La coutume des haricots consistait à équeuter une montagne de gousses que le papi répartissait par grosses poignées entre nous tous - cousins et cousines - jeunes volontaires désignés d'office.
Le papi se réservait la tâche honorifique et tarabiscotée de les ranger verticalement - une fois équeutés - tels des petits soldats dans un régiment de bocaux à l'alignement millimétré.
En ronchonnant, chacun castrait son “mangetout” par les deux bouts, retirant un fil, recoupant les plus longs à la taille réglementaire sans les esquinter en se dépêchant lentement pour éviter une poignée de haricots supplémentaire.
Le papi ne jurait que par le Contender... “De la bonne graine” disait-il “ à l'inverse de vous!”.
 
Quand on est gamin et qu'on s'apprête à vivre les traditionnels mois de vacances dans la grande maison de famille bourguignonne posée à deux pas d'adulte du Canal du même nom - soit quatre ou cinq pas d'enfant - il y a de quoi être soucieux.
 
Le rituel dominical consistait à traverser les deux ponts pour jarter jusqu'à l'église située en haut du village avant le dernier coup de cloche et sans salir nos beaux habits.
La mamie rêvait d'un autre habit pour nous... soutane pour un garçon ou voile pour une fille mais la vocation ça ne vient pas toujours dans un missel garni d'images de communiants et le Patron - figé sur sa Croix et contraint de subir les sermons déjantés d'un curé loufoque - n'embaucha guère plus que quelques espiègles enfants de choeur.
 
L'usage du coucher consistait à entamer une seconde journée faite de batailles de polochons et diverses embistrouilles, et tout ceci à tâtons puisque l'ingénieux papi avait inventé l'extinction des feux télécommandée au moyen d'un interrupteur traîtreusement disposé vers sa chambre.
 
La traditionnelle pêche à la ligne était parmi les corvées les plus douces puisqu'en quelques secondes nous posions pliants, bourriches et épuisettes sur la berge devant la maison.
Armés de patience et de fourbes hameçons, nous taquinions tout ce qu'il y avait à taquiner entre deux passages de péniches chargées à ras bord et qui déclenchaient des tsunamis couleur café-au-lait où disparaissaient nos bouchons dans des relents vaseux qui viaunaient le gasoil...
 
Quand on est gamin et qu'on s'accroche la serviette autour du cou pour une de ces rituelles orgies qui s'étirent presque jusqu'à l'heure du souper sans pouvoir officiellement quitter la table, il y a de quoi être soucieux.
On vous y gueude au pâté en croûte, vous torture aux escargots persillés, vous condamne au doublé poisson-viandes avant les tourments salade-fromage-dessert tout en vous promettant aux calendes grecques ce fameux galopin de Ruchottes-Chambertin dont les grands se gobergent.
Pour peu que l'orgie dégénère on vous forcera à chanter en public l'immuable et planétaire classique de Guy Béart “Ma petite est comme l´eau, elle est comme l´eau vive, Na na nère...”
Pourquoi tant d'eau au pays du pinot noir?

La fin des vacances arrivait à grands pas - sonnant la fin des réjouissances - alors, au risque d'attraper la drouille et une tisane on sacrifiait à Notre tradition, celle qui ne figure dans aucune archive locale: on allait se gauger dans l'eau glacée du lavoir, là où on savait que l'horrible mélusine ne se risquait jamais!


Lexique de mes bourguignonneries:

drouille: diarrhée
embistrouiller: embêter
esquinter: abîmer
galopin: verre
gauger: tremper
se goberger: s'empiffrer
gueuder: rassasier
jarter: marche très vite
tisane: engueulade
viauner: sentir mauvais