- Nous arrivons dans la partie la plus moderne du château  Braunschild. Attention à la marche. Pas de photo s'il vous plait.

La salle Karlsberg, dite aussi "la salle ronde", a été la pièce à boire au 16e siècle, puis le boudoir des plaisirs de la comtesse Marguerite, plus connue sous le nom de "Margot la sanglante".
Entièrement restaurée il y a quelques années par Caroline de Braunschild, actuelle propriétaire du château, et  épouse du précédent ministre de la culture,  elle est dédiée cet été  à l'exposition des œuvres de son neveu Charles Markus Emmanuel von Karlsberg, qui signe "Aegnor".
Aegnor  est  un artiste météore, qui voua seulement quatre  mois de sa vie à la peinture, avant de fonder le  groupe  de rap tubulaire  "glauque néant".
On se prend à rêver aux œuvres picturales  qu'il aurait pu encore donner à l'humanité, si une cure de désintoxication n'avait tué dans l'œuf son inspiration.
Hélas, il laisse seulement quatre tableaux.
Mais quels tableaux !!!!

- En effet, Monsieur, on ne voit rien.
- Comment Madame, vous êtes claustrophobe ? Laissez-moi vous guider vers la sortie.
Non Madame, je ne profite pas de l'obscurité.

-Marcel, c'est quand tu veux pour le  projo !

Je perçois votre surprise : le mur est nu, et noir. Conformément au vœu de l'artiste, les  œuvres sont accrochées au plafond, vous pouvez donc vous installer dans les transats que je désigne avec ma torche.
Tout le monde est allongé ? Bien.
Cette scénographie voulue par Karlsberg symbolise l'art planant au-dessus du vide de nos existences.
Ce n'est pas la seule originalité de l'artiste : de même que la salle est ronde, vous pouvez constater qu'aucun de ces tableaux n'est rectangulaire, Karlsberg haïssait les angles.
Au centre, l'œuvre majeure de l'artiste : "la petite baigneuse". Il s'agit d'un anneau d'un diamètre de 2 mètres, entièrement vert sombre, le célèbre "vert Karlsberg".
Entièrement vert sombre croyez- vous ?  Regardez bien, il y a un tout petit point blanc.

- Marcel, plus haut, le projo !

Il s'agit d'une amibe. La petite baigneuse est en fait notre ancêtre, la petite baigneuse des origines de la vie, qui flotte dans l'océan primordial dont la forme en anneau figure le temps, d'un temps qui n'aurait  ni début ni fin. Notons qu'à l'époque l'artiste se proclamait "seigneur des anneaux".
D'une toute autre facture est le tableau qui fait suite au précédent dans la chronologie de l'œuvre. Il s'agit de "la fugue du violon" que vous avez peut-être du mal à distinguer, il est évident qu'un  violon qui a  fugué n'est de facto plus visible.
 Ne reste que son étui que vous ne pouvez pas voir non plus, puisqu'il se trouve au fond du puits où il s'est jeté par désespoir ;  mais le puits est nettement évoqué par sa margelle.

- Marcel, redresse !

Ce petit cercle argenté d'environ dix centimètres est en effet la margelle du puits où repose pour l'éternité l'étui du violon.
Les plus grands psychanalystes se sont penchés sur cette œuvre dérangeante. Dans le numéro spécial de "Gala" consacré aux artistes à particule, Gérard Miller croit en trouver la racine dans l'horreur que Charles Markus Emmanuel conçut enfant pour  la décoration de sa chambre. Il s'agissait de tableaux de Chagall dont les  violonistes hantèrent longtemps ses cauchemars.
"Ecarlate", que le projecteur illumine maintenant, est encore plus énigmatique. Les replis de ce gigantesque boudin rouge peuvent tout aussi bien évoquer une flaque de sang, ou des boyaux, qu'un fantasme de bouche siliconée.
Hélas, Gérard Miller n'est pas encore parvenu à  la période rouge de Karlsberg.
Le dernier tableau exprime toute la violence de  la fin de la courte carrière de l'artiste : JAMAIS PLUS. Il s'agit d'une page de son agenda écrite au crayon bille bleu, marouflée sur assiette en bois de la forêt noire. L'émotion à l'état pur.

Je vous laisse savourer encore quelques minutes avant de rallumer la lumière ; après  quoi vous pourrez parcourir librement la  roseraie et le jardin de simples.
N'oubliez pas le guide s'il vous plait."