C'est pas ma faute, je suis comme ça depuis tout bébé, je dors en chien de fusil.
Je n'ai pourtant jamais été chasseur et je les ai même en horreur.
Aussi quand - dès potron-minet - la caravane des prédateurs du canton est passée sous mes fenêtres, je n'ai fait qu'un bond hors du lit.
D'habitude quand la caravane passe, le chat miaule - comme dans le dicton - mais pas cette fois-ci!
Je reconnais que mon chat a du chien et je n'ai qu'une crainte c'est qu'il rejoigne un jour la meute par je ne sais quelle envie d'aller jouer à chien perché dans les bois.
Je tiens beaucoup à ce petit compagnon que j'avais eu un mal de chien à trouver en ligne.
Enfin... c'est l'animalerie qui était en ligne. Mon chat - croisé gouttière et chêneau - lui était en rond quand je l'ai trouvé, en rond et en ronron ce qui fait que j'ai craqué.
C'est vrai qu'il a du chien, mon chat! D'ailleurs il aboie, des petits miaulements brefs en rafales pour saluer les randonneurs ou bien la factrice... si bien que j'ai été obligé de mettre un écriteau sur la boîte à lettres “Attention. Chat hyperactif”.
Certains disent qu'il faut appeler un chat un chat mais c'est au dessus de mes forces et puis c'est souvent lui qui m'appelle et pas le contraire.
Malgré ça - nom d'un chien - je l'ai appelé Rantanplan, n'en déplaise à l'animalerie qui lui avait établi un passeport européen au nom d'Adonis... pourquoi pas Apollon!
Le passeport européen, le tatouage et les vaccinations, c'est pas donné alors quand ils m'ont proposé de lui mettre aussi une puce j'ai décliné sous prétexte qu'il en avait déjà plusieurs sur lui.
La caravane est loin et j'entends les cris des chasseurs, les aboiements des chiens mais pas celui de Rantanplan.
Alors je fouille sa panière, enfin... sa niche dans l'espoir d'y trouver une explication. Il y a un bordel là-dedans! C'est pourtant pas faute de lui dire “Range ta panière!”
Mais rien, pas une lettre, aucune trace. Je tombe sur un os, celui que je lui avais donné à ronger la veille et qu'il a à peine touché.
C'est vrai qu'il n'est pas très os, mais moi encore moins alors je les dépose devant sa niche, juste entre les deux chiens de faïence qui décorent l'entrée.
Il y en a qui donnent leur langue au chat, moi je lui donne les os, c'est mon choix.
J'ai d'autres chats à fouetter que lui donner de la langue, au prix où ça coûte!
Et puis est-ce qu'on sait d'où vient leur langue? Et si c'était de la langue de chat? Il aurait un chat dans la gorge? Non, merci!!
J'entends la proche qui ameute... non, ça doit être la meute qui approche. Déjà?
C'est égal, je n'entends toujours pas mon Rantanplan.
Où est passé ce corniaud?
Rantanplan!!”
D'habitude il ne répond pas et c'est exactement ce qu'il fait en ce moment.
La meute passe comme une tornade devant la maison - troupeau braillard, vulgaire et anarchique - suivie des prédateurs armés jusqu'aux dents.
L'un d'eux s'arrête, m'interpelle:”Z'auriez pas vu une espèche de chat chauvage, M'sieur?”
C'est marrant cette manière qu'ils ont de parler quand ils sont armés jusqu'aux dents!
Le M'sieur le dévisage, blémit à la pensée que son Rantanplan est en grand danger et s'entend répondre:”Z'auriez intérêt à aller voir par là”.
Je pointe bravement mon doigt en direction de la route de Changé où se trouve le refuge de la SPA.
Il a l'air satisfait, vaniteux et satisfait.
Dans mes jambes, une petite chose vient se frotter avec des miaulements brefs en rafales...