J'ai la mémoire courte et même si les plus courtes sont les meilleures je me souviens avoir oublié en quelle version je suis... 1.2 ou peut-être 2.1
On dit que c'est stocké quelque part dans l'hippocampe.
Comment?
Ça prête à sourire? Oui je sais, ça fait ça la première fois mais les plus grands professeurs sont formels: on a tous un hippocampe dans le bocal.
Moi j'en ai un gros parait-il et ça m'arrange vu que les schizophrènes en ont un petit et que je n'ai pas l'intention d'être schizophrène en plus d'avoir la mémoire courte.
C'est marrant mais l'hippocampe - ce cheval de mer qui ressemble beaucoup à ce qu'on a dans le bocal - a lui aussi la mémoire courte car c'est le mâle qui porte les oeufs alors qu'on sait parfaitement que c'est le job de la femelle, bref.
Qu'est-ce que je disais déjà?
Sans doute un truc que j'avais sur le bout de la langue.
C'est fou ce que je peux avoir comme choses sur le bout de la langue, mais quand ça ne sort pas, ça ne sort pas...
Les mots de passe, par exemple.
Qui m'expliquera pourquoi je me souviens du passage de la petite souris pour la chute de ma première dent de lait au siècle dernier alors que j'oublie les mots de passe que j'ai choisis hier?
J'en avais un chouette - Alzheimer - mais je l'oubliais trop souvent ou bien je ne savais plus où placer le 'h' alors j'ai choisi Azerty... ou Qwerty, je ne sais plus mais je me souviens que ça finit par 'erty'.
Heureusement il y a peu de mots qui finissent en 'erty'... enfin je crois.
Parait qu'on a fait une découverte d'importance - la PP1 - une protéine responsable de ça: une véritable gomme à effacer ce qui n'est pas important!
On dit aussi que si on n'avait pas cette gomme, on aurait le bocal qui exploserait de trucs pas importants qu'on accumule dans le bocal.
Des chercheurs français auraient trouvé ça en bricolant des souris et ça m'arrange... j'aime pas les mulots à cause des tendinites au poignet.
Pour tout le reste, j'ai trouvé une application pour ça: je m'invente des souvenirs.
Fini le bourrage de crâne et puis j'en avais marre d'être obligé de réparer mes oublis.
Y a pas plus chiant que devoir réparer un oubli.
Vous en avez déjà réparé vous, des oublis? Vider l'eau du bocal, restaurer la version précédente, nourrir l'hippocampe avec les bons algoritmes... algorytmes... algorithmes... enfin, bref.
Alors que s'inventer des souvenirs, c'est génial. Vous devriez essayer.
Mon psy qui ne jure que par Nietzsche - un nom à vous dégoûter des mots de passe - dit que ça n'est pas grave tant que personne s'en aperçoit.
J'aime bien écrire des trucs qui commencent par 'je me souviens'... ça me rassure.
Je me souviens du goût de l'encre violette...
Ah non! Ça c'était mon défi du 3 janvier 2015, je m'en souviens.