulement avec nos silences enflammés…

Lola était d’accord avec toutes mes équations du bord de ses lèvres. A la place de l’eau et du sable, on devrait semer des poignées de secondes dans le ciel comme des feux d’artifice d’étoiles filantes ; sous cette fabuleuse lumière, on devrait remplir les heures avec des minutes de tendres baisers, bousculer tous les vils sabliers « enliseurs », allonger le Temps avec des caresses insatiables échangées, et plein de choses encore qu’on inventerait pendant notre aventure passionnée…
M Dugommier, avec ses racines, ses carrés et ses Pi, M Torricelli, avec ses théorèmes à rallonge, M Beverloo, avec ses calculs savants sur son appareil d’ensablement, aucun d’eux n’a découvert la relation sublime entre le Cœur et le Temps, celle qui se consume en grandissant, et qu’on appelle… Amour…     

On en était à de nouveaux duels de langue effrénés, j’avais réussi à lui subtiliser son chewing-gum à la framboise, quand Platon se mit à aboyer gaiement. Il avait entendu la voiture de ses maîtres à l’entrée de la maison. Le temps est passé si vite, vite, vite…