03 juin 2017

Défi #458

 

Yaka - Yakapa

 

4581

Dans cette grande lutte tribale,
choisissez votre camp
ou contez-nous la bataille !

 

 

Posté par Walrus à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


Le Resolute Desk (Vegas sur sarthe)


J'avais trop entendu les anciens évoquer des années de disète à l'heure du formica ou à celle plus récente du plastique pour ne pas avoir envie de me farcir le style suédois au risque de me bousiller les mandibules sur un avsiktlig ou un godmorgon... alors j'avais choisi les formes simples, les courbes discrètes du style Directoire et le charme de ses chapiteaux de feuilles de palme en acajou... Miam Miam

C'est fou ce qu'on peut trouver comme vieilleries dans les musées, c'est pourtant là où j'avais rencontré Vrillette, une jeune gourmande capable de vous grignoter les orteils d'un pied de méridienne sans respirer.
Elle tenait ça de sa grand-mère qui avait parait-il visité toutes les bergères d'un lupanar du XVIème arrondissement de Paris! La grande classe!

Il fallait voir Vrillette creuser ses galeries "dans un fauteuil" si je peux dire et faire d'adorables petits tas de sciure comme un jeu de piste dans les allées désertes où je la suivais à la trace comme un élève docile.
Je me demande où cette menue bestiole pouvait bien mettre tout ça, moi qui me rassasiais d'un bouton de tiroir ou d'une maigre moulure de baldaquin.
Ainsi grâce à Vrillette j'appris tout de ce fabuleux métier de sapeur auquel j'étais destiné mais au fil du temps et des orgies de hêtre et de noyer je sentais bien que Vrillette perdait le moral et donc l'appétit.
Il faut dire que son désir secret, son besoin inassouvi c'était d'aller Outre Atlantique goûter à ce fameux bureau – le Resolute Desk offert par la reine Victoria aux Etats-Unis en 1880 et fabriqué dans le bois d'un navire british sauvé des glaces par les ricains – un bureau de chêne de plus de 220 kilos récemment livré aux frasques du nouvel occupant de la Maison Blanche!
   
J'eus beau argumenter que là où y'a du chêne y'a pas d'plaisir, je voyais Vrillette dépérir chaque jour, les mandibules désespérément tournées vers son Eldorado.
J'eus beau lui présenter un reste de baldaquin que l'armée de mes congénères convoitait... rien n'y fit.
Elle disparut un matin alors que j'attaquais une commode Louis XV histoire de varier le menu.
J'espère qu'elle aura pu embarquer sur un de ces tas de ferraille qu'on appelle tankers et qu'elle saura ronger son frein car la route est longue vers les amériques...

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

De petites larves par bongopinot


De petites larves
Font de petits trous
Et tout devient épave
Et ça nous rend fous

Creusant des galeries
Dans les meubles les charpentes
Tout le bois s'appauvrit
Et on se lamente

Les xylophages
Se nourrissant de bois
Font un vrai carnage
Cela va de soi

Ils avancent quasi invisibles
Et tout autant silencieux
Mais tellement nuisibles
Que ça rend nerveux

Alors il faut les traquer
Dans tous les recoins
Et puis les attaquer
Avec ou sans témoins

Pour s’en débarrasser
Armons-nous de patience
Et de produits homologués
Pour une disparition efficace

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Ils creusent des trous (petitmoulin)

 

Ils creusent des trous
D'abord invisibles
Dans la mémoire
De toutes les saisons
Ils sillonnent l'écorce
Jusqu'au cœur
Qui dégoutte de sève
Insondable par nature
Ardente par ivresse
Ils grignotent les restes
Des derniers fruits mûrs

La prochaine tempête
Couvrira de poussière
L'ultime caresse
Et dispersera
Les feuilles non écrites

 

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Mange-Ébène (joye)

 

animated-ant-image-0001

Le Café Xylophage vous propose son meneau pour le Festin

du Fourmidouble blanc 

animated-ant-image-0001

Apéritif

Allumettes Pommier et Grisard en confit

Cèdre du Liban

Potage

Crème de Châtaigner

Frêne Blanc

Platane principal

Loup de chêne

Pineau d’Oregon

Rôti d'Érable

Chêne rouge

Salades

Feuilles forestières assorties

Fromages

Tomme de sapin

Boisfort

Délice de Bouleau

Desserts

Pain d'Épicea

Tarte-Hêtre

Charmepagne

Digestifs

Poirier William

Crème de Châssis

Boutehors

Néonicotinoïde

Ciguë bien frappé

animated-ant-image-0001

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Lavrillette, Lavrillè-ette (Joe Krapov)

161029 Nikon 013Un dimanche sur deux les Lavrillette et leurs deux enfants allaient déjeuner chez les Letermitte qui habitaient le bois de Soeuvres et avaient eux aussi deux enfants. L’autre dimanche sur deux, les Letermitte et leurs enfants allaient déjeuner chez les Lavrillette.

Ce dimanche-là c’était au tour des Letermitte d’être les hôtes des Lavrillette mais comme le mot « hôte » a deux sens cette phrase-ci est peu claire et donc inutile sauf si l’on veut tirer à la ligne. Maintenant que c’est fait remplaçons-la donc avantageusement par : « Reprenez donc de ces délicieux champignons symbiotes, Madame Lavrillette. C’est de la mérule pleureuse. Ça ne fait pas grossir, c’est bon pour la ligne et c’est complètement bio : je les ai achetés chez le scarabée ». Bref on était chez Sabine et Thierry Letermitte, c’est cela, oui.

Leurs enfants s’appelaient Bernard et Tristan.

Il y avait entre les Letermitte et les Lavrillette ce que les philosophes crypto-marxistes et les lectrices de Biba auraient pu appeler une certaine différence de classe. Car il existe deux catégories de xylophages : ceux qui sortent le revolver de leur culture quand ils entendent le mot « parvenu » et ceux qui creusent. Vous, les Lavrillette, vous creusez. Au Creusot plutôt qu’à Palaiseau, c’est ce qu’à choisi le roi. Les Letermitte eux vous bourrent le mou ou bourrent la reine, c’est selon.

Les filles de Paul et Jeanne Lavrillette se prénommaient Françoise et Jeanneton. Comme toutes les midinettes, elles rêvaient d’avoir un jour des faux-cils et du jonc pour couper court à la vie de famille pesante des gens qui ne peuvent pas épater la galerie avec des vers mais qui ont du Kant à soie quand même. Ceux qui friment et ceux qui triment, donc.

161029 Nikon 040Quand les Lavrillette étaient invités chez les Letermitte, le rituel était immanquable. Après le dessert et avant d’aller faire une promenade dans les bois Thierry et Sabine sortaient l’album des photos de famille et s’extasiaient devant la binette de chacun de leurs ancêtres. Et ça durait, ça durait, mes aïeux ! Car les xylophages sont hyper-doués en matière de généalogie. Ils avaient ainsi retrouvé un Cerambix Letermitte qui avait œuvré à la destruction du camp romain de Babaorum, tout près d’Erquy.

Plus loin encore dans le temps il y avait eu cet officier de cavalerie prénommé Nicéphore qui, après la prise de Troie, visa le subterfuge si près de l’estomac que le cheval tomba comme un car en bas d’une montagne. Chapeau, l’ancêtre !

A les entendre, c’est tout juste si ce n’était pas un Letermitte qui avait inventé le feu en frottant deux sirex l’un contre l’autre !

Plus près de nous leur grand oncle Poucet-Phore avait réussi à percer la chaise de Louis XIV.

Et la branche des Cossus-Gâtebois, menée par leur ancêtre Robin, était venue à bout de la forêt de Sherwood.

161029 Nikon 038

A côté d’eux les Lavrillette faisaient pâle figure. Leur famille était rennaise de souche, s’était peu déplacée et tout leur travail de sape des maisons à pans de bois n’avait pu aboutir à cause du grand incendie de 1720 où beaucoup d'entre eux d’ailleurs avaient péri.

Il y avait bien eu leur tante Zeuzère Bostryche qui s’était attaqué à une célébrité dans un atelier italien, chez un dénommé Gepetto. Mais le pantin de bois dont le nez s’allongeait était très vite devenu un gamin de chair humaine et la tante Zeuzère une écharde dans son gros orteil dont l’enfant s’était débarrassé vite fait bien fait.

Lorsque l’album fut enfin refermé on se prépara à aller faire un tour dans le bois. Les filles Lavrillette demandèrent la permission de rester dans la maison pour lire les bandes dessinées des garçons. Cela leur fut accordé car elles étaient des enfants très, très sages, Françoise et Jeanneton Lavrillette.

***

161029 Nikon 074

On ne sait pas ce qui leur prit, ce jour-là, aux deux pucelles. Toujours est-il que depuis ce dimanche-là les Letermitte et les Lavrillette sont fâchés à mort et ne se voient plus. Au retour de la promenade, en constatant les dégâts irrémédiables affligés à son patrimoine, Thierry Letermitte explosa et agonit d’injures les gamines :

- Espèces de tarets ! Mollusques bivalves ! Pyrophiles ! Iconoclastes ! Crustacés ! Bande de capricornes à roulettes ! Coniophores des caves ! Charançons des isbas !

Puis il mit toute la famille dehors en hurlant :

- Disparaissez dans un trou, troglodytes ! Ne revenez plus jamais éroder par ici !

***

161029 Nikon 055Les Lavrillette regagnèrent leur domicile de Saint-Sulpice-La-Forêt. Ni la mère ni le père ne grondèrent les enfants. Au contraire. Tout au long du chemin Paul et Jeanne se jetaient en silence des coups d’œil complices en se retenant de rire des exploits vindicatifs de leurs filles : elles avaient dévoré intégralement l’arbre généalogique des Letermitte.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Potloodzuiger (Walrus)

 

Avant que tous ces genres de services ne soient externalisés parce qu'étrangers au "Core Business" de la société, dans la cave de notre établissement, il y avait un petit guichet où un employé vous échangeait contre un bon de commande tout le matériel de bureau nécessaire à l'exécution de vos travaux.

Il faut dire qu'à l'époque, il n'y avait pas d'ordinateurs personnels et encore moins d'Intranet et que tous les documents devaient être rédigés d'abord à la main avant d'être dactylographiés pour ceux d'entre eux destinés à une diffusion plus large que sa cellule d'origine.

Dans un centre de recherche occupant près de deux mille personnes, cela justifiait l'existence d'une telle structure centralisant la gestion du matériel de bureau.

Donc un beau jour, je me présente au guichet dont question ci-dessus et tends au préposé un bon pour la fourniture d'un crayon (les Français préciseraient "de bois" ou "à papier" pour une raison qui continue de m'échapper).

Le gaillard y jette un œil aussi expert qu'entraîné et me dit "Vous n'avez pas précisé la dureté souhaitée !"

À quoi je lui rétorque : "C'est sans importance, c'est pour le ronger !"

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Laura

 

Je ne suis pas xylophage
C’est dommage, c’est dommage
Je ne suis pas une termite
Quelle faillite, quelle faillite

Je ne suis pas xylophage
Mais quand j’étais enfant,
J’ai eu un xylophone
Il était multicolore et charmant
Mais je suis restée aphone

Je ne suis pas xylophage
Mais je suis papivore
Accro aux livres et leurs émois
J’en dévore, j’en dévore
Mais le bois, ce n’est pas pour moi

Je ne suis pas anthropophage
Mais la lecture, c’est chronophage
Je laisse de côté le ménage
Mais pas le sexe qui éloigne les nuages
Et le spleen du paysage

Je ne suis pas xylophage
C’est dommage, c’est dommage
Je ne suis pas une termite

Quelle faillite, quelle faillite

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,