Je suis seul, loin des autres, adossé au coin d'un mur, silencieux, ne leur adressant pas le moindre regard. Aujourd'hui, je joue avec la boule à formes de ma petite enfance. Vu mon âge, tous pensent que je suis un peu simplet, que je me contente de placer les formes prises au hasard dans les bons trous, plus par tâtonnement que d'un geste sûr.
Mais pas du tout ! Chaque objet que je touche m'ouvre les portes d'un monde intérieur. Là, je m'entraîne pour une course à la voile en solitaire autour du globe. Avec ma belle planète bleue mais parfois tourmentée.
Le carré est le ponton du départ.  
La croix est ma trousse de secours.
Le rond est le soleil qui illumine les jours.
L'étoile, je la pense polaire, elle est mon ange gardien, elle me donne le Nord dans la nuit.
Et le croissant représente la lune qui influe le niveau des eaux.
Soleil et lune, j'apprends à connaître leur influence sur les vents marins.
Lorsque tous les éléments sont insérés dans les bons trous, il reste le triangle. C'est mon voilier. Il doit naviguer sur la sphère sans s'abîmer, laissant sur bâbord des caps : Horn, Bonne-Espérance, etc.
Et quand je serai grand, je participerai au Vendée Globe en solitaire, sans escale mais avec l'assistance des éléments que j'apprends à maîtriser.

va01