J’aime beaucoup  mon paysage de livres ;
C’est aussi  une bibliothèque.
On dit parfois  que ça délivre
Des maux comme les dieux aztèques.
 
Ce qui me plait par-dessus tout
C’est d’observer la poussière
Qui danse un peu partout
Dans  les livres et la lumière.
 
Les gens qui viennent chez moi
Trouvent que je suis négligente
Mais c’est ma façon à moi
De retrouver les acquisitions récentes.
 
Parfois, j’ai honte et j’époussette ;
A cause aussi de mes allergies.
Avec un plumeau ou des lingettes,
J’y pense mais plus souvent j’oublie.
 
Je préfère lire toutes ces lumières
Dans ma nuit, ces poussières de mots
Qui dansent dans les déserts :
Ce  paysage négligé si beau.