Quand on en aura assez d’être trop ronds dans un monde carré, de devoir toujours arrondir les angles et de suivre une ligne droite

Quand on en aura marre des cerveaux obtus des regards de côté des cris aigus et du carré de l’hypoténuse et de la somme de tous les autres côtés

On prendra la médiane

On prendra la tangente la diagonale du fou

On fera bouger les lignes surtout celle de l’horizon

On  ira s’asseoir sur le sable brûlant là où personne, jamais plus,  ne pourra nous retrouver.

Les rayons obliques du soleil couchant caresseront mes courbes sinusoïdales

Je contemplerai ta géométrie en volume j’aimerai ton losange de Michaélis sous le ciel convexe du triangle des Bermudes

Tu sais j’ai le compas dans l’œil et je t’ai dans la peau

La circonférence de la terre

Diamètre fois pi

Sera juste assez grande pour contenir notre amour

Cé01