21 novembre 2015

James (Walrus)

Toujours courant, il traversa un endroit délabré

MEMO0002

 

puis déboucha dans un parc

MEMO0006

 

où des oiseaux d'acier picoraient le gazon.

MEMO0013

 

Le sol était parsemé de symboles étranges.

MEMO0019

 

Il s'engouffra dans une ouverture

MEMO0032

 

et se mit à grimper

MEMO0035

 

des marches, encore des marches qui sonnaient sous ses pas; des marches devant,

MEMO0033

 

des marches derrière.

MEMO0049

 

Sa course circulaire entre les solives parallèles générait un éclairage psychédélique qui lui filait la nausée.

wa01

 

"Quel décor pour un film !" se dit-il, parvenant tout en haut, tandis que son poursuivant entreprenait lui aussi de faire sonner les marches métalliques.

MEMO0042

 

Oui, il allait faire un grand Bond !

MEMO0029

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,


007 (Marco Québec)

Si j’étais James Bond
Je travaillerais

Au service secret de Sa Majesté

Je saurais qu’il est Permis de tuer
Rien que pour vos yeux

Que Tuer n’est pas jouer
Que Demain ne meurt jamais
Que Les diamants sont éternels

Si j’étais 007
Je te dirais : Meurs un autre jour

Car On ne vit que deux fois
Je pourrais Vivre et laisser mourir
L’Homme au pistolet d’or

Mais je ne suis pas l’espion
Dangereusement vôtre
Créé par Fleming
Qui était lui-même espion

Montres-bracelets
Voitures et gadgets
Conquêtes féminines
Ce n’est pas mon monde

Je ne suis pas Bond
Je joue dans un film
Qui n’est pas à l’affiche
Et je m’en contrefiche

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

My name is Bond... Jean Bond ! (Vegas sur sarthe)


Mon nom est Bond, Jean Bond... oui, je sais Jean Bond ça fait sourire et il y en a même qui n'hésitent pas à se foutre de ma gueule, même si j'ai l'air d'un parfait gentleman.
C'est tout le problème de notre foutue langue française par rapport à l'english.
En France si je m'appelais Léonard Dix câpres ou encore Mathieu Démon, on se foutrait encore de ma gueule; à l'inverse un anglophone ne rira pas d'un type qui s'appelle Jean Dujardin ou John Of-the-garden, même si le personnage prête à rire.
Alors pour faire taire les rieurs je donne le change, je me suis acheté un Magnum 357 - pas une bouteille de pinard d'un litre et demi - une impression en 3D du vrai flingue du vrai James Bond et un dentifrice explosif, un stylo-bille explosif, une Rolex sous-marine explosive et puis une poupée gonflable explosive mais seulement si on la... chuut... petit secret d'agent secret.

Hier j'ai loué un smoking car j'avais été convoqué pour un casting. Je m'étais imaginé la grande foule mais finalement on n'était que deux, un certain Pierre Brossenaine et moi, Jean Bond.
A la fin on nous a dit qu'on nous rappellerait mais je sais bien que ce Pierre Brossenaine va me voler la vedette vu qu'il était accompagné d'une certaine Carole Bosquet ou Bouquet - une fille d'une vulgarité vulgaire - mais avec un joli Q... dans son patronyme.
J'avais pourtant cartonné avec ma réplique, j'avais choisi de dire “Mademoiselle Anders, je ne vous avais pas reconnue toute habillée”. Ça ne veut rien dire mais j'y avais mis toute mon âme, même si la doublure de Melle Anders recrutée pour l'occasion était binoclarde et ménopausée.

Pierre Brossenaine dont le nom collait bien à sa calvitie précoce s'est contenté de dire “T'es moche mais je vais te fourrer”.
Tout le monde savait que c'est pas du James Bond et que c'est une réplique des Galettes de Pont-Aven; tout le monde a compris qu'il ne s'adressait pas à cette Bosquet ou Bouquet avec un Q, mais j'ai bien vu que le casteur avait kiffé grave.
Je sais pourtant qu'un jour on me confondra avec lui, peut-être même qu'on le confondra avec moi car je suis comme lui, je vis au jour le jour comme lui et comme beaucoup de chômeurs aussi...
Comme lui je ne regarde ni l'avenir ni le passé, je suis ceinture blanche de judo, je joue au golf et au poker sur mon smartphone, je parle couramment le français, je ne m'attache pas aux femmes et elles ne s'attachent pas à moi non plus...
Que me manque t-il ? Juste un petit coup de pouce? A little help from my friends comme disait ce groupe english au nom de cloporte.

Grâce à mon super-écouteur Quantum explosif, j'ai surpris des indiscrétions à propos du prochain film qui s'appellera Spectre: ils auraient recruté un vieux mannequin italien, une certaine Monique Beloussi mais sans Q dans son patronyme.
Le tournage se fera au Maroc et c'est là où j'ai toutes mes chances: je parle français couramment et puis j'ai déjà tourné là-bas... un rôle de vendeur d'oranges pressé - pas les oranges mais le vendeur - dans un bric-à-brac (y disent souk) de Marrakech.
J'ai ramené les babouches en souvenir et aussi en deux mots cette habitude de manger épicé.
Je garde tous les souvenirs de mes tournages et je me dis que si je pouvais un jour ramener la petite culotte de cette Monique, je serais le plus fier des Bond.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Fairywen

Salles obscures

 

J’ai connu les places de cinéma à cinq francs (moins d’un euro pour donner une idée aux plus jeunes).

J’ai connu les cinémas avec parterre et balcon, le rideau rouge qui s’ouvrait devant l’écran de toile, les ouvreuses qui vous plaçaient à la lampe de poche si vous arriviez en retard, ces mêmes ouvreuses qui revenaient à l’entracte avec leurs paniers remplis d’esquimaux glacés pendant que le projectionniste changeait la bobine.

J’ai connu les strapontins durs comme de la pierre, mais quand on est jeune et en bande, on s’en fiche.

J’ai connu les soirées où avec cent francs (environ quinze euros), on se faisait ciné-pizza-glace.

J’ai connu les bobines de film qui faisaient des leurs et du coup les projections qui s’interrompaient. Personne ne râlait, tout le monde attendait patiemment.

J’ai connu ma ville avec une douzaine de cinémas là où à présent il y en a moins de cinq en comptant le cinéma X…

 

Maintenant, il y a les complexes géants, les films en 3D – bientôt en hologrammes ? –, les écrans courbes qui ne sont plus en toile.

Mais maintenant, je ne peux plus aller au cinéma toutes les semaines comme avant, lorsque j’étais une étudiante fauchée.

Maintenant le cinéma est un luxe.

Maintenant le cinéma joue sur les effets spéciaux là où avant il jouait sur les dialogues, les scénarios et le jeu des acteurs.

 

Alors oui, je préférais les petites salles obscures d’avant, avec leur parterre, leur balcon, leurs strapontins, leurs ouvreuses, et surtout, avec leur chaleur et leur convivialité.

Défi 377 du samedi 14 novembre 2015

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Lorraine

Ils ont tous une belle gueule, ils ont tous des biceps avantageux, ce sont tous des acrobates de luxe, des tireurs d’élite, des génies en leur domaine, ils combattent, ils sautent, ils plongent d’un rocher imprenable vers un torrent où mugit la mort où leur corps est un superbe arc-de-cercle qui affronte tous les dangers, et qui séduit toutes les belles….et pourtant je les boude. Définitivement. Depuis le premier (que j’ai vu) jusqu’à l’actuel dont on dit pourtant grand bien.  Mais la première mouture a suffi pour me faire comprendre que l’univers de James Bond et moi sommes définitivement en froid.

Je n’aime pas l’invraisemblable, la violence, même pour le bon droit, les poupées de luxe, les derniers gadgets américains faits pour tuer (ou sauver sa peau) et si je me plonge volontiers dans un bon film policier, j’attends qu’il soit crédible. Que les personnages soient des gens de tous les jours, de la victime à l’enquêteur ; qu’ils aient un visage vraisemblable où la vie a laissé quelque marque, une allure fatiguée, une psychologie qui les mènera peut-être à tâtons, à l’origine du crime et à l’assassin.  A chacun ses goûts.

Alors, c’est gentil à Samedidéfi de nous les présenter tous à la fois. Mais je regrette : malgré leur superbe, je n’ai rien à dire…

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


14 novembre 2015

Défi #377

"My name is BOND

James BOND !"

 

BOND_DAY__GOOGLE

Faites votre cinéma

à samedidefi@gmail.com

Bon tournage et

à tout bientôt !

 

 

Posté par MAPNANCY à 00:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Le tunnel par bongopinot

bo01

 

Je m’engage dans un tunnel

Froid et sans âme

Long couloir sans charme

Où glissent mes semelles

 

Des parois métalliques

Refuge de bruits sourds

Dans un demi-jour

Atmosphère maléfique

 

Je croise des marcheurs,

Des enfants en trottinette

Et au loin des silhouettes

Aucun fracas de moteurs

 

Sortir d'ici au plus vite

Et arriver au cœur de la ville

Dans un frôlement de cils

Là, où la vie habite

 

Revoir enfin le ciel

Goûter à ses lumières

aujourd'hui comme hier

je veux revoir le ciel

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

Fiche d'embarquement (par joye)

Time tunnel 1

Bienvenue au chronogyre.

Vous avez été sélectionnés parmi des milliards de milliards de candidates pour voyager dans le temps.

Vous passerez d’ici jusqu’à d’autres univers qui vous sont jusqu’alors inconnus.

Soyez prévenus que  lors de votre voyage, vous verrez d’autres temps et d’autres mœurs.

Dès le départ, certains participants ressentiront un léger vertige. C’est normal.

Certains participants ne ressentiront rien. C’est normal aussi.

Certains participants seront incertains. Certains incertains resteront incertains. C’est la vie.

Certains participants en sortiront en hurlant.

Ne soyez pas surpris de recevoir un petit coup aux fesses, soit pour faire que vous respiriez, soit parce que votre guide sera un sadique. Nous vous conseillons de pleurer tout de suite, si vous restez trop calme, vous n’en sortirez jamais.

Malheureusement, nous n’avons pas encore perfectionné le chronogyre au point où vous pourrez choisir votre destination, ni votre demeure éventuelle. On vous rappelle que cela fait partie de l’aventure.

N’oubliez pas qu’une fois le voyage entamé, il sera trop tard pour vous de changer d’avis. La meilleure démarche dans de tels cas est de faire de votre mieux de vous adapter, avec la certitude qu’au bout d’un moment, environ dix-huit ans selon votre destination, vous pourrez changer de lieu. Il arrive parfois que nos candidates soient si bien placés qu'ils n'ont pas envie de partir dans un délai de vingt ou même ans, voire plus. Si cela vous arrive, sachez que ce sera votre responsabilité de tout régler, pas celle du chronogyre.

Nous ne sommes pas non plus en mesure de garantir la durée de votre trajet ni de votre séjour. Celui-ci peut durer de quelques minutes jusqu’à un siècle. Mais ne vous en faites pas. Cela aussi fait partie de l’aventure.

Quoi qu’il vous arrive, n’oubliez pas d’en profiter ! Après tout, c’est pour cela que vous êtes venus !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de JAK

Engrenageja01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’araignée a tissé sa toile.

Lui veut  fuir ce tunnel sournois

L’attirant  dans   un cercle sans fin

Tel un engrenage aux rouages certains

Il a peur d’affronter l’inconnu malin

Qui tel le diable, veux prendre son âme

Et il court désespérément…..

Mais l’araignée maline le suit dans tous ses instants

L’empêchant de ses soies solides  d’aller au  bout du tunnel

Enfin

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,