« Entrez, entrez, mesdames et messieurs ! Merci d’essuyer vos pieds !... Venez visiter le musée de la Chaussure de Romans ! Venez découvrir les ustensiles d’antan, les parfums de peausserie, les formes, les plans ! Dans nos rivières, la Martinette, la Savasse, sans relâche, on tannait le cuir pour alimenter nos grandes usines de godasses !

Mesdames et messieurs, je suis la bonne pointure pour vous guider dans ce glorieux passé et, de moi, vous ne pourrez plus vous lasser !... De la semelle jusqu’aux œillets, de l’empeigne jusqu’au talon, de la trépointe jusqu’aux coutures, vous saurez tout de nos chaussures ! Hé oui, madame ; tel que vous me voyez, j’ai passé quarante ans comme ouvrier chez Jourdan. Si j’avais porté toutes les chaussures qui sont passées entre mes mains… Devant nos établis, on languissait tous la fin de la semelle, non… la fin de la semaine. Excusez, déformation professionnelle…

Mesdames et messieurs, admirez les outils ! Les alênes, les cardes, les marteaux à battre ! Appréciez cet assortiment de brosses à reluire ainsi que sa palette de boîtes de cirage ! Ici, nous avons les sabots d’Hélène, encore tout crottés ; on dit qu’elle est passée par la Lorraine. Là, regardez sur cette étagère ! Une paire de bottes de sept lieues commandée par Charles Perrault lui-même ! Ici, des escarpins jusqu’aux souliers vernis : c’est la commande d’un cul de jatte qui nous est restée sur les bras. A la grande époque, nous avons même chaussé tous les enfants des colonies de vacances de la région ! Encore aujourd’hui, si vous passez par Sainte-Eulalie, les échos des grands goulets du Vercors vous raconteront joyeusement leurs : « Un kilomètre à pied, ça use, ça use, un kilomètre à pied, ça use nos souliers… Deux kilomètres à pied… » C’était nos petits essayeurs !...

Ne vous bousculez pas ! Tout le monde trouvera chaussure à son pied ! Ici, nous avons toute une collection de trous dans les chaussures et, de ce côté, c’est la symphonie des semelles en bois ! Vous pouvez admirer, pêle-mêle, la mule du pape Pie VI, une chaussure de verre, les baskets de Noah quand il a gagné Rolland Garros, les Moon boots de Killy, les sandales de l’Abbé Pierre, les chaussures à crampons de Jean-Pierre Rives, les talons aiguilles de Marilyn quand elle a chanté : « Happy Birthday, my président » à Kennedy. Le musée de Westminster nous a prêté la paire de chaussures du prince Charles, celle d’apparat, quand il reçoit en grande pompe. Là, nous avons des chaussons de Brad Pitt, des souliers bicolores signés Coco Chanel, une ballerine de danseur étoile, oui, Noureev. Ici, tout un stock de semelles qu’on pensait ne pas mettre à l’étalage, des Converse concaves, des Clark convexes, les santiags de Clint Eastwood, les terriblement usagées chaussures de sport de Forrest Gump, les espadrilles en couleur de BB quand elle a joué : « Et Dieu créa la femme ». Et là, voyez les babouches d’Aladin, les tongs du Dalaï Lama, les claquettes de Fred Astaire, les mocassins du dernier des Mohicans, les galoches de Gavroche, les spartiates de Ben-Hur, les John Lobb de James Bond !...

Ici, nous avons des souliers de héros, des groles de pénitent, des brodequins de soldat, des chaussures à bascule, des petits souliers de timide, des squelettes de plage, des croquenots de croque-notes, des ribouis de bandit. Là, des chaussures d’enterrement ; on les appelle aussi des pompes funèbres… Ho, mais aux gargouillis de vos ventres, je sens que vous avez l’estomac dans les talons ! Allez donc déjeuner, en face, chez l’Ami Tatane ! Sa femme est charentaise ! Je vous recommande ses pâtes au gaz, ses pieds paquets et ses chaussons aux pommes ! Bon appétit !...