Oui, je sais qu’on n’aime pas les vantards, mais c’est plus fort que moi, et il faut que je vous le dise : ma famille est tout à fait extraordinaire !

En faisant des recherches sur génialogie.com, j’ai appris que mon arrière-arrière-grand-père, Pa, aura fondé cette famille impressionnante. Lui, un simple apprenti à l’atelier U. Gaux à Paris, est devenu un des plus grands satiristes du XIXe siècle. Certains critiques l’ont traité de « copiste littéraire », mais c’était surtout des jaloux, on peut s’en douter.

emmy stiche

Sa fille, Emmy, mon arrière-grand-mère, était poète à Césures, un petit village perdu dans les Pyrénées. Non ? Vous n’en avez jamais entendu parler ? Même pas de… « poète à Césures » ? Non ? Eh bien, vous m’étonnez !  Tant pis, hein ?  En tout cas, Emmy s’est mariée avec Ambrose Alexandrin, un autre grand poète. Malheureusement, il est mort quelques jours après leur mariage. Toutefois, de cette union est née leur petite Pauline qui aurait décidé de garder le nom de jeune fille de sa mère.

 Or, l’histoire de Pau – c’est ainsi qu’on l’appelait – est quelque peu mystérieuse. Soit elle s’est noyée à bord La Bourgogne avec le capitaine Antoine Deloncle, soit elle s’est enfuie en Bourgogne avec son oncle Antoine…quoi qu’il en soit, on peut comprendre pourquoi les détails de son histoire restent trompeurs.

 D’autres étoiles parmi mes ancêtres glorieux étaient mon arrière-arrière-grande-tante, Faure. Au début, je n’avais pas vu le rapport, mais il paraît que la famille, ayant honte de cette femme bien en avant de son ère à cause de son talent pour le boxe, a changé l’orthographe de leur nom afin d’échapper à sa renommée, certainement ignominieuse à l’époque.

tatie faure tiche

C’est sûr que Faure était une « originelle », ayant fait un enfant d’amour avec un mannequin anonyme. Cet enfant, Fé,

cousin fetichea eu une carrière impressionnante dans les salles d’exposition de haute couture et à part une aventure libertine avec un bûcheron et une meunière, autant que je sache, Fé n’a pas fait d’enfants.

 Et moi ? Eh bien moi, vous avez compris maintenant…j’adore mes ancêtres, les Tiche (Faure et Fé) aussi bien que les Stiche (Pa, Emmy et la pauvre petite « Po »).

Après tout, c’est grâce à eux que je suis devenu poète et lettré. Permettez-moi de me présenter. Oui, c’est moi, le dernier des Stiche.  Ma mère m'a prénommé Acro, ce qui peut expliquer mon grand intérêt pour mes ancêtres illustres ainsi que pour tout ce qui concerne l'écriture.

 

Acro Stiche