J’ai mis dans la jarre.
Tous les mots qui ne devaient pas être dit.
Les petites mesquineries et les grosses jalousies.
J’en avais sans doute marre,
Des couardes hypocrisies, des maousses flagorneries.
Mais d’une sincérité urticante, le commun a frémi.

J’ai rempli la jarre.
Des gaudrioles en sempiternelles litanies.
D’urgences en pisse-copies, le vide est si vite rempli,
La règle neuve est à part.
Alors qu’on ne veut que le moyen, l’ordinaire, le petit,
Tenant l’emmerderesse pour prétention bouffie.

J’ai bien enterré la jarre.
Pour oublier vite, tous ces tristes faux-amis,
Sous le sable ocre d’un très lointain et lumineux pays.
A présent c’est bizarre,
Qu’on veuille ressortir ce qui est enfoui.
Parce qu’on découvre que le silence est bavard aussi ?

J’ai retrouvé la jarre.
Elle était pleine de temps passé, chiffonné, blessé.
Elle était pleine de cette pulvérulence toute rose-doré.
Il était bien trop tard,
Il n’y avait rien d’autre que du vent léger, léger.
Et les friselis de l’inconséquence d’une fragile humanité.