Loona sursauta. Un petit cri aigu venait de retentir dans la pièce du fond. La chambre des enfants. Il y eu un silence puis un autre cri suivi d’une longue plainte mouillée. Loona posa son ouvrage et alla voir ce qu’il se passait. En fait, elle savait pertinemment de quoi il s’agissait. Mergil, sa fille, venait encore de se piquer. Depuis qu’elle se sentait suffisamment grande pour s’habiller seule, cela arrivait sans cesse. Mergil venait d’avoir quatre étés et elle s’épanouissait comme une fleur tendre. Si tendre qu’elle déchirait ses doigts chaque matin et chaque soir. Loona prit Mergil dans ses bras pour la consoler. La petite fille montra son doigt sur lequel perlait une goutte de sang. Loona suça la plaie et embrassa la petite sur le front. Il était temps de faire quelque chose.

Lorsque Borth rentra de la chasse, Loona lui expliqua ce qu’il s’était encore passé. Borth haussa les épaules en signe d’impuissance. Mergil se piquait avec la fibule de sa tunique comme tous les enfants de son âge. Et alors ?

Loona insista, insista encore pour que Borth trouve une solution. Pour qu’on en finisse.

Alors, Borth se retira près du vieil orme, non loin du jardin potager où Loona cultivait quelques racines. Il aimait méditer sous l’ombre du vieil arbre au retour de la chasse, juste avant de prendre le repas du soir. Il contemplait le jardin depuis quelques instants quand, en observant une drôle de petite pierre creusée au centre, l’évidence lui sauta aux yeux. Il se leva et alla chercher la tunique de Mergil sous œil intrigué de sa compagne. Il se mit à l’ouvrage immédiatement.

Il commença d’abord par faire un petit trou sur le bord de la tunique. Puis il attrapa un morceau de ficelle qui trainait par-là, une aiguille et hop ! Il attacha la petite pierre sur l’autre bord de la tunique. Il rejoignit les deux pièces d’étoffe, et d’un geste précis, il les assembla avec son petit appareillage. Fier de lui, il appela Loona et Mergil pour faire une démonstration de sa trouvaille.

Son épouse poussa un sifflement d’admiration devant l’ingéniosité de son homme.

Voilà ! Leur petite fille ne se piquerait plus avec la fibule en attachant les deux pans de sa tunique. Ils décidèrent d’appeler ce dispositif un bouton. Comme les jeunes pousses de fleurs des champs.

Deux jours plus tard, Loona entendit Mergil pousser un petit cri de surprise. Quoi encore ? À la mine désolée de la fillette, Loona comprit qu’elle avait perdu son bouton.

Borth saura bien lui en confectionner un autre. Au retour de la chasse. Mais ça n’allait pas changer la face du monde.

 

Évreux, le 19 juin 2015