Bien que pour moi, ce vocable ait de multiples acceptions, de la nouille alimentaire à l’aspect de certain appendice masculin (dit-on), j’en retiens surtout celle qu’un de mes collègues enseignants galvaudait à souhait, et à répétitions, toujours à l’égard de son fils, qui avait, le pauvret, la malchance de compter au nombre de ces élèves de CM2.

Le collègue en question, qui faisait en même temps office de directeur de l’établissement, ajoutait à une carrure assez imposante un fort accent qu’il tenait de ses origines ariégeoises. Imaginez donc un instant sa réaction, face à ce qu’il jugeait comme une lenteur inacceptable lorsque sa progéniture ne réagissait pas assez vite à son gré, ou bien- situation encore bien plus terrrrible- quand il le prenait en flagrant délit d’une orthographe approximative ou d’un mauvais raisonnement mathématique.

La cour d’école (pas très vaste, il est vrai) séparait ma classe de la sienne, mais régulièrement, surtout aux beaux jours, fenêtres ouvertes, les vibrations tonitruantes  des «  GRRRAN….DE-      NOU….ILLE- » secouaient nos murs. Plus de quarante ans après, j’entends encore ces hurlements qui tenaient, je crois, autant de la frustration de père que du caractère sanguin de celui-ci.

Mes petits CP ne s’y trompaient pas : je surprenais souvent de malins sourires quand la claque verbale : «  GRANDE NOUILLE !! » interrompait (ou agrémentait ?) le silence de ma classe.