Tu cachais dans tes poches
Assez de cailloux blancs
Pour faire des ricochets
Sur le dos de tes peurs
Tu cachais un marron
Une plume de geai
Les miettes d'un gâteau
Un chewing-gum usé
Et trois bouts de ficelle
Pour tresser un sourire
Sur le gris du  matin  
Tu cachais dans tes poches
Une poignée de larmes
Qui te seront précieuses
Pour un prochain chagrin
Tandis que chaque jour
Avant d'entrer en classe
Tu confiais ton manteau
À mon bras impatient
Je fouillais dans tes poches
Pour fleurir mon ennui
Je n'ai rien dérobé
Hormis quelques secrets
Que je n'ai pas trahis.