C’est dans la lignée des pluriels atypiques et irréguliers de la langue française : Le pluriel de « un cœur » c’est : « des espérés  » !

Avec quoi  est fait un cœur ? Avec des tresses ( en détresse) ! Du coup, ne pourrait-on pas le rafistoler avec « détresse » ?

On dit souvent qu’on a le cœur brisé, mais c’est impossible ! C’est tout mou, un cœur ! C’est flasque ! Laid, couvert de graisse (enfin le mien en tout cas) ! Ca ne peut pas se casser !...Sauf un cœur de pierre, peut-être ?

Pas plus qu’un cul, d’ailleurs : On dit souvent qu’on se casse le cul pour gagner sa vie… m’enfin ? Comment pourrait-on casser un cul ?... Un cul de bouteille, à la rigueur ? ...

 Et se creuser la cervelle, dis-moi ? Comment tu fais ?  D’ailleurs : C’est pas très malin ! Surtout si on creuse, et qu’on ne trouve rien… Ou pas grand-chose !

Et puis on a beau dire, se casser le cul et se creuser la cervelle pour rafistoler un cœur en détresse, c’est pas rigolo !  

Dans la vraie vie, pas celle des fées, hein ?  La vraie, la dure vie de chaque jour, il y a deux sortes d’histoires d’amour : Les histoires de cul et les histoires de cœur ! Et bien, si vous prenez en compte les peines de cœur occasionnées par les histoires de cul …Il y en a, des détresses ! … (Ou bien l’inverse ) ! 

Quand on a le cœur en détresse, on a du mal à s’en sortir, alors, on biaise…Parce que, c’est souvent la solution pour rafistoler un cœur : Il suffit parfois de biaiser ! Un bon coup ! Une bonne fois pour toutes ! Bon, je sais, je sais, ce n’est pas facile, mais en se creusant un peu les méninges, croyez moi ….On y arrive,  Et sans trop se casser le cul !

Surtout qu’en fait, le cœur n’est pas le siège des sentiments, ce n’est que l’instrument des conséquences physiques de l’amour. Donc, c’est la tête qu’il faut rafistoler : boucher les trous que l’on s’est fait dans la cervelle en se la creusant !

IL y a peut-être un moyen pour rafistoler tout çà :

aa