Zut, un z ! Ça commence fort cet acrostiche !
Y en a un qui de nos gueules un brin se fiche.
Gageons que c'est encore cet âne de Walrus.
On peut tout craindre de cet infâme olibrius
Maintenant que MAP lui a remis le flambeau
A tous les coups il nous gonfle, ce vieux corbeau
Toujours prêt à jouer les tristes zigomars.
Il devrait être honteux, rouge comme un homard
Qui aurait pris un bain dans un bon court-bouillon.
Un jour il nous faudra estourbir ce couillon
Et nous offrir enfin un meneur sympathique
Sachant booster l'état de nos zygomatiques.