14 novembre 2015

Défi #377

"My name is BOND

James BOND !"

 

BOND_DAY__GOOGLE

Faites votre cinéma

à samedidefi@gmail.com

Bon tournage et

à tout bientôt !

 

 

Posté par MAPNANCY à 00:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


Le tunnel par bongopinot

bo01

 

Je m’engage dans un tunnel

Froid et sans âme

Long couloir sans charme

Où glissent mes semelles

 

Des parois métalliques

Refuge de bruits sourds

Dans un demi-jour

Atmosphère maléfique

 

Je croise des marcheurs,

Des enfants en trottinette

Et au loin des silhouettes

Aucun fracas de moteurs

 

Sortir d'ici au plus vite

Et arriver au cœur de la ville

Dans un frôlement de cils

Là, où la vie habite

 

Revoir enfin le ciel

Goûter à ses lumières

aujourd'hui comme hier

je veux revoir le ciel

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

Fiche d'embarquement (par joye)

Time tunnel 1

Bienvenue au chronogyre.

Vous avez été sélectionnés parmi des milliards de milliards de candidates pour voyager dans le temps.

Vous passerez d’ici jusqu’à d’autres univers qui vous sont jusqu’alors inconnus.

Soyez prévenus que  lors de votre voyage, vous verrez d’autres temps et d’autres mœurs.

Dès le départ, certains participants ressentiront un léger vertige. C’est normal.

Certains participants ne ressentiront rien. C’est normal aussi.

Certains participants seront incertains. Certains incertains resteront incertains. C’est la vie.

Certains participants en sortiront en hurlant.

Ne soyez pas surpris de recevoir un petit coup aux fesses, soit pour faire que vous respiriez, soit parce que votre guide sera un sadique. Nous vous conseillons de pleurer tout de suite, si vous restez trop calme, vous n’en sortirez jamais.

Malheureusement, nous n’avons pas encore perfectionné le chronogyre au point où vous pourrez choisir votre destination, ni votre demeure éventuelle. On vous rappelle que cela fait partie de l’aventure.

N’oubliez pas qu’une fois le voyage entamé, il sera trop tard pour vous de changer d’avis. La meilleure démarche dans de tels cas est de faire de votre mieux de vous adapter, avec la certitude qu’au bout d’un moment, environ dix-huit ans selon votre destination, vous pourrez changer de lieu. Il arrive parfois que nos candidates soient si bien placés qu'ils n'ont pas envie de partir dans un délai de vingt ou même ans, voire plus. Si cela vous arrive, sachez que ce sera votre responsabilité de tout régler, pas celle du chronogyre.

Nous ne sommes pas non plus en mesure de garantir la durée de votre trajet ni de votre séjour. Celui-ci peut durer de quelques minutes jusqu’à un siècle. Mais ne vous en faites pas. Cela aussi fait partie de l’aventure.

Quoi qu’il vous arrive, n’oubliez pas d’en profiter ! Après tout, c’est pour cela que vous êtes venus !

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de JAK

Engrenageja01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’araignée a tissé sa toile.

Lui veut  fuir ce tunnel sournois

L’attirant  dans   un cercle sans fin

Tel un engrenage aux rouages certains

Il a peur d’affronter l’inconnu malin

Qui tel le diable, veux prendre son âme

Et il court désespérément…..

Mais l’araignée maline le suit dans tous ses instants

L’empêchant de ses soies solides  d’aller au  bout du tunnel

Enfin

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,


Poste d’entretien (Pascal)

A quai, pendant un poste d’entretien, j’avais été affecté à la remise en peinture de la tranche de l’étrave. Pour atteindre ce difficile réduit, le long d’une échelle verticale, il fallait descendre des paliers confinés jusqu’aux soutes les plus exiguës. L’étroit compartiment de la proue était scindé en petites alvéoles renforcées et je devais m’employer pour atteindre chacune des plus petites surfaces à peindre. On avait placé des ventilateurs en forme de coquilles d’escargot pour aérer le local ; ses manches à air me gênaient en empêchant mes contorsions de coloriage, les fils des baladeuses se coinçaient sous mes genoux et je trimballais mon pot de minium dans cet entrelacs inextricable. 
Avec maintes reptations, je devais franchir des tranches de plus en plus étroites ; ensuite, assidûment, je peignais les parois de l’intérieur de l’étrave, l’endroit le plus effilé du navire. Le plus souvent à plat ventre, je m’appliquais à cette œuvre de réfection comme si je le caressais dans le sens de sa tôle. Au-dessous du niveau de la mer, je n’osais pas gratter des points de rouille naissants ; aussi, en échange secourable, j’y appliquais généreusement ma peinture pansement pour soigner ces petites plaies boursouflées…  

En y repensant, je crois que c’était une des corvées les plus pénibles du début de mon embarquement, mais j’aimais bien cette intimité d’étrave, cette collusion fortuite entre les ombres curieuses et les lumières falotes des ampoules faiblardes.
Toujours aussi copieusement, j’étalais ma peinture sur tout ce qui pouvait la recevoir. Je ne peignais plus, je décorais. A la lumière blafarde, l’endroit devenait une véritable mine d’argent ; chaque pépite d’une goutte de peinture brillait intensément. Là, dans l’intimité des profondeurs, c’était une véritable caverne de richesse. J’avais une grande fierté d’accomplir cette responsabilité ingrate et je m’employais à cette pénible astreinte carcérale avec un zèle de jeune matelot convaincu.

Entre nous, je crois que je fayotais avec mon bateau, dans ce sens hypocrite : « Vois-tu comme je prends soin de toi ?... As-tu remarqué comme je m’applique à la tâche précieuse d’embellir tes moindres détails ?...  Et toi ?... En échange, me ramèneras-tu toujours à bon port ?... Sauras-tu pourfendre les pires vagues des tempêtes ?... » On discutait ensemble et s’il ne me répondait pas, les ombres dansantes, courant derrière ma baladeuse, avaient des traductions optimistes dans mon entendement rassuré.

Moi-même, j’étais décoré de peinture ; avec des pâtés, des traits, des panachures, j’étais galonné du grade d’embellisseur d’intérieur d’étrave et cela conférait à mon esprit embrumé un réconfort optimiste. Comment dire ? Elle et moi, on se partageait l’argent de cette pénombre heureuse. Cette face cachée d’étrave, c’était ma réelle confidente ; nous n’étions plus qu’un, maquillés à la même euphorie panoramique. Je crois que je la soudoyais avec tout mon argent de pot de peinture ; c’était mon obole, ma contribution à la réussite d’une future mission de mer. Si j’avais pu la peindre avec de l’or, je l’aurais naturellement badigeonnée avec excès… « Dis, tu m’emmèneras loin ?... Dis, tu me ramèneras ?... » Le ronronnement du ventilateur était ses seules réponses dans le vent.

Loin du monde et de ses turbulences, par l’effet d’échos sous-marins, j’entendais des bruits contre la coque. C’était amusant d’essayer de deviner tous ces chuchotements de clapotis, ces heurts liquides, ces gargouillis de bulles accrochés contre la coque. Bien sûr, malgré les ventilos, ça puait le minium mais c’était enivrant, cette sensation de parfum obsédant. Je m’y étais habitué et je le respirais avec une forme d’exaltation entêtante. Pendant la pause, je tirais même sur ma clope en oubliant les vapeurs dangereuses de cette peinture tellement volatile.

Tout à coup, l’ampoule s’éteignit, le ventilo s’arrêta ; j’étais prisonnier dans le noir total. Accroché à mon pinceau, je cherchais une quelconque issue à cette pénible situation. Sans la voir, omniprésente, je ressentais l’étrave devant moi. Elle semblait encore briller de toute sa peinture fraîche.

J’avais allumé mon briquet et je m’étais retrouvé dans le ventre de la baleine ; les différents étais métalliques se perdant dans la pénombre étaient ses côtes, les manches à air et les rallonges électriques étaient ses entrailles, les grondements alentour étaient ses borborygmes…
C’est pendant ces secondes de claustration que j’ai réalisé que mon bateau était vivant. Jonas, je palpitais d’inquiétude, lui, il respirait lentement, rompu à tous les imprévus de son bord ; j’écarquillais les yeux, lui, il se tenait immobile, feignant l’indifférence de l’ordinaire ; j’appréhendais un rapide et heureux dénouement d’éclairage, lui, il jouait de son élégance d’étrave comme avec un estoc découpant habilement le noir…
Que pouvait-il bien m’arriver au sein de ce fier navire ? Là, dans l’isolement emprisonnant  des ténèbres, j’étais à l’aise comme peut l’être un adolescent dans sa chambre. Protecteur, il m’avait admis dans l’intimité de son antre ; je le ressentais au plus profond de mon être.

J’ai vécu cette étrange osmose pendant tout mon embarquement. Au gré des tempêtes, quand il gémissait sous les déferlantes, j’avais mal à l’âme ; quand il se redressait, fier, à l’amont d’une énorme vague, j’étais avec lui pour crier à l’éphémère victoire ; quand il glissait sur la mer, à toute vapeur, j’admirais inlassablement son sillage et j’entassais toutes ses belles couleurs dans mes mémoires de voyage. En fin de vie, quand on l’a coulé, c’est un peu de moi qui suis parti mourir dans les grands fonds.

Oui, la lumière était revenue, le ventilo s’était remis en route ; le côté pile de l’étrave était plus que flamboyant…

 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Impressions (Walrus)

 

Au premier coup d'œil, structure radiale, segments parallèles joignant les rayons, l'association est immédiate : toile d'araignée.

wa03

À y regarder de plus près, une vague passerelle dans un tunnel où des personnages, que dis-je, des ombres se dirigent vers une zone lumineuse, j'ai pensé "EMI". Mais non pas Electric and Musical Industries, EMI comme NDE : "Near Death Experience", Bosch en parlait déjà !

wa02

Ou alors un truc dans le genre auréole, si vous voyez ce que je veux dire :

wa05

Mais vous connaissez mon côté pratique, au bout du compte, ce qui a retenu mon attention, c'est le comment (il y a longtemps que je ne m'intéresse plus au pourquoi). Et j'ai tenté d'imaginer la structure qui aurait pu créer ce genre d'éclairage. Et c'est là que m'est revenu le souvenir de photos que j'avais prises (du temps où d'avoir à maintenir en laisse d'une main ferme le chien de mon épouse ne m'empêchait pas encore de m'adonner à la photographie). Je vous en fais voir une :

wa01

Marrant, y a comme un air de famille non ?

Quant à vous dire ce que c'est, faites travailler vos méninges (expression stupide s'il en est, les méninges ne participant en rien à la réflexion, comme chacun sait).

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

Le bout du tunnel (EnlumériA)

Le premier Transitarium ouvrit ses portes à Genève le 12 octobre 2027 dans l’indifférence générale.

***

Martial, qui jusqu’à ce que commence notre histoire, portait assez bien son nom, commençait à en avoir plus qu’assez de cette vie de loser généralisée. Ras le bol des : « Il ne faut pas baisser les bras » et des : « Bientôt tu verras le bout du tunnel ».

Les racines du mal venaient en partie d’un certain dimanche de novembre 1999. Noélie, son épouse, avait demandé le divorce. Elle se tenait assise sur le bord du lit, droite comme un I, les bras croisés. Sur son visage, une sévérité de dame patronnesse. Martial, à peine réveillé, ne comprit par vraiment les raisons de cette décision abrupte. Il était question de chômage, de précarité insupportable et de quotidien grisâtre. Elle termina sa diatribe par l’inénarrable : « Je ne m’inquiète pas pour toi. Tu retrouveras quelqu’un rapidement. Et du travail aussi. Tu es brillant, intelligent. Bientôt, tu verras le bout du tunnel. »

***

Il ne fallut que quelques mois, cependant, pour que les Transitariums ouvrent un peu partout en Europe, puis aux USA et en Asie. Seule l’Afrique et une partie de l’Amérique du Sud échappèrent à cette tendance. L’Histoire retiendra qu’ils avaient utilisé des moyens plus conventionnels pour régler le problème.

***

En 2005, Martial n’avait toujours pas retrouvé de travail ; ni de compagne. Qui s’intéresse à un loser sans emploi abonné aux minima sociaux. Ce n’était pas faute de chercher. À chaque fois les réponses étaient les mêmes : « Vous ne correspondez pas au profil recherché. Mais au vu de votre CV, vous n’allez pas tarder à rebondir. » Ce qui était une manière polie de dire que Martial était sans emploi depuis trop longtemps, qu’il était trop vieux, bref ! Qu’il était un has-been. Un jour, un agent de Pôle-Emploi lui assura que bientôt il verrait le bout du tunnel. Pour une raison dont Martial ne se souvenait pas, ce jour-là, il ne cracha à la gueule de ce con.

***

2015 ! Le monde partait à la dérive et pourtant les politiciens s’obstinaient à prêcher le retour de la croissance. La croissance infinie dans un monde fini. Quelle absurdité ! Des publicitaires sans scrupules persévéraient dans la promotion d’une multitude de produits inutiles destinés à des consommateurs au pouvoir d’achat de plus en plus exsangue. Des opportunistes rusés et autoproclamés coaches en développement personnel vendaient leurs méthodes miraculeuses comme des petits pains. Leur leitmotiv : « Si vous êtes seul, dans la misère et malade, c’est parce que vous ne maîtrisez pas la pensée positive ! Comment ? Vous avez acheté mon livre est vous êtes toujours dans le besoin ? C’est parce que vous n’y croyez pas assez. Achetez donc mon nouveau livre qui révèle tous mes secrets pour réussir ». En gros, c’était de votre faute.

Un jour, alors qu’il patientait encore à Pôle-Emploi pour des nèfles, Martial entendit une formule qui lui mit la rage au cœur : « Et quand Ils nous auront tous mis au chômage, à qui Ils les vendront leurs produits de consommation pourris ? » Celui qui avait hurlé son désespoir fut expulsé comme un malpropre par des vigiles zélés. La sécurité ? Un secteur prospère.

2025 ! Les gouvernements étaient aux abois. L’Europe comptait un taux de chômeurs officiel de 42 %. Des réfugiés arrivaient de toutes parts, fuyant la guerre, les catastrophes écologiques et la famine ; de pauvres bougres hagards croyant en un Eldorado mort depuis longtemps. Les populations locales paniquaient, créaient des milices, se barricadaient tant bien que mal dans l’illusion d’un monde qui ne reviendrait jamais. Les politiciens tenaient des propos lénifiants, affirmaient que la reprise était pour demain. Bientôt, nous verrons le bout du tunnel. Encore un peu de patience.

***

Malgré ce climat de déshérence et des rumeurs alarmantes, l’industrie des Transitariums prospérait de manière exponentielle.

***

En 2029, le taux de chômage dégringola à 27 %. L’année d’après, on ne comptait plus que 12 % de personnes sans emplois et pourtant pratiquement plus aucune entreprises ne tournaient correctement. Excepté les Transitariums qui fonctionnaient à plein rendement grâce à une publicité efficace et un bouche à oreille performant.

***

Martial pris sa décision un certain dimanche de novembre. Il n’avait toujours pas de travail, ne touchait les minima sociaux que sporadiquement et il venait enfin de comprendre qu’il finirait sa vie dans une solitude de clébard. Las de cette angoisse larvée qui pourrissait ces nuits d’insomnie et ses journées noyées dans le mauvais vin, il prit le chemin du Transitarium le plus proche.

***

Une aimable hôtesse l’accueillit avec un sourire factice. Que pouvait-on attendre d’un androïde ? On le fit patienter quelques temps dans une salle d’attente bondée. Une multitude de visages graves, accablés, emprunts d’une extrême lassitude. Enfin, une voix synthétique appela son numéro. Il pénétra dans un bureau aseptisé et glacial. Un homme en costume trois-pièces l’accueillit en lui serrant chaleureusement la main. Il se présenta comme le docteur Martin. Il s’était composé la figure rassurante de l’antique médecin de famille. Son regard bienveillant scrutait Martial sans répit. Après quelques paroles de circonstance, le bon docteur lui proposa un verre d’un liquide bleu chatoyant. Un tranquillisant léger. Puis l’accompagna vers le sas.

C’est avec insoucience que Martial pénétra dans le tunnel noir parsemé d’étoiles qui allait le mener à la libération. Allez ! Encore quelques pas et il verrait enfin le bout du tunnel. Sa dernière sensation fut un grand flash suivi d’une brève odeur de viande grillée.

***

2037 ! La crise était terminée. La population mondiale s’était réduite à quelques dizaines de millions d’individus. On manquait de main-d’œuvre un peu partout, mais dans l’ensemble, le système fonctionnait de nouveau. Les politiciens triomphaient. La croissance était de retour.

***

À Oakland, le dernier Transitarium ferma ses portes dans l’indifférence générale ; faute d’usagers.

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Participation de Laura

Où est le bout du tunnel ?
Serais-je un jour comme avant ?
Gaie et insouciante ?
La vie me paraîtra t-elle à nouveau simple et excitante ?
Comment cesser d’avoir peur ?
Comment arrêter le moulin à angoisses ?
Quand aurais-je à nouveau envie d’ouvrir les yeux le matin ?
Et de ne pas les fermer le soir ?
Pour contempler ce monde offert à mes yeux émerveillés ?
Retrouverais-je un lieu où je me sente chez moi ?
Quand cesserai-je de me sentir étrangère où que je sois ?
Reverrais-je mon pays ?
Il doit bien y avoir quelqu'un quelque part qui sait ça.
 

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Le métro parisien pour les Nuls. Aujourd'hui : la station Réaumur-Sébastopol (Vegas sur sarthe)


Cette station a toujours suscité une polémique: Qui de Réaumur ou de Sébastopol fit débaptiser la station qui s'appelait à l'origine Rue Saint Denis.
C'était quand même plus simple avant car l'usager savait parfaitement pourquoi il descendait là et les “traditionnelles” en fourreau panthère qui lui disaient “Tu montes?” le savaient aussi.

Si vous y descendez, c'est forcément pour en sortir et voici quelques conseils:

Pour sortir côté Sébastopol il suffit de se diriger à l'oreille sur cet air d'autrefois mais bien connu diffusé dans les haut-parleurs, “Mon Sébasto” chanté par Léo Ferré dans les années 60 et aux paroles intello-cérébrales:
Quand l' flic est en vue...
C' qu'on fait avec ell's, y faut le fair' vite
Et pas s' attarder mêm' si ça vous plaît
Moi ça m'est égal, je n'ai plus qu'un rite
C'est le cornet d' frites
Et le Beaujolais

Plus sérieusement Sébastopol est l'anagramme de Lopotsabès qui ne signifie rien et n'a ni synonyme ni antonyme.
Finalement rattachée à la Russie par une ficelle appelée référendum, cette ville est assez célèbre pour porter à la fois le nom d'une station de métro parisien et le nom d'un boulevard.
Universellement connu pour son confort, le siège de Sébastopol inspira au général Mac Mahon la fameuse citation “J'y suis, j'y reste”.
Cette citation deviendra la devise du 3è régiment de zouaves (descendre à Alma, ligne 9).
Ne pas confondre avec la citation du père Lachaise “Repose en paix” située 5 stations plus loin.

C'est une chance que les deux voies qui se croisent aux sorties de la station s'appellent rue Réaumur et boulevard Sébastopol car on a échappé entre autres à l'appellation Deux Boules-Brisemiche.

Pour sortir côté Réaumur il suffit de suivre les panneaux indicateurs “René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757)” qu'on a simplifié en Réaumur.
Contrairement à Sébastopol, Réaumur n'a donné lieu à aucune citation qui mérite l'attention sinon “C'est à la Réaumur qu'on reconnait le maçon”.
Une plaque commémorative rappelle que René-Antoine inventa le thermomètre et l'échelle qui porte son nom, échelle dont on trouve une réplique réservée au personnel d'entretien et interdite aux usagers sous peine d'amende.
De même il est interdit de consommer l'alcool contenu dans le thermomètre géant illustrant l'invention de ce génie qui est le seul à ce jour à avoir fait bouillir de l'eau à 80°.

Dans le long couloir qui mène à la sortie Réaumur, on trouve des raies aux murs et au plafond, des motifs psychédéliques qui brouillent la vue et peuvent donnent envie de gerber.
On est prié d'utiliser les sacs en papier recyclable prévus à cet effet.
Afin de différencier l'entrée de la sortie, puisque toutes deux empruntent le même couloir, un ingénieux système de raies noires sur fond blanc dans un sens et de raies blanches sur fond noir dans l'autre sens renseignent l'usager désorienté.
Beaucoup ignorent qu'en courant à la vitesse d'un cheval au galop - à l'instar d'un promeneur piégé dans la baie du Mont-Saint-Michel - les murs apparaissent uniformément gris et donnent alors l'illusion d'entrer par la sortie et vice-versa.
Notons qu'il n'existe pas de station Mont-Saint-Michel afin d'éviter tout amalgame à marée montante c'est à dire aux heures de pointe.

A suivre une prochaine fois : saint Lazare porte maillot  (y'a pas de honte)

Posté par Walrus à 00:01 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,